homme avec cravate muni de deux gants de boxes représentant le conflit

3 choses à exprimer et 3 choses à éviter lors de conflit au travail

homme avec cravate muni de deux gants de boxes rougesLes conflits au travail, c’est parfois inévitable.  Personne n’est à l’aise ou en maîtrise lorsque concerné par un conflit. Voici donc des façons de gérer la situation pour faire en sorte de dépasser le conflit dans les meilleures conditions possibles.

À exprimer lors d’un conflit

Comment vous sentez-vous?  Trouver le mot exprimant au mieux le sentiment qui vous habite. Exprimez ensuite à l’autre dans quelle position le conflit vous place.  Cette façon de faire a le bénéfice d’ouvrir un espace empathique où chacun peut exprimer ce qu’il ressent, dans la mesure où le jugement est suspendu, de part et d’autre.

Votre compréhension de la situation.  Une des sources les plus communes à la base des conflits est le manque de communication.  Pourquoi alors ne pas s’assurer de la façon dont chacun comprend ou interprète ce qui se vit. Il y a fort à parier qu’une bonne partie de la solution se trouve là.

La solution préconisée par chacun.  Une recherche de solutions doit prendre place. Les solutions peuvent différer entre les acteurs impliqués. Il est donc important de laisser un espace ouvert afin que chacun puisse présenter la solution qu’il entrevoit.  Des négociations devraient alors être possibles et un terrain d’entente fait de compromis et d’ajustement peut ensuite être défini.

A éviter

Accuser.  C’est très simple et facile d’accuser l’autre. Nous savons tous que ce n’est pas une bonne option, car un individu qui se sent accusé réagit sur la défensive et a tendance à accuser à son tour. Cela donne lieu à une escalade sans fin. Il vaut donc mieux éviter d’accuser et s’en tenir aux faits, tout en utilisant le « Je » et non le « Tu ».

Ne pas reconnaître sa part du conflit.  C’est difficile d’avouer un tort ou une erreur, mais c’est le début d’un processus de résolution de problème.  Une personne qui n’a rien à se reprocher, n’est pas au même niveau que l’autre personne impliquée.  À l’inverse, quelqu’un qui avoue ses torts ou sa part dans le conflit est prêt à entendre ce que l’autre a à dire.  C’est la base d’une bonne communication et de résolution de conflit.

Avouer une faute non commise.   Certaines personnes avouent parfois une faute non commise, soit pour protéger une personne, soit pour une foule d’autres raisons personnelles.  Dans un milieu de travail, avouer une faute non commise risque d’engendrer des répercussions sur l’évolution de carrière de la personne au sein de l’entreprise, à court ou moyen terme.

Un conflit demeure un conflit.  Ce qu’il importe de préserver, c’est le lien entre les personnes concernées, tant pour l’avenir de la relation que pour le climat de travail.