Archives de catégorie : Recherche d’emploi

se fixer des objectifs

Se fixer des objectifs de recherche d’emploi en 5 étapes

Sans se fixer des objectifs d’emploi, il est parfois difficile de maintenir sa motivation ou d’arriver à des résultats satisfaisants lorsqu’il est question de recherche d’emploi. Dans mes interventions de groupe, j’utilise régulièrement la méthode SMART pour aider les gens à structurer leur réussite. Voici comment se fixer des objectifs :

Se fixer des objectifs SPÉCIFIQUE

se fixer des objectifsC’est-à-dire clair, net et précis. Par exemple, si vous êtes présentement en recherche d’emploi, vous aurez identifié clairement votre cible: préposé aux bénéficiaires, assistante dentaire, etc. Les milieux professionnels pour ces emplois sont assez bien définis. Ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, si vous offrez vos services à titre de commis comptable, il sera avantageux d’identifier un ou deux secteurs d’activités où vous souhaiteriez plus spécifiquement offrir vos services (secteur de l’alimentation, secteur pharmaceutique, de l’industrie du plastique, etc.). Plus c’est précis, plus c’est atteignable.

Se fixer des objectifs MESURABLE

On doit pouvoir évaluer vos progrès d’une étape à l’autre. Ces évaluations sont encourageantes et permettent de garder confiance. Par exemple, lorsque vous avez ciblé votre territoire de recherche d’emploi et élaboré votre liste d’employeurs potentiels, vous progressez, car deux étapes importantes ont été franchies.

Se fixer des objectifs ACCESSIBLE

Il doit demeurer réalisable en fonction du temps que vous avez à lui consacrer et des moyens en votre possession pour l’atteindre. Un objectif doit être atteignable à court ou moyen terme. Se fixer des objectifs à long terme est souvent source de démotivation, à moins de les diviser par étapes de réalisation. À chaque jour, vous pouvez par exemple réaliser des sous-objectifs qui sont en lien avec un objectif à moyen terme.

Se fixer des objectifs RÉALISTE

Il doit vous outiller dans le but de concrétiser votre projet. Par exemple, vous avez déjà cinq ans d’expérience dans le domaine de la mode, donc vous possédez des connaissances pertinentes en lien avec un objectif d’emploi comme agent de commercialisation dans le secteur du vêtement.

Se fixer des objectifs TEMPORELLEMENT DÉFINI

C’est-à-dire, avoir un début et une fin, donc, une durée. Il importe de fixer un temps bien précis pour l’atteindre. Par exemple, vous vous êtes fixé trois mois pour vous réorienter sur le marché du travail. Vous avez même inscrit une date d’entrée en fonction sur votre calendrier.

Se fixer des objectifs

Ça vous aide à orienter, à préciser vos choix et vos actions. Cela vous permet de canaliser votre énergie au bon endroit et d’avoir également le sentiment de progresser vers l’atteinte d’un but. Le fait de pouvoir évaluer votre progression favorisera votre motivation et ajoutera un sentiment de fierté à votre quotidien.

Tout projet ou objectif nécessite une série d’étapes à franchir. La patience et la constance sont deux atouts importants, tandis que la motivation et le dynamisme vous permettront de dépasser vos limites. Concentrez-vous sur un maximum de deux ou trois objectifs à la fois et assurez-vous que ceux-ci vous stimulent, sans quoi vous auriez avantage à les revoir. Établissez ensuite un ordre de priorité. Revoyez-les régulièrement et ajustez-les au besoin. Inévitablement, vous aurez ainsi chassé l’ennui, le découragement et la routine de votre quotidien. Bienvenue nouveauté, succès et réussite!

Vous en savez maintenant un peu plus sur la façon SMART pour se fixer des objectifs!

Venez me rencontrer pour vous assurer d’être sur la bonne voie afin de se fixer les bons objectifs! 450.492.5050

http://fr.wikipedia.org/wiki/Objectifs_et_indicateurs_SMART

candidats disponibles

Six attitudes à éviter face à la recherche d’emploi

attitudes à éviterLa méthode entrepreneuriale d’insertion professionnelle (MEIP) que nous utilisons pour accompagner les personnes à la recherche d’un emploi est fondée sur le développement d’une attitude fondamentale pour assurer son autonomie professionnelle : l’esprit d’entreprise. Pour vous partager certains des éléments de notre méthode, nous avons illustré les attitudes à éviter et les comportements qui font échec à l’esprit d’entreprise. En effet, lorsqu’on souhaite avoir du succès dans ses recherches, c’est-à-dire des résultats, vaut mieux éviter les énergies improductives. 

Les six attitudes à éviter en période de recherche d’emploi :

1. L’attitude Petit Poucet

Aller remplir des demandes d’emploi d’une entreprise à une autre (pour ceux qui le font encore), sans même rencontrer la personne responsable.

2. L’attitude devinette

Acheminer votre CV en inscrivant « N’importe quoi », lorsqu’on demande d’indiquer pour quel emploi vous postulez. Ou encore, faire parvenir massivement son CV par courriel à des adresses « info@xyz.com » sans indiquer à quel titre vous offrez vos services.

3. L’attitude Y’en ont besoin partout

Acheminer votre CV un peu partout, par courriel, sans savoir si votre offre est pertinente avec les profils carrière de l’entreprise.

4. L’attitude 6/49

Remplir des demandes d’emplois (si vous le faites encore) ou acheminer votre CV de façon aléatoire, puis attendre que le téléphone sonne.

5. L’attitude marathon

Consulter les rubriques, sites d’offres d’emploi ou autres et envoyer votre CV en même temps que 300 autres personnes qui postulent au même emploi.

6. L’attitude Y’en a pas de job!

Ne pas avoir de projet. En effet, si vous vous reconnaissez à travers cette famille d’attitudes, il est grand temps de joindre un groupe de recherche d’emploi, contacter un conseiller en développement de carrière ou un spécialiste de l’orientation qui vous aidera à identifier un projet professionnel qui puisse avoir du sens à vos yeux. Lorsque vous aurez identifié celui-ci, croyez-moi, vous aurez le goût d’entreprendre. Votre esprit d’entreprise sera agréablement ravivée; tout comme votre moral, d’ailleurs.

Consultez la série Entreprendre du site Kit de coaching pour obtenir des trousses d’auto-coaching vous permettant de développer votre esprit d’entreprise.

Bon projet!

projet

L’importance d’avoir un projet

projetFace à votre vie professionnelle, qu’avez-vous l’intention de faire? La réponse à cette question vous conduira à la définition d’un projet réaliste et réalisable à court ou moyen terme. Sans projet, impossible de bonifier sa carrière. Sans projet, impossible de structurer une recherche d’emploi. Avoir un projet, c’est mettre en place des actions significatives visant à le rendre concret !

Votre projet part uniquement de vous

Ce que vous êtes, vos valeurs, vos intérêts, vos compétences, vos aptitudes. Plus un projet vous collera à la peau, plus il sera source de satisfaction durable. Alors, allez-y, dressez un portrait de vous-même! Vous serez surpris des pistes pouvant déboucher sur un emploi ou un domaine passionnant. En questionnant les gens de votre entourage sur leur métier ou profession, vous pourriez aussi récolter des informations intéressantes sur un secteur d’activité à découvrir.

Vous êtes la seule et unique personne responsable de définir votre projet, de lui donner vie. C’est donc dire que vous êtes le principal réalisateur de votre succès, de votre réussite. Les comportements d’attente et de procrastination n’ont donc aucunement leur place dans la définition d’un projet gagnant.

Ayez toujours en tête que le travail est une opportunité de s’engager, de grandir, d’apprendre, de se bâtir un réseau et de réaliser son potentiel.

Pour mettre toutes les chances de votre côté dans la belle aventure qu’est la recherche d’un emploi satisfaisant, il est donc important de débuter par la définition d’un projet qui nourrira votre intérêt à long terme. Plus il sera motivant et enrichissant, plus il vous permettra de vous épanouir. Qui sait combien de nouveaux projets le vôtre fera-t-il germer? En effet, tout projet significatif contient un potentiel infiniment créateur. Le plus difficile est parfois d’en fixer les limites!

Foncez droit vers un projet gagnant. Votre perception du travail s’en trouvera vite modifiée à jamais!

Pour obtenir de l’aide pour la mise en place de votre projet, ne vous gênez pas et contactez une de nos conseillères pour obtenir tout l’information dont vous avez besoin.

450.492.5050, ou par courriel à info@paragrh.com

Établir ses objectifs professionnels en 4 points

Certaines personnes se font rapidement une idée de leurs objectifs professionnels et d’autres évoluent sur le marché du travail au gré des opportunités. Il n’y a pas de meilleur parcours, encore moins de parcours unique ou linéaire. Toutefois, il arrive fréquemment de souhaiter faire un changement de carrière pour mieux se réaliser ou pour obtenir un emploi qui corresponde davantage à ses besoins. Ce n’est pas une simple tâche de bien choisir parmi les nombreuses professions existantes. Les questions suivantes pourraient s’avérer pertinentes si vous souhaitez réfléchir à un nouveaux choix de carrière:

1. Quelles sont mes expériences de travail ?

Faites un tour d’horizon de vos expériences de travail (bilan professionnel) en faisant ressortir les aspects positifs et négatifs de chaque poste occupé. Cela vous permettra de mettre en évidence les compétences et qualités développées à travers votre parcours.

2. Qu’est-ce qui m’allume et me passionne?

Un intérêt qui revient sans cesse depuis des années peut s’avérer révélateur. Pensez aux activités et au temps que vous allouez à celles-ci. Peut-être vous conduiront-elles vers des pistes intéressantes. Ensuite, déterminez les métiers qui sont reliés indirectement ou directement à vos objectifs professionnels.

3. Qu’est-ce que je veux retirer du travail ?

Chacun a des attentes différentes face au marché du travail. Pour certains, ce sont les conditions salariales. Pour d’autres, c’est la stabilité. Il est important de vous arrêter pour déterminer les conditions recherchées entourant votre prochain environnement de travail: la mobilité, travailler dans un environnement stimulant, avoir la capacité de soumettre ses idées et prendre des initiatives, aider les autres, transmettre ses connaissances, exercer du leadership, etc.

4. Est-ce que je possède les acquis pour atteindre ma cible (formation, expériences, qualités) ?

Pour répondre à cette question, il est important de prendre les devants et de s’engager face à sa démarche. Par exemple, il peut être vraiment profitable de questionner les personnes qui exercent le métier visé et obtenir l’information en lien avec cet emploi, à l’aide de sources documentaires ou sur Internet. Il peut être pertinent de vous demander combien de temps vous êtes prêt à investir dans un retour aux études, s’il y a lieu. En visitant certaines écoles où vous avez identifié des intérêts de formation, laissez-vous imprégner de l’environnement en imaginant un futur possible. Plusieurs établissements offrent même la possibilité d’y devenir «élève d’un jour».

Pour obtenir davantage d’aide pour établir vos objectifs professionnels :

Il est primordial d’établir ses objectifs professionnels afin d’avoir une démarche de recherche d’emploi efficace.

Veuillez consulter la page des services de Parachute Carrière pour AdultesParachute Carrière pour les Jeunes

Il existe aussi des sites qui offrent l’information scolaire et professionnelle en lien avec la plupart des métiers et professions, par exemple, celui d’Emploi-Québec

Enfin, osez prendre des risques! Il ne peut en résulter que du positif.

objectifs professionnels

Votre profil sur les réseaux sociaux en période de recherche d’emploi

Votre profil sur les réseaux sociaux

On entend partout parler des réseaux sociaux. Suivez-nous sur Twitter! Visitez notre page Facebook! Devenez fan de… et courez la chance de remporter un fabuleux prix! En s’affichant sur les réseaux sociaux, les entreprises ou organisations visent à se faire connaître par le plus de gens possible afin que ces derniers soient informés des dernières nouveautés, produits ou événements à promouvoir.

À la manière des entreprises, vous pouvez aussi utiliser les réseaux sociaux pour faire connaître vos services et compétences aux employeurs. Les réseaux sociaux partagent des caractéristiques communes. Ils permettent de publier un profil sur les réseaux sociaux, de le mettre à jour, d’y ajouter des contacts professionnels, familiaux ou amicaux et de visionner le profil d’autres utilisateurs. On peut aussi utiliser les réseaux sociaux en recherche d’emploi en s’abonnant au profil d’une entreprise pour laquelle on aimerait travailler. On peut ainsi recevoir leurs récentes offres d’emploi et être à l’affût des dernières nouvelles concernant l’entreprise. Sur les réseaux sociaux, on peut partager avec tous ses contacts ou certains groupes, des informations personnelles. Vous pouvez ainsi en un clic annoncer à vos 300 contacts que vous êtes à la recherche d’un emploi en marketing. De la même façon, vos contacts peuvent partager une offre d’emploi au sein de leur compagnie. C’est pourquoi il est important de soigner l’image de profil sur les réseaux sociaux.

Les trois grands réseaux sociaux

Linkedin : C’est un réseau social utilisé par des professionnels afin d’établir des contacts et partager des intérêts communs. Il permet aux recruteurs de visionner le profil sur les réseaux sociaux des candidats, de voir leurs contacts communs. On peut décrire ses compétences, sa formation, son expérience professionnelle, etc. Il n’est pas nécessaire ici de limiter son profil sur les réseaux sociaux à un certain groupe d’utilisateurs. Comme le contenu est strictement professionnel, on ouvre son profil à tous et on élargit ainsi son réseau de contacts. Il s’avère judicieux de tenir son profil à jour régulièrement même si vous n’êtes plus en recherche d’emploi. On ne sait jamais quelle opportunité peut se présenter! Un employeur pourrait voir votre profil et vous proposer quelque chose d’intéressant.

Facebook : Il est utilisé par les professionnels pour le réseautage, par son cercle d’amis pour garder contact, par les entreprises pour se faire connaître, etc. Il importe ici de se demander à qui l’on veut ouvrir son profil. Il est possible de limiter la consultation de son profil sur les réseaux sociaux à un cercle Il n’est pas nécessaire ici de limiter son profil à un certain groupe d’amis restreints. Un avantage de Facebook est la facilité de réseautage permise. Par exemple, on peut publier un statut et rejoindre tous nos contacts à la fois, ce qui accélère beaucoup les choses. Pas besoin de téléphoner tout son réseau pour annoncer une bonne nouvelle!

Twitter : Ce réseau permet d’être tenu au courant des dernières nouveautés concernant des entreprises, des marques de commerce, des artistes, des amis, etc. Le principe est simple. On publie un gazouilli (tweet, en anglais) d’une longueur de 140 caractères et moins et il peut être lu par tous. Il est aussi possible de protéger son compte et ainsi le rendre visible seulement aux abonnés du compte. On utilise cet outil à la manière d’une entreprise. Vous êtes maquilleuse? Annoncez votre disponibilité pour les bals de finissants. Vous êtes nouvellement diplômé en informatique? Inscrivez-le. Si vous utilisez votre créativité afin de promouvoir vos services et créer de nouvelles opportunités via les réseaux sociaux, qui sait quelles portes cela vous ouvrira!

portefeuille de compétences

Diversifiez votre portefeuille de compétences à la manière d’un REER

portefeuille de compétencesTout bon planificateur financier vous recommandera de diversifier votre portefeuille de placements REER à l’aide de plusieurs titres, tant pour profiter des hausses boursières que pour vous protéger des baisses. Appliquer cette règle à la gestion de votre portefeuille de compétences est sans doute une bonne idée aussi. Dans un portefeuille de placements, on peut retrouver différentes formes d’actifs : actions, obligations, titres à revenus fixes, bons du trésor, liquidités, etc. Même chose pour un portefeuille de compétences.

Savoir

Parmi les actifs « savoir », on retrouve une variété de connaissances associées à des secteurs : aéronautique, finance, immobilier, histoire de l’art, droit, alimentation, santé, informatique, musique, diététique, anatomie, politique, etc. Le domaine du savoir est vaste, riche, intéressant. Plus un portefeuille de connaissances est diversifié, plus larges sont nos horizons et notre culture. Moins grands sont nos préjugés. Les connaissances permettent aussi de se démarquer, convaincre, influencer, éduquer. Enfin, notre capital savoir peut stimuler notre créativité, si on s’amuse à relier des connaissances ou éléments apparemment incompatibles (force fit). Une façon intéressante d’investir du côté des actifs savoir, pourrait être de se fixer chaque année un objectif découverte à l’égard d’un domaine ou sujet dont vous n’avez aucune référence. Exemple : Cette année, je développe ma curiosité face à la culture des champignons, la physique quantique, l’histoire des Berbères, l’utilisation des cellules souches, etc. Pour cette catégorie d’actifs, il n’y a aucune limite quant au nombre de titres à acquérir. La diversification et l’esprit de découverte avantagent.

Savoir-faire

Les actifs « savoir-faire » regroupent les aptitudes, habiletés, talents. Nous savons que le fait de maîtriser à l’oral plusieurs langues est un atout indéniable, non seulement applicable au développement de sa carrière mais aussi lorsqu’on aime voyager. Bien sûr, je peux posséder des connaissances de la langue italienne, sans être capable de la parler. Les actifs savoir-faire sont donc parfois une catégorie d’actifs à travers lesquels on démontre la capacité d’appliquer à la fois une partie de « savoir » et une partie de « faire ». Parmi les actifs savoir-faire très sollicités par les employeurs, on retrouve la facilité à travailler en équipe, le leadership, les habiletés relationnelles, la capacité d’adaptation au changement, l’aptitude à diriger des réunions, communiquer efficacement, former du personnel, transmettre un contenu, estimer les coûts, établir des priorités, gérer le stress, trouver des solutions et les mettre en action, etc. La plupart des actifs savoir-faire s’apprennent ou se développent de façon autodidacte ou par voie de formations à la carte, que ce soit en classe, à distance ou par webinaires. De plus en plus de formations universitaires gratuites non créditées sont offertes en ligne. Un bon portefeuille de savoir-faire devrait au moins contenir de 10 à 15 titres. Vous pouvez puiser dans vos savoir-faire personnels, car ils se révèlent parfois être une vraie mine d’or, sous-estimée d’ailleurs.

Savoir-être

Les actifs « savoir-être » sont les plus précieux. Pourquoi? Si les autres catégories d’actifs s’acquièrent relativement bien et en quantité variable, les savoir-être ne sont pas à la portée de tous. Ne les acquièrent pas qui veut, mais qui peut, car ils sont un art d’être. En cas de tempête, d’accident ou de réorientation complète de votre carrière, impossible de les voir perdre de la valeur. La plupart des savoir-être s’expriment tôt dans l’enfance et s’affinent avec le temps. Lorsqu’ils sont encouragés ou renforcés par l’environnement immédiat, ils deviennent les cartes atouts du portefeuille de compétences. Ils feront toute la différence en entrevue de sélection ou en situation de crise, par exemple. Les titres les plus recherchés sont : le jugement, l’efficacité, le sens des affaires, l’esprit d’entreprise, le sens du public, l’esprit d’innovation, le respect (de soi, des autres, des lieux, des outillages, des règles, etc.), l’intégrité, la rigueur, le professionnalisme, la maîtrise de soi, le charisme, le goût du travail, la débrouillardise, l’initiative, la créativité, l’imagination, la détermination, la persévérance, etc. Un top cinq prévaut dans cette catégorie d’actifs. Si vous hésitez à déterminer vos meilleurs titres, consultez votre environnement. Demandez, par exemple, qu’on vous indique vos plus grandes qualités. Vous serez probablement sur de très bonnes pistes.

Publié sur le Hufftington Post le 7 février 2014

L’autosabotage en entrevue

Une bonne copine est actuellement en recherche d’emploi et sa démarche devient de plus en plus difficile. Elle me disait avoir fait de l’autosabotage lors de sa dernière entrevue. Pourtant, tout dans l’emploi visé lui convenait : le salaire, les heures, etc. Elle a même dit à l’employeur qu’elle se voyait travailler au sein de leur entreprise. Elle me dit qu’elle savait que l’employeur avait une autre candidate en vue (une personne qu’elle connaissait) et qui habitait la région. En fin d’entrevue, elle a conclu en ajoutant: «Je comprendrais si votre préférence allait à une personne de la région…». Elle a donc invité l’employeur à prendre une décision en faveur de sa concurrente. Bien sûr, ma copine a un super grand cœur et ne voulait surtout pas nuire… L’autosabotage n’est pas payant!

L’autosabotage

Nos attitudes se forgent dès l’enfance. Notre éducation, nos croyances, nos perceptions de la réalité teintent notre vision des choses et du monde. La recherche d’emploi remet inévitablement en question nos façons de voir. C’est une démarche parfois complexe et source d’angoisse. D’où l’apparition de mécanismes de défense visant à nous protéger contre l’angoisse et le stress de l’inconnu. Dans son livre intitulé : Déjouer les attitudes kamikazes en recherche d’emploi (Septembre Éditeur, 2000), Mathieu Guénette, conseiller d’orientation, a identifié cinq profils d’attitudes autodestructrices. Si jamais vous vous reconnaissez, n’hésitez pas à vous procurer son livre. Des conseils sont rattachés à chacun de ces profils!

L’orphelin larmoyant :

Il formule ses demandes avec un sentiment d’infériorité, croit n’avoir aucun contrôle sur sa vie et désire être pris en charge. Son discours ressemble à: S’il vous plait, donnez-moi ma chance.

Le bon élève :

Il répond à des normes et connaît les réponses, mais il a de la difficulté à se présenter. Il est centré sur sa performance, ce qui l’empêche d’entrer en contact avec son interlocuteur.

Le super-héros :

Il possède une assurance démesurée. Tout est un défi pour lui. Il veut tout refaire, reconstruire et apporter des changements au sein de l’entreprise.

Le combattant enragé :

Il est en guerre à chaque entrevue, car il s’agit pour lui d’une bataille à mener contre l’employeur. La rage est son énergie et il se perçoit comme un perdant. Il attaque afin de cacher son manque de confiance en lui.

L’impuissant bienheureux:

Il n’a pas de problème à lâcher prise et se retrouve bien souvent désengagé dans sa recherche d’emploi. Tout devient un prétexte pour abandonner ses démarches: la hausse du prix de l’essence, une panne Internet, etc.