Archives de l’auteur : Julie Boulet, Coach de carrière

Top 5 des nouveaux métiers inexistants il y a 10 ans

nouveaux métiersLes années 2006 à 2010 ont marqué le monde virtuel avec l’arrivée en force des réseaux sociaux. Avec eux, tout plein de nouveaux métiers! Facebook est devenu accessible à tous en 2006 et est passé au 2e rang des sites les plus sollicités (le premier étant Google). Son compétiteur, Twitter, est aussi entré dans la course la même année. Instagram, un site publiant des photos, a vu le jour en 2010.

Si en 1999 on devait réserver notre ordinateur pour y avoir accès, en 2016, on doit choisir quel appareil utiliser pour visiter la toile. L’évolution de la miniaturisation technologique a permis de produire différents appareils. En effet, l’ordinateur portable, le cellulaire intelligent, la tablette et dernièrement, la montre d’Apple qui affiche sur notre bras un écran tactile.

Ces révolutions technologiques ont donné naissance à de nouveaux métiers :

Youtubeur – Premier top 5 des nouveaux métiers

YouTube fête ses 10 ans de collaboration avec Google cette année. Ce site permettant de télécharger des vidéos a révolutionné l’accès à l’information et le monde du divertissement. YouTube a démocratisé le droit de parole et offre une fenêtre sur le Monde. Certains youtubeurs publient une vidéo qui devient virale. Et il y en a d’autres, comme Cynthia Dulude, une maquilleuse de Longueuil, qui a su profiter de ce média à son plein potentiel. En publiant des vidéos de conseils en maquillage, elle est suivie par plus de 300 000 abonnés francophones. Avec sa notoriété grandissante, Cynthia bénéficie d’un support publicitaire au prorata du nombre de clics.

Constatant le nombre de visionnements, les entreprises y voient un potentiel de publicité. YouTube lui verse des redevances et s’en garde une commission. Un million de personnes à travers le Monde peuvent se vanter d’être rémunérées par YouTube. De celles-ci, environ un millier a des revenus dépassent 100 000 $.

Voici une entrevue de Cynthia Dulude, maquilleuse youtubeuse

Modérateur de réseaux sociaux – Deuxième top 5 des nouveaux métiers

Bien que les réseaux sociaux soient démocratiques, on ne peut tout dire sur ces plateformes. Il existe une nétiquette (étiquette sur internet) que plusieurs ne respectent pas. Lorsqu’une entreprise décide d’être présente sur les réseaux sociaux, elle doit embaucher un modérateur de réseaux sociaux. Cette personne devra lire attentivement les commentaires ajoutés par les internautes et vérifiera si le contenu respecte les règles et les lois établies. Si un commentaire est jugé déplacé, il avise la personne qui a commenté et retire les propos. Il doit être diplomate et objectif. Il n’existe pas de formation reconnue pour exercer ce métier. Des connaissances linguistiques, informatiques et marketing sont des atouts non négligeables.

Développeur d’applications mobiles – Troisième top 5 des nouveaux métiers

Les cellulaires intelligents et tablettes sont munis d’applications mobiles (logiciels) pour assurer leur bon fonctionnement. Depuis quelques années, on assiste à une émergence d’applications mobiles : divertissements, vidéos, musiques, etc. Il existe aussi des applications pratiques : listes interactives, carte géographique des célibataires, information sur le déneigement en cours… Le Québec est reconnu internationalement pour ses compétences en informatique. Notamment, en développement d’applications mobiles. Le développeur d’applications mobiles peut être embauché par une agence, le gouvernement ou par une entreprise privée pour développer des applications, les mettre à jour et les améliorer. Il possède de bonnes connaissances en langage informatique ainsi qu’en programmation. Aussi, il est à l’écoute des besoins du client, est rigoureux, à l’affût des nouvelles tendances et capable de travailler sous pression. Plusieurs cégeps offrent l’AEC en Développement d’applications mobiles.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre site, à l’onglet liste des AEC.

Blogueur – Quatrième top 5 des nouveaux métiers

Ce n’est pas encore officiellement un métier, toutefois, certains arrondissent leurs fins de mois avec ce passe-temps. Le blogueur utilise le Web pour s’exprimer, écrivant des billets sur un blogue administré par lui-même ou par un blogue populaire. Le Huffington Post en est un bon exemple. Ce site offre l’opportunité d’écrire des articles. La parole est à vous et les internautes peuvent réagir à vos propos en écrivant un commentaire en accord ou non avec ce que vous dites.  Aussi, les blogueurs les plus influents peuvent recevoir de l’argent lorsque des commanditaires s’intéressent à leur popularité. Cependant, il faut pouvoir se conformer à la nétiquette et aux lois régissant les réseaux sociaux.

Pour lire au sujet du développement de carrière et de l’orientation, je vous invite à consulter les billets de Marie-Sylvie Dionne, conseillère d’orientation et blogueuse au Huffington Post.

Instagrameur – Cinquième top 5 des nouveaux métiers

L’instagrameur utilise Instagram pour afficher des photos. Le même principe s’applique : plus votre popularité grandit, plus vous êtes rémunéré. Le milieu du mannequinat a su tirer profit de cette plateforme. Chiara Ferragni est une grande instagrameuse. Fashionista, elle voyage à travers le Monde et affiche les nouvelles tendances mode. Les grands instagrameurs n’ont pas à débourser un sou pour s’habiller, voyager ou manger. Tout est payé par les commanditaires. Attention ! Ce métier n’est pas de tout repos. Les photos sont des mises en scène. Dès que l’image est captée, on change d’endroit, de coiffure, de vêtements…

jeune-femme-heureuse

8 astuces pour réussir les TENS à coup sûr

jeune-femme-heureuseRéussir les TENS (Tests d’équivalence de niveau secondaire) n’est pas une mince affaire. Parlez-en à mes clients qui n’ont, pour la plupart, pas mis les pieds dans une école depuis au moins 20 ans! Ils vous diront cependant que c’est possible. Il faut d’abord y consacrer les efforts nécessaires et utiliser les outils qui sont à notre portée.

Cahiers préparatoires pour réussir les TENS

Les centres de formation professionnelle vendent, à peu de frais, des cahiers préparatoires pour chaque examen. Ils contiennent des notions de base, des exercices et les corrigés. Cela constitue une base, mais je vous conseille de poursuivre vos recherches sur les sujets traités afin de maximiser vos chances de réussite ou de vous inscrire à un atelier préparatoire.

Émissions jeunesse et dessins animés

Les Sciences naturelles traitent de trois matières : biologie, chimie et physique. Au Québec, nous bénéficions de la qualité des émissions jeunesse. Télé-Québec, Radio-Canada et Yoopa sont des exemples de chaînes télévisées qui diffusent des émissions à caractère scientifique. Pour les plus nostalgiques, je vous suggère de visionner d’anciennes émissions sur YouTube. La Vie et Le Bus magique, par exemple.

Documentaires, films historiques et téléséries

L’examen des Sciences humaines teste vos connaissances en histoire et géographie. Vous pouvez louer gratuitement à la bibliothèque de votre quartier des films et télé-séries traitant des moments marquants de l’histoire (Pearl Harbor; Quand je serai parti, vous vivrez encore; Soldat Ryan; Liste de Schindler; Dimanche à Kigali, Nos étés, etc.). Prenez aussi le temps d’écouter Météo média, de visiter son site Internet ou celui d’Environnement Canada. Vous aurez alors une vue d’ensemble de la géographie du Québec, du Canada et du Monde.

Émissions de services et la fin des bulletins de nouvelles

Les émissions de services telles que La Facture, Enquête, J.E. et la portion finale des bulletins de nouvelles sont une importante source d’informations en ce qui a trait aux Sciences économiques. On y parle des lois, du marché du travail, du taux de chômage, de l’économie actuelle, des facteurs qui influencent l’économie mondiale et régionale, etc.

Exercices interactifs sur Internet

Pour le français, les mathématiques et l’anglais, il existe plusieurs sites offrant la possibilité de tester vos connaissances à l’aide d’exercices interactifs. Sous forme de questionnaire à choix multiples, vous répondez aux questions et voyez immédiatement la bonne réponse apparaître (francais facile, mathematiques facile, babel, etc.). Il existe aussi des sites à caractère explicatif comme le site québécois Allô prof. On y retrouve des capsules vidéo où des professeurs expliquent la matière.

Mise à niveau des connaissances

Chez Parachute Carrière, nous pouvons vous accompagner dans la mise à niveau des connaissances. Une formatrice vous distribue les cahiers préparatoires et vous explique les matières avec humour et dynamisme ! Vous pouvez alors poser vos questions et tester vos connaissances avant de passer les examens.

Devenez le prof

Une méthode efficace pour tester votre niveau de connaissances consiste à expliquer à quelqu’un d’autre les notions apprises. Vous ferez alors une révision des matières et serez en mesure d’évaluer si vos connaissances sont suffisantes ou s’il faut réviser davantage pour bien réussir.

Aller plus loin pour mieux réussir les TENS

Ne vous contentez pas des cahiers préparatoires. Poussez plus loin vos connaissances ! Avez-vous un t-shirt de Che Guevara ? Savez-vous ce qu’il a fait ? Était-il de droite ou de gauche ? Qu’est-ce que la droite et la gauche ?  Si les cahiers ne vous permettent pas de répondre à vos questions, poussez plus loin vos recherches. Le site Wikipédia peut constituer une bonne source qui vulgarise l’information. Cependant, vérifiez les sources, car ce site est un wiki (application web qui permet aux utilisateurs de créer des pages web et de les modifier).  Réussir les TENS nécessite quand même un peu de discernement!  Contactez Marie-Josée De Roy au 450.492.5050 pour plus d’informations.

groupe-de-personnes-affichant-leur-metier

61 métiers où ça bouge en techniques

groupe-de-personnes-affichant-leur-metierTiré du livre 350 métiers où ça bouge, voici des métiers techniques reliés à la fabrication, l’installation, la réparation et l’entretien de machines. Vous aimez vous déplacer et être physiquement actif ?  Ces métiers sont faits pour vous. Qui a dit qu’il faut faire de longues études pour être bien rémunéré ? Les métiers des formations professionnelles et techniques offrent une rémunération et des avantages sociaux compétitifs et devinez quoi?  Ils sont en pénurie de personnel!

On dénombre 42 métiers exigeant une formation générale (DEP) et 19 métiers de niveau collégial. Voici des détails sur 4 métiers de cette catégorie.

Scaphandrier

Vous hésitez entre les métiers de soudeur, charpentier, électricien ou plombier et êtes passionné de la plongée sous-marine ? Le métier de scaphandrier est pour vous ! Il combine tous ces métiers à pratiquer sous l’eau.  Comme dans les autres professions présentées dans l’ouvrage des 350 métiers où ça bouge, il faut être en forme pour pouvoir supporter la pression des profondeurs de l’eau. Il faut aussi du sang-froid, car il peut arriver qu’on soit sollicité pour retrouver le corps d’une victime disparue. Ce métier demande d’être capable de travailler autant en équipe que seul, car l’équipe est sur le bateau, mais le travail s’effectue seul sous l’eau.

Technicien en robotique : des techniques à la fine pointe

Dans ce métier, il faut non seulement être manuel, mais aussi créatif ! Le technicien en robotique doit pouvoir concevoir un robot utile aux humains et avoir l’habileté de diagnostiquer les problèmes techniques d’ordre mécanique et informatique. Il peut être appelé à assembler, nettoyer et changer les composantes du robot. Il contribue ainsi à l’évolution technologique et à rendre la vie plus simple, comme c’est le cas pour les personnes ayant un handicap physique.

Calorifugeur

Le calorifugeur est le spécialiste des techniques de l’isolation. Après avoir interprété les plans, il mesure et coupe les matériaux pour ensuite les installer aux endroits recommandés. Il doit être souple et en bonne forme physique, car il doit se déplacer et grimper dans les escabeaux pour accéder aux fixations des tuyaux.

 Électromécanicien

Pouvant réparer différents types de machines, l’électromécanicien est très prisé au sein des entreprises de production. Il doit faire preuve d’une bonne tolérance à la pression, car on compte sur lui pour réparer un bris rapidement. Plus il réparera rapidement, plus vite les employés pourront retourner à leur poste et assurer la fluidité de la production. Il doit être flexible et avoir une bonne dextérité manuelle pour atteindre les endroits exigus.

L’un de ces métiers vous intéresse et vous souhaitez valider votre profil auprès d’un spécialiste de la carrière?  Contactez Marie-Josée De Roy au 450.492.5050 poste 229.

Équivalence 5

Les 4 avantages des TENS (équivalence 5)

Réussir les tensTENS est l’abréviation de Tests d’équivalence de niveau secondaire, communément appelé « équivalence 5 ».   Sous forme d’examens, on évalue vos connaissances en français, mathématiques, anglais, sciences économiques, sciences humaines et sciences naturelles. En réussissant vos TENS, vous obtenez une AENS (Attestation d’équivalence de niveau secondaire). Cela se traduit par une reconnaissance que vous avez les connaissances générales de 5e secondaire. Plusieurs avantages s’offrent donc à vous :

Variété des postes convoités

Si vous avez consulté les offres d’emploi affichées sur Internet ou dans les journaux, vous avez probablement remarqué qu’il est difficile de répondre aux exigences des employeurs en ce qui a trait au niveau de scolarité demandé. Au Québec, selon IMT en ligne, 31 professions sont accessibles avec un secondaire non complété. Avec un 5e secondaire complété, on passe de 31 professions à 121 !

Meilleure estime de soi grâce à l’équivalence 5

J’ai moi-même été témoin d’une métamorphose de plusieurs clients qui ont réussi les TENS. Pour augmenter l’estime de soi, il faut être fier de ce que l’on a accompli. Si on s’acharne sur ses échecs, on n’y arrive pas. La réussite des TENS est un élément déclencheur qui redonne confiance en ses capacités. Le fait d’être devenu un adulte avec de l’expérience de vie est un avantage indéniable pour la réussite de ces examens. Ne comparez pas votre expérience de l’école secondaire à la passation des TENS. Ce n’est pas parce que vous avez complété un niveau de 1re secondaire que vous ne réussirez pas les TENS. L’apprentissage se fait différemment et est adapté aux adultes.

Accessibilité à certaines formations

L’obtention de l’AENS ouvre des portes à certaines formations professionnelles et même collégiales. Les diplômes d’études professionnelles (DEP) exigent généralement un niveau de 3e et parfois de 4e secondaire complété. Avec l’AENS, vous vous qualifiez. Il faut cependant vérifier s’il n’y a pas d’autres critères d’admission, comme un test de classement ou des cours spécifiques du secondaire régulier. Certaines attestations de niveau collégial (AEC) acceptent l’AENS et donnent accès à leur formation.

Mise à niveau des connaissances générales

En réussissant l’équivalence 5,  vous obtiendrez une attestation de 5e secondaire et aurez mis à niveau vos connaissances générales. Vous aurez une meilleure compréhension du monde qui vous entoure et serez en mesure d’en discuter grâce aux connaissances que vous aurez acquises.

Pour évaluer vos aptitudes à réussir les TENS, contactez Marie-Josée De Roy au 450.492.5050 poste 229 et demandez de l’information sur notre pré-test.

Les métiers où ça bouge en arts et communications

Arts et communicationTiré du livre 350 métiers où ça bouge, je vous présente des métiers où ça bouge en arts, communication et médias. S’il y a un milieu où l’on ne reste pas assis longtemps, c’est bien celui-ci.  On y retrouve quatre métiers exigeant une formation générale (DEP), 25 métiers de niveau collégial et cinq métiers de niveau universitaire.  Extraits de la section Arts, communication et médias du livre 350 métiers où ça bouge, voici des extraits d’information sur quatre de ces métiers où ça bouge.

Maquilleur

Le maquilleur est généralement la deuxième personne après le coiffeur que les acteurs, animateurs, chanteurs ou musiciens croisent souvent sur le plateau. Présent très tôt le matin, il reçoit les artistes ou personnes à maquiller et se tient à leur écoute. Il doit être discret, car comme le coiffeur, son métier est propice aux confidences. Il devra mettre en valeur les traits de la personne à maquiller et empêcher l’effet de reflet des lumières sur sa peau. Dans les scènes particulières, il devra lire le scénario et se conformer aux différents styles visés. Ainsi, il doit se renseigner sur les styles de chaque époque, user de créativité lors de scènes futuristes, démontrer un côté macabre dans les scènes d’horreur, etc.  Il peut être tant dans un studio d’une maison de production que sous une tente lors de tournage à l’extérieur.  Pour aller plus loin, voici une vidéo.

Technicien d’effets spéciaux

Saviez-vous que le Québec est reconnu mondialement pour ses compétences en effets spéciaux? Plusieurs productions hollywoodiennes sont produites ici même, notamment Star Wars. Quand le décor ne suffit pas à rendre réaliste les scènes, on doit faire appel aux techniciens d’effets spéciaux. Ces personnes doivent avoir des compétences en mécanique et de bonnes connaissances en chimie, physique et électricité afin de concevoir des systèmes d’effets spéciaux réalistes et sécuritaires. Ils sont aussi très créatifs.  Ils doivent identifier des solutions aux problèmes rencontrés.  Voir la vidéo.

Régisseur

«Stand by, silence sur le plateau, on commence dans 5, 4, 3, 2…», voilà les paroles qu’on entend de la bouche du régisseur. Muni d’un micro-casque, il est en contact avec le réalisateur, l’équipe technique et les artistes. Il établit l’horaire, prévoit les ressources matérielles et appelle les artistes avant leur apparition en scène.  Il se doit d’être organisé, rigoureux et faire preuve d’autorité afin que le tournage se déroule comme prévu.  Voir la vidéo.

Directeur de publicité :  un des métiers où ça bouge pleinement

Il faut être créatif et capable de supporter la pression quand on pratique ce métier.  Le directeur de publicité reçoit la demande du client et l’analyse. Il déterminera quelle stratégie sera la plus adaptée pour diffuser l’information.  Et quelle plateforme sera la mieux adaptée pour la diffuser. Il encadre l’équipe de conception et s’occupe des relations avec le client. Voir la vidéo.

Pour plus d’informations sur le livre en référence.

La recherche d’emploi après 55 ans

La recherche d’emploi des années 70-80

Ceux qui ont 55 ans et plus aujourd’hui ont connu l’époque des années fin 70, début 80 où le marché de l’emploi était totalement différent. Les gens n’avaient qu’à se déplacer, faire le tour des entreprises et se présenter chez les employeurs. Ils étaient alors accueillis et devaient la plupart du temps remplir un formulaire d’embauche sur place. Souvent, ils se faisaient offrir de commencer à travailler la journée même ou dans les jours qui suivent. Ils pouvaient aussi avoir recours à leur réseau de contacts et se faisaient offrir des postes sans avoir à passer un processus d’embauche.  D’ailleurs, à cette époque, les entrevues étaient soit inexistantes, soit peu élaborées surtout pour des postes d’ouvriers. Et quand les travailleurs perdaient leur emploi, plusieurs diront qu’ils n’avaient qu’à s’adresser à la compagnie voisine pour débuter aussitôt un nouvel emploi.

La recherche d’emploi aujourd’hui

Autres temps, autres mœurs, il n’en est rien aujourd’hui. Les entreprises sont en compétition et doivent, par conséquent, être le plus rentable possible. Cela implique qu’ils n’ont pas le temps d’accueillir les chercheurs d’emploi. La méthode la plus courante est d’envoyer le curriculum vitae par courriel à la personne responsable du service visé, ou s’inscrire sur le site internet de l’entreprise pour poser sa candidature. Pour se démarquer, il sera important de se mettre en valeur.  Il y a moins de postes disponibles et les exigences sont plus élevées. Depuis les années 90, l’entrevue a un rôle crucial dans l’embauche de personnel. Les employeurs posent plus de questions, non seulement sur votre expérience, mais aussi sur votre personnalité. Puisque nous passons plusieurs heures par semaine au travail, il est très important que vous ayez une personnalité qui cadre avec le reste de l’équipe afin de maintenir l’harmonie du climat de travail. Vous devez aussi être un atout pour l’équipe de par votre expérience, vos compétences et votre attitude.

Les personnes de 55 ans et plus sont recherchées

J’entends souvent mes clients âgés de 55 ans et plus me faire part de leurs inquiétudes face à leur candidature. Ils craignent que les employeurs soient plus enclins à embaucher des jeunes qui seront plus en forme, selon la pensée populaire. À cela je réponds qu’au contraire, plusieurs dirigeants d’entreprises s’arrachent les 55 ans et plus! Pourquoi? Parce qu’ils ont la réputation d’être vaillants, fiables et loyaux. De plus, leur situation familiale est différente des jeunes. Ils n’ont plus de responsabilités familiales, donc moins d’absentéisme pour les rendez-vous du petit dernier. Vous vous souvenez de la publicité prônant la liberté 55 ? Peu de gens ont pu bénéficier de ce projet. De plus en plus de personnes retardent leur retraite et ce pour différentes raisons : problèmes financiers, besoin de socialiser en travaillant, passionnés par leur métier, etc. Les jeunes ne sont pas un gage de longévité au travail. Ils peuvent décider de partir volontairement pour gravir les échelons ailleurs. La plupart des 55 ans et plus n’ont pas cette motivation. Ils se sont déjà réalisés auparavant et ne sentent pas le besoin de changer d’emploi.

Des outils adaptés pour les personnes de 55 ans et plus

Si vous avez consulté les offres d’emploi parues sur le site Placement en ligne d’Emploi-Québec, vous avez sans doute remarqué que certains employeurs spécifient qu’ils invitent les personnes ayant 55 ans et plus à postuler. Vous saurez alors que pour cet employeur, la maturité d’âge est un avantage.  Attention de ne pas négliger les employeurs qui ne spécifient pas ce détail dans leur affichage de poste. L’expérience de vie face à différentes situations et les compétences développées sont à mettre en avant plan et ce, sans aucune gêne! En entrevue, il faut présenter des exemples concrets de situations vécues à d’autres postes, car c’est ainsi qu’on peut convaincre un employeur de sa valeur.  Emploi-Québec offre aussi des subventions d’aide à l’emploi pour les gens qui ont de la difficulté à se trouver un emploi. Une personne d’expérience peut alors avoir le droit de recevoir une subvention salariale permettant d’obtenir un emploi dont le salaire serait bonifié avec l’aide d’Emploi-Québec. Sans compter qu’il est aussi possible d’être référé à un coach de carrière pour optimiser la démarche de recherche d’emploi.

Retour aux études après 55 ans, pourquoi pas?

Puisque l’âge de la retraite tend à s’éloigner de règles fixes, pourquoi ne pas en profiter pour se lancer dans un nouveau métier? Il existe de nombreuses formations, dont plusieurs sont de courte durée. N’hésitez pas à consulter des professionnels de l’orientation de carrière, lesquels vous aideront à voir plus clair dans vos démarches grâce à un bilan de compétences.

 

 

conciliation travail-famille

Conciliation travail-famille : 8 trucs pour alléger votre quotidien

Vous vous sentez épuisés, vous auriez besoin de plus que 24 heures par jour pour arriver à combler tous vos besoins (sociaux, monétaires, santé, etc.)? Plusieurs articles traitent de la conciliation travail-famille conciliation travail-familleen énumérant des solutions apportées par les entreprises, mais qu’en est-il des solutions que nous pouvons apporter dans notre propre famille?

Définition et statistiques sur la conciliation travail-famille

Selon le Ministère de la Famille et des Aînés du Québec, la conciliation travail-famille (CTF) signifie la echerche de l’équilibre entre les exigences et les responsabilités liées à la vie professionnelle et à la vie familiale. D’après un sondage commandé par l’organisme Naître et Grandir et réalisé par Léger, en 2014, au Québec, 45% des parents avaient de la difficulté avec la conciliation travail-famille.

Qui est touché par les méthodes de conciliation travail-famille?

Lorsqu’on parle de conciliation travail-famille, nous pensons d’abord aux jeunes familles qui ont de la difficulté à gérer les responsabilités reliées tant au travail qu’à la maison, mais il n’y a pas qu’eux. Comme la population est vieillissante, il est de plus en plus fréquent que des familles recourent aux aidants naturels pour prendre soin de leurs parents. Pour leur part, les familles monoparentales vivent ce problème difficilement, surtout quand la garde des enfants n’est pas partagée. À l’inverse, les couples séparés ayant une entente de garde partagée se disent moins touchés, car une semaine sur deux, ils peuvent pallier à la situation et se sentent moins essoufflés. Ce problème touche plus particulièrement les familles de classe moyenne et à faible revenu, car comme nous l’aborderons plus tard, les familles mieux nanties peuvent payer pour des services afin d’alléger leur horaire du temps. Les nouveaux arrivants sont aussi touchés par cette réalité, car leur réseau social étant limité, ils peuvent difficilement compter sur des proches pour les aider au quotidien. Bref, la conciliation travail-famille est un sujet qui touche une grande partie de la population active.

La nécessité de la conciliation travail-famille : les causes

Selon l’Institut nationale de la santé publique du Québec, nous pouvons classer les causes de la nécessité d’avoir des aides pour la conciliation travail-famille en 4 catégories :

  1. Contexte économique
  2. Contexte démographique
  3. Contexte du travail
  4. Contexte social.

Le point de vue économique

Il y a eu dans les années 90 la mondialisation des marchés qui a amené une concurrence accrue. Les heures de travail ont augmentés et les disponibilités demandées par les employeurs sont allées dans le même sens. Le coût de la vie ayant considérablement augmenté au cours des dernières années a eu pour effet une entrée massive des femmes sur le marché du travail.

Le contexte démographique

Les baby-boomers étant presque tous à la retraite, nous remarquons un vieillissement de la population. Et cette même génération vivra aussi plus longtemps que leurs prédécesseurs. De là nait alors le phénomène des aidants naturels qui est de plus en plus répandu et qui donne du fil à retorde à la génération « sandwich », celle prise entre le devoir de prendre soins de leurs enfants, mais aussi de leurs parents. De plus, le taux de natalité a fortement diminué et les couples attendent plus longtemps pour fonder une famille. Lorsque les femmes ont leur premier enfant dans le début de la trentaine, elles ont moins d’énergie que les femmes qui auparavant accouchaient pour la plupart au début de la vingtaine. Mixer travail et famille demande un effort plus grand. Les méthodes de conciliation travail-famille deviennent donc de plus en plus nécessaires.

Le contexte du travail

Le contexte de travail s’étant adapté à la mondialisation a fait augmenter le nombre d’emplois atypiques qui se caractérisent par des emplois à temps partiel, horaires variés, travail autonome ou temporaire. Il en devient alors un casse-tête pour planifier la conciliation travail-famille.

Le contexte social

Le contexte social est aussi touché par cette réalité. Nous notons une augmentation de la monoparentalité et par le fait même, une diversification des familles (monoparentales, reconstituées, garde partagée, bi-générationnelle, etc.) Le manque de temps devient un élément central de la difficulté à la conciliation travail-famille.

Les impacts dans nos vies d’une mauvaise conciliation travail-famille

Au plan familial

Diminution de la socialisation, mauvaises habitudes de vie et donc de la santé, chicane de couple, etc.

Au niveau travail

Problèmes d’adaptation, faible satisfaction au travail, taux d’absentéisme élevé, roulement de personnel, etc.

Au niveau santé

Stress, épuisement, fatigue, dépression, migraines, maladies cardiovasculaires, obésité, etc.

Faire le bilan

Lorsque nous vivons cette situation, avant de penser aux solutions, il est primordial de faire un bilan de notre vie. Penser à nos valeurs profondes, nos besoins et intérêts, versus ce qui se passe actuellement dans notre vie. Il peut être ardu de faire cette réflexion. N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec un professionnel (conseiller d’orientation, psychologue, travailleur social) pour vous aider à dresser ce bilan. Plusieurs se surprendront à réaliser qu’ils occupent un métier qui leur convient, mais devront changer de milieu pour viser un environnement plus accommodant ou plus flexible. Pour certains, une réorientation de carrière devra être envisagée, tandis que pour d’autres, il s’agira d’une réorganisation du temps. Ce bilan vous permettra de voir plus clair et de trouver les meilleurs méthodes de conciliation travail-famille pour votre situation.

Solutions à la conciliation travail-famille

La conciliation travail-famille est d’abord et avant tout un défi de gestion du temps. Voici 8 trucs pour vous aider à gérer votre temps de manière efficace.

  1. Utiliser la technologie

    Plusieurs instances offrent la possibilité de régler les factures en ligne. Prendre l’habitude de le faire peut vous sauver beaucoup de temps. Fini les déplacements dans les institutions bancaires, tout peut se faire à partir de chez soi. Les téléphones intelligents offrent plusieurs applications mobiles qui peuvent vous faciliter la tâche.

  2. Commander vos prescriptions médicales

    Qui n’a pas déjà attendu longtemps en pharmacie pour une prescription? Vous pouvez commander à l’avance vos prescriptions et vous rendre sur place seulement lorsqu’elles seront prêtes. Vous pouvez aussi demander le service de livraison à domicile. Votre petit dernier semble malade et vous hésitez à vous rendre à la clinique, appeler Info-Santé peut vous éviter de vous rendre inutilement en clinique.

  3. Préparer à l’avance les repas

    Ce truc vous permettra non seulement de sauver du temps, mais aussi de l’argent. Ceux et celles qui prennent l’habitude de préparer plusieurs repas à l’avance et les congeler, ont davantage de temps pour s’occuper des enfants arrivés à la maison. De plus, préparer un menu permet de ne dépenser que le nécessaire lorsque vous allez en épicerie. Faire participer vos enfants à la planification des repas peut s’avérer un moment de complicité plutôt agréable. Vous les aider ainsi à voir l’importance de cette tâche et leur inculquez de bonnes habitudes de vie.

  4. Distribuer les rôles aux membres de la famille

    Laissez votre orgueil de côté et n’hésitez pas à déléguer les tâches ménagères aux membres de la famille. Même les tous petits s’amuseront à remplir la sécheuse de vêtements mouillés ou encore épousseter les meubles. On ne recherche pas la perfection au niveau de la tâche, mais la collaboration de chacun, ce qui est une autre belle valeur à instaurer.

  5. Utiliser le réseau de contacts

    Peut-être avez-vous des amis qui vivent la même situation que vous. Pourquoi ne pas leur offrir de s’occuper de leurs enfants pour leur donner un répit? Ils pourront ensuite vous rendre la pareille. Les grands-parents sont eux aussi d’une bonne aide. Ils peuvent vous aider dans les tâches ménagères ou pour amuser les enfants. Si votre réseau n’est pas optimal, vous pouvez vous renseigner sur les Maisons de la famille et les Maisons de répits pour les aidants naturels.

  6. Diminuer le temps de déplacement

    Si possible, choisissez un emploi qui vous permettra de diminuer le temps de déplacement. Travailler à contre-sens du trafic peut réduire considérablement le temps perdu dans le transport. Avec l’accès aux voies rapides, le covoiturage et le transport en commun peuvent vous faire économiser temps et argent. Certains employeurs offrent la possibilité de faire du télétravail (travail à partir de la maison). Il peut être avantageux de le faire, à condition que ce temps soit affecté au travail et non aux enfants en même temps.

  7. Modifier l’horaire de travail

    Au même titre que travailler à contre-sens du trafic, changer l’horaire de travail peut vous aider à éviter l’affluence sur les routes et passer du temps de qualité avec vos proches.

  8. Payer les services d’un(e) concierge et/ou un(e) préposé(e) à l’entretien ménager

    Le vieil adage citant Le temps, c’est de l’argent! prend ici tout son sens. Pour les mieux nantis, vous pouvez avoir recours aux services d’un ou d’une concierge qui se chargera de faire toutes vos courses. D’ailleurs, quelques employeurs offrent parmi leurs avantages sociaux, la possibilité d’utiliser ce service payé par l’entreprise. Cette initiative permet de réduire le taux d’absentéisme et le niveau de stress du personnel. De plus, il n’est plus rare d’entendre les gens dirent qu’ils ont recours aux services de préposés à l’entretien ménager à domicile. Ce secteur des services est en grande expansion. C’est d’ailleurs le secteur d’activité embauchant le plus grand nombre de Québécois à ce jour.

Références

https://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/publication/Documents/ctf-fiche-1.pdf

http://www.quebecfamille.org/conciliation-travail-famille/vous-n-etes-pas-seul.aspx

https://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/375-ConciliationTravail-Famille.pdf

été

15 emplois d’été stimulants!

étéL’été arrive à grand pas! Pour la majorité des étudiants, cela signifie qu’il est temps de penser à des emplois qu’on pourrait occuper pendant la belle saison.

Voici 15 suggestions d’emplois stimulants pour l’été:

1. Gardien(ne) d’enfants

Vous aimez les enfants et pouvoir leur donner de l’attention? Contrairement au moniteur de camp d’été qui est responsable d’une douzaine d’enfants en moyenne, être gardien(ne) d’enfants permet de se consacrer au divertissement d’un à 6 enfants à la fois. Vous pouvez alors retomber en enfance en bricolant, en chantant et en inventant des mondes imaginaires avec eux.

2. Commis de plancher

Vous aimez quand les journées passent vite? Dans un commerce, que ce soit dans une épicerie, une pharmacie ou un magasin à rayons, il y a toujours quelque chose à faire. Il faut être vaillant et fort physiquement, car vous pourriez devoir soulever des charges. Vous devez aussi avoir un bon sens de l’esthétique pour mettre en valeur les produits sur les étagères.

3. Caissier(ère)

Travailler à l’air climatisé, être en contact avec le public, manipuler de l’argent, voici un aperçu des avantages du métier de caissier(ère). Il faut être à l’affût des nouveaux produits, connaître les rabais en cours et offrir notre plus beau sourire à chaque client.

4. Vendeur(se)

La vente : un classique des emplois étudiants. Trouvez une boutique ou un magasin qui offre des produits ou services qui vous inspirent et foncez! Les horaires sont flexibles et vous pouvez conserver votre emploi pendant vos études. Si vous avez une bouille sympathique et que vous aimez le public, vous apprécierez le contact avec les clients satisfaits de votre service.

5. Escouade de la propreté

Les municipalités sont généralement d’excellents employeurs pour les emplois d’été. Si l’environnement est important pour vous et que vous souhaitez contribuer à la propreté de la planète, pourquoi ne pas être payé pour le faire? Vous arpenterez les artères touristiques et ramasserez les déchets qui jonchent le sol. Vous contribuerez ainsi à la beauté des espaces publics et au bien-être des habitants et touristes.

6. Manœuvre au camping

Vous êtes manuel, débrouillard et aimez rendre service? Plutôt que de faire ce travail à la ville, pourquoi ne pas offrir vos services aux propriétaires d’un terrain de camping? Il y a toujours une réparation à faire ou de l’entretien dans ces établissements. Vous profiterez d’une ambiance agréable, là où les vacanciers oublient leur quotidien du travail et décrochent pour profiter de l’été et de l’air frais.

7. Manœuvre à la récolte

Vous êtes en bonne forme physique, cherchez un emploi payant et vous aimez le parfum de la nature? Manœuvre à la récolte est l’emploi pour vous. Vous devez être travaillant et capable de supporter la chaleur durant de longues heures. En revanche, vous serez fiers d’avoir participé à l’économie locale et d’avoir encouragé les agriculteurs québécois. En quelques semaines, vous aurez probablement accumulé assez d’argent pour subvenir à vos besoins durant la période scolaire.

8. Serveur(se) sur les terrasses

Qui dit temps chaud, dit ouverture des terrasses de restaurants. Vous avez besoin d’un emploi? Ça tombe bien, les restaurateurs ont besoin de plus d’employés pour pouvoir servir les clients nombreux qui affluent sur les terrasses par beau temps. Être bilingue est un atout, surtout si vous travaillez dans les grandes villes. Le choix de restaurant ne manque pas. Laissez-vous aller et visez les restos qui vous ressemblent. Vous passerez alors un bel été en compagnie de clients et de collègues sympathiques. Vous devez être rapide, organisé et afficher un beau sourire.

9. Préposé(e) à la crèmerie

Comment ne pas résister à une bonne crème glacée lors d’une belle journée d’été? Les clients de la crèmerie sont généralement joyeux, ce qui rend le service à la clientèle agréable. Pour occuper cet emploi, il faut être souriant, offrir un service rapide et être capable de résister à la tentation de ne pas se délecter de ces produits chaque jour!

10. Préposé(e) au cinéma

Pour ceux et celles qui ne supportent pas la chaleur des canicules, qui sont fanatiques de cinéma et qui aiment l’odeur du maïs soufflé, cet emploi est pour vous! Vous aurez accès aux premières de films et visionnerez des œuvres cinématographiques à rabais tout l’été. Il faut aussi être courtois avec la clientèle, offrir un service rapide et tenir les lieux propres.

11. Préposé(e) au mini-putt ou terrain de golf

Vous aimez être à l’extérieur, mais ne pas être exposé au soleil toute la journée? Cet emploi pourrait vous intéresser. Vous expliquerez les règlements, remettrez l’équipement nécessaire et veillerez à la propreté des lieux. Qui sait? Peut-être rencontrerez-vous le prochain Tiger Woods!

12. Préposé(e) au parc d’attractions

Généralement bien rémunéré, cet emploi est parfait pour les personnes qui aiment l’ambiance des fêtes foraines. Vous serez responsable de la mise en marche et de l’arrêt du manège et de la vérification des dispositifs de sécurité. Vous êtes extravertis, aimez les toutous et le bruit ne vous fait pas peur? Vous pouvez donc être préposé(e) aux jeux d’adresse. Vous inviterez les gens à venir jouer, encouragerez les participants et leur donnerez des trucs pour réussir leurs exploits!

13. Sauveteur(se) (Piscines publiques ou glissades d’eau)

Passer l’été au bord de l’eau sous les chauds rayons du soleil, ça vous dit? Si la sécurité est une valeur importante pour vous et que les cris des enfants s’amusant dans l’eau ne vous rebutent pas, cet emploi est l’idéal. Vous devez être une personne attentive et capable de donner des directives claires afin de faire respecter les règlements. Être en bonne forme physique et faire preuve de sang-froid sont des qualités essentielles en cas d’urgence.

14. Animateur(trice) de camp de jour

Êtes-vous nostalgique des étés où vous chantiez les comptines avec vos amis et moniteurs et passiez votre journée à jouer dehors au soleil ou dans un gymnase lors des journées pluvieuses? Pourquoi ne pas transmettre vos souvenirs et faire profiter d’autres enfants qui ont tant en commun avec vous? Pour occuper cet emploi, il faut être responsable, car la sécurité des enfants est primordiale. Vous devez être enjoué, en bonne forme physique et agir comme un grand frère ou une grande sœur auprès des enfants. Le site de l’Association des camps du Québec peut vous aider à trouver les camps disponibles dans votre région.

15. Guide festivalier

Qui dit été dit festivals. Que ce soit à la campagne ou dans les grandes villes, chaque patelin a son ou ses festivals. Le guide festivalier a la responsabilité de renseigner les visiteurs sur la programmation des activités, les emplacements des restaurants et salles de bain et d’assurer la sécurité des festivaliers. Si vous êtes une personne bilingue, dynamique, qui aime les foules et les spectacles, cet emploi est pour vous! Le Répertoire des Artistes Québecois offre une liste des festivals qui auront lieu qu Québec. Informez-vous auprès des organisateurs!

Bâtir son réseau

Bâtir son réseau de contacts en période de recherche d’emploi

Bâtir son réseauC’est de plus en plus connu : plus de 80% des emplois sont comblés par l’entremise du réseau de contacts. Lorsqu’un poste est vacant, le premier réflexe d’un employeur est de vérifier auprès de son réseau de contacts s’il y a quelqu’un qui peut pourvoir à ce poste. Ensuite, il vérifiera les candidatures spontanées qu’il a reçues au cours des 6 derniers mois. S’il ne trouve pas la perle rare, il se résoudra alors à afficher le poste. Pour dénicher un emploi intéressant, il faut utiliser la même stratégie. La meilleure façon de se trouver un emploi est de se servir de son réseau de contacts. On me demande souvent : « Comment élargit-on son réseau de contacts? » Voici 5 trucs efficaces :

Bâtir son réseau de contacts avec ses contacts actuels

Dressez la liste des personnes que vous connaissez déjà, en y ajoutant leur métier et l’endroit où ils travaillent. Il vous faudra peut-être faire plusieurs appels, mais les résultats seront proportionnels aux efforts que vous mettrez. Pensez à plusieurs groupes de personnes : famille, amis, anciens collègues, voisins, etc. Même les professionnels que vous côtoyez régulièrement peuvent vous aider : dentiste, coiffeur(se), garagiste, serveur(euse), épicier, etc. Tous ces gens connaissent plusieurs personnes et les métiers qu’ils exercent. Ils peuvent donc vous mettre en contact avec des gens qui pourraient avoir un rôle déterminant dans votre carrière.

Bâtir son réseau de contacts en participant à des soirées causeries ou des conférences

Dans certains types de métiers, il existe des soirées causeries ou des conférences liées aux fonctions que vous exercez. Même si vous n’êtes pas en emploi en ce moment, vous demeurez quelqu’un d’influent dans votre domaine. Par exemple, une assistante dentaire en recherche d’emploi demeure une assistante dentaire. Elle est cependant disponible pour d’autres défis et elle peut profiter de sa disponibilité pour assister à des rassemblements qui traitent de sa profession et ainsi se faire connaître dans son milieu.

Bâtir son réseau de contacts avec sur LinkedIn

LinkedIn est le réseau de contacts professionnels le plus utilisé en Amérique du Nord. Si vous travaillez dans un domaine administratif ou que vous avez une profession reconnue, vous pouvez utiliser LinkedIn pour vous faire remarquer par des employeurs potentiels. Il suffit de s’inscrire et de créer une fiche qui décrit bien vos compétences, votre expérience de travail et votre niveau de scolarité. De plus, vous avez la possibilité de suivre des entreprises qui vous intéressent et recevoir les nouvelles qui les concernent. Vous pouvez aussi joindre des groupes de discussion sur des sujets professionnels qui vous intéresse.
Pour s’inscrire sur LinkedIn

Bâtir son réseau de contacts Nous pouvons vous aider avec votre profil LinkedIn!

Bâtir son réseau de contacts en participant à des stages d’observation

Si vous n’avez jamais travaillé dans un milieu particulier et que vous êtes curieux d’en savoir davantage, les stages d’observation sont tout indiqués pour vous. Vous n’avez qu’à vous préparer un scénario téléphonique et approcher les responsables des départements concernés en leur demandant s’il est possible que vous puissiez observer leur métier durant une demi-journée. Cela confirmera ou infirmera votre choix professionnel et contribuera à agrandir votre réseau de contacts dans ce domaine.
Pour en savoir plus, venez lire mon article sur les stages d’observations

Bâtir son réseau de contacts en se présentant aux journées carrières dans les salons ou dans les entreprises

Les salons de carrières sont très populaires auprès des professionnels et des employeurs. En une journée et au même endroit, vous pouvez rencontrer plusieurs employeurs et parfois même obtenir une entrevue sur place. C’est le moment idéal pour recueillir plusieurs cartes professionnelles et vous faire remarquer.
Pour connaître les dates et les régions, visitez le site événement carrières

Allez-y : démarquez-vous!

 

Cytologiste

Cytologiste : Un métier méconnu

Cytologiste La plupart des femmes et plusieurs hommes ont eu besoin à un moment ou l’autre de faire appel aux services d’un cytologiste, sans même le savoir. Ils travaillent dans l’ombre du système de santé et apportent un support aux médecins traitants. Ils ont pourtant un rôle très important dans le premier diagnostic des cancers. Il s’agit des cytologistes, ces techniciens en laboratoire spécialisés dans la recherche de cellules cancéreuses. J’ai rencontré Maryse Madgin Marois, cytologiste depuis plus de 10 ans, qui m’a expliqué avec passion sa profession.

Quel est le rôle du cytologiste?

Le cytologiste est la personne qui analyse les cellules cancéreuses des liquides biologiques aux moyens d’analyses au microscope. La plus grande partie de son travail est d’analyser les échantillons prélevés lors de PAP tests (examens gynécologiques). Ainsi, elle peut repérer les cellules cancéreuses dans ces échantillons. Il arrive aussi qu’elle doive analyser d’autres types de liquides dits non gynécologiques tels que l’urine, lavage bronchique, expectoration, ponction de thyroïde, ponction de sein, ganglion, parotide (glande salivaire) et quelques fois ponction d’os. Il ne faut toutefois ne pas les confondre avec les pathologistes, qui eux, observent des parties complètes d’os afin d’analyser l’ensemble des cellules.

À quoi ressemble une journée type d’un cytologiste?

Mme Madgin Marois nous explique qu’elle travaille 7 heures par jour devant un microscope du laboratoire de cytologie de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (il y a un département de cytologie dans chaque hôpital). Elle reçoit les spécimens de liquides biologiques habituellement remis dans des pots. Elle doit les déposer ensuite dans la centrifugeuse permettant ainsi de concentrer les cellules. Elle étale les spécimens sur une lame et à l’aide d’une pipette, elle ajoute un colorant qui permettra de bien localiser les cellules.

Suite à une analyse approfondie, elle rédige un rapport qui détaillera ses observations et qui sera acheminé au pathologiste. Ce dernier confirmera ou infirmera le diagnostic de la cytologiste. Le résultat final sera ensuite envoyé au médecin traitant.

Quelles sont les qualités professionnelles essentielles pour exercer cette profession?

Selon Mme Madgin Marois, il faut avoir une bonne concentration, faire preuve d’une grande minutie et un excellent sens de l’observation. De plus, on doit démontrer un intérêt pour le milieu de la santé. D’ailleurs, cette dernière a choisi cette profession, car elle avait le désir d’œuvrer dans le milieu de la santé, mais se sentait trop sensible pour rencontrer les patients. Cette profession lui permet d’avoir un rôle déterminant dans la santé des patients, sans les rencontrer directement. Il faut aussi être capable de travailler de longues heures assis dans une même position.

Quel est le parcours scolaire exigé par les employeurs?

Les personnes intéressées par cette profession doivent obtenir un Diplôme d’études collégiales (DEC) en Technologie d’analyses biomédicales d’une durée de 3 ans et poursuivre les études en obtenant une Attestation d’études collégiales (AEC) en cytotechnologie d’une durée d’un an. À noter que ce programme est contingenté et n’accepte que 10 étudiants par année, car il n’y a en moyenne que 4 cytologistes par hôpital. Les deux établissements qui offrent cette formation sont le Collège de Rosemont et le CHUM (campus Hôtel-Dieu).

Visitez le site de l’Association des Cytologiste du Québec