Archives de l’auteur : Lucie Boivin

reconnaissance des acquis

La reconnaissance des acquis et des compétences

La reconnaissance des acquis (RAC), vous connaissez ?

reconnaissance des acquis

On en entend parler de plus en plus et si vous êtes attentif, certains camions lourds sur nos routes affichent même leur publicité! En navigant sur les sites collégiaux et sur les sites des commissions scolaires vous verrez une section entièrement consacrée à ce sujet. Il faut dire que depuis plusieurs années déjà le Ministère de l’Éducation (en collaboration avec le personnel enseignant et les autres professionnels du milieu de l’éducation) travaille sur le développement et la mise en place d’outils et de méthodes pédagogiques spécifiques au sein des établissements d’enseignement permettant aux adultes de faire reconnaître leurs acquis et compétences. Mais qu’est-ce que c’est au juste ? Pourquoi un adulte devrait penser à la reconnaissance des acquis dans son projet d’études ou de formation?

La reconnaissance des acquis et des compétences s’inscrit dans le concept de la formation continue qui permet à un adulte de poursuivre ses apprentissages tout au long de la vie. Et oui, dans un monde où les changements sont constants et où les besoins de connaissances et de compétences ne cessent d’évoluer en milieu de travail, l’employé se doit de répondre à ces besoins pour être compétitif et rester dans la course ! Évidemment, il peut s’inscrire à certains programmes de courte durée, dont les Attestations d’études collégiales (A.E.C) ou les diplômes d’études professionnelles (D.E.P) qui se donnent à temps plein ou à temps partiel et à des moments bien précis dans l’année. Les universités offrent également des programmes de formation de jour ou de soir pouvant convenir à une clientèle adulte.

La reconnaissance des acquis, c’est pour qui?

Mais qu’en est-il, par exemple, des travailleurs expérimentés non diplômés qui, suite à une mise à pied, doivent se trouver un nouvel emploi? Des immigrants diplômés dans leur pays mais qui n’arrivent pas à se trouver du travail dans leur domaine au Québec? Ou encore, de l’employé qui souhaite obtenir une promotion mais qui ne répond pas aux qualifications requises de son employeur? Ce ne sont là que quelques exemples de situations où le retour aux études de façon formelle, en classe, n’est peut-être pas la meilleure option. On entend souvent dire de ces personnes pas de diplôme, pas de job !!… Si je dois retourner aux études pour apprendre ce que je sais déjà faire… c’est décourageant ! Tant de main d’œuvre prête à travailler, à démontrer ses compétences, son savoir et son savoir-faire mais qui se retrouve souvent exclue du système et de notre économie bien malgré elle… Notre système d’éducation doit donc s’ajuster et s’adapter à leur réalité et il a tout intérêt à offrir à ces personnes la possibilité d’obtenir une reconnaissance des acquis et compétences (émis par le ministère de l’éducation) afin d’intégrer ou de réintégrer rapidement le marché du travail. La reconnaissance des acquis prend ici toute sa place et sa raison d’être puisque c’est une démarche flexible, souple et personnalisée où l’individu fait la démonstration concrète qu’il possède les compétences grâce à ses expériences de travail ou de vie et ce, en fonction d’un programme d’études. Ce sont des rencontres et des évaluations avec un spécialiste de contenu (un enseignant expérimenté, dans la plupart des cas) qui décidera des modalités d’évaluation des compétences (exercices pratiques, entrevue, etc.). On pourra ainsi reconnaître les compétences du candidat et transmettre à ce-dernier un relevé de notes ou un diplôme. Par ailleurs, si certaines compétences du programme sont à acquérir (ce qu’on appelle la formation manquante), différents moyens seront alors proposés au candidat (formation à temps partiel dans un établissement scolaire, formation en entreprise, compagnonnage, etc.). La formule s’avère donc plus dynamique et pour plusieurs plus motivante puisque pragmatique et adaptée à la réalité des individus.

Pour en savoir plus sur la démarche et pour savoir si elle répondrait à vos besoins de formation, consultez le site internet www.reconnaissancedesacquis.ca Vous y trouverez une foule d’information (programmes offerts en reconnaissance des acquis, les étapes pour déposer une demande, etc.) !

Les résolutions pour la nouvelle année!

À chaque année et pour la nouvelle année, on s’apprête tous à prendre des résolutions, du genre J’arrête de fumer !… je vais faire plus d’exercice !… je vais me mettre au régime et je vais faire plus attention à ma santé…

Mais avez-vous pensé à vos résolutions professionnelles ?… un sondage effectué par l’Ordre des conseillers en ressources humaines montre que de vouloir faire progresser leur carrière en obtenant d’autres responsabilités ou un nouveau poste vient en tête de liste chez plusieurs québécois interrogés. Suit de très près, la volonté de trouver un meilleur équilibre travail-vie personnelle. Enfin, d’autres se donne comme objectif de mieux gérer leur stress au travail.

Toute résolution commence par une réflexion, une sorte d’introspection ou bilan qu’il est bon de faire périodiquement et la fin de l’année en est une belle occasion ! Prendre du recul et regarder où on en est, évaluer les satisfactions et insatisfactions dans notre emploi. Avons-nous atteint les objectifs qu’on s’était fixés ? Quelles sont nos réalisations au cours de la dernière année ? Sommes-nous heureux dans notre travail? Qu’est-ce qui nous rendrait plus heureux encore ?

Le travail, c’est la santé ! Oui, bien sûr… je suis d’accord avec cette affirmation mais encore faut-il qu’il sache répondre en grande partie à nos attentes, à nos exigences… Les réponses à ces questions peuvent nous aider à y voir plus clair et à mieux orienter nos résolutions.

Au nom de toute l’équipe de Parachute, je vous souhaite bonne année 2014, bonne réflexion et que vos résolutions pour cette nouvelle année vous inspirent et vous donnent des ailes !