Archives par mot-clé : aider

choix de carrière

Comment aider son jeune à faire son choix de carrière ?

choix de carrièreÀ 15 ou 16 ans, il peut être un véritable casse-tête de décider ce qu’on va faire de sa vie. La présence et l’implication des parents dans ce cheminement sont des atouts considérables pour tout adolescent à la recherche de son choix de carrière. Voici quelques pistes de réflexion pour vous aider à guider votre jeune vers le choix de carrière qui le rendra heureux.

Observez et discutez

Prenez le temps de vous arrêter et d’observer votre jeune. Quels sont ses intérêts? Dans quelle matière a-t-il plus de facilité? Quelles sont ses forces, ses qualités? Quels sont ses rêves présentement et quels étaient ses rêves étant enfant («Quand je serai grand, je serai…»)? De quels sujets vous parle-t-il avec passion? Vous a-t-il déjà parlé de ses idées de choix de carrière?

N’hésitez pas à ouvrir une discussion suite à vos observations. Posez des questions, écoutez attentivement les réponses, faites-lui part de vos observations et commentaires avec respect, lancer des suggestions de pistes à explorer. Comme il s’agit d’une énorme décision pour quelqu’un de cet âge, la majorité des jeunes vont apprécier avoir la chance de discuter de son choix de carrière avec ses parents.

Les erreurs

Partager avec vos enfants les erreurs que vous avez vous-même commises ou les regrets que vous avez par rapport à votre choix de carrière peut être intéressant. Certes, la vie professionnelle semble changer de génération en génération, mais cette discussion peut surement outiller votre jeune quant à son choix de carrière.

SON choix de carrière, pas le vôtre

Il s’agit ici peut-être de la partie difficile pour le parent : respecter le choix de son enfant, même si on n’est pas d’accord. Il ne faut jamais oublier qu’il s’agit du choix de carrière de l’enfant et non de l’adulte. À moins qu’il ne s’agisse d’activités criminelles, il est recommandé d’encourager son jeune à faire un choix de carrière lié à ce qui le passionne. Bien entendu, on peut discuter des pour et des contre des intérêts professionnels de notre jeune afin qu’il puisse avoir une perspective globale du choix de carrière qu’il s’apprête à prendre, mais en fin de compte, son choix de carrière risque de le rendre beaucoup plus heureux que votre choix.

De longues études, payant ?

Plusieurs parents souhaitent que leurs enfants obtiennent un diplôme universitaire, car ils croient que ce sera assurément payant. Toutefois, il ne s’agit absolument pas d’une certitude. Aller à l’université à reculons, ce n’est pas nécessairement agréable ni bénéfique.

Il faut savoir que certains métiers ne demandant pas de diplôme universitaire peuvent être payants aussi : électricien, directeur commercial dans un concessionnaire automobile, grutier, plombier, directeur de développement, massothérapeute, représentant des ventes, etc. Les avenues sont nombreuses.

Il faut aussi prendre en compte l’importance que votre jeune accorde au salaire ou au « prestige » lié au fait d’être diplômé universitaire. Ce ne sont peut-être pas des critères qui ont la même valeur à leurs yeux qu’aux vôtres.

Bien entendu, il faut un salaire minimum pour vivre, mais ce minimum diffère pour chacun et si votre jeune est heureux avec la moitié de votre salaire, ce sera son choix! Vaux mieux une personne heureuse professionnellement, mais moins nantie, qu’un riche malheureux !

Il n’a aucune idée vers où se diriger et je ne sais plus comment l’aider!

Vous n’êtes pas seul! Sachez qu’il existe plusieurs ressources pour vous aider. Tout d’abord, les conseillers d’orientation possèdent tous les outils pour aider votre jeune dans son choix de carrière. N’hésitez pas à nous contacter ou à faire une recherche sur l’ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec pour trouver un professionnel près de chez vous.

Nous vous suggérons aussi de consulter le livre de Marie-Sylvie Dionne, Le défi d’orientation : Guide du parent zen, qui offre des conseils simples pour vous aider à devenir l’accompagnateur que vous désirez être pour votre enfant, et à traverser ces moments d’incertitude et de questionnement liés au choix de carrière.

Conclusion

Prenez du temps avec votre enfant, respectez SON choix, encouragez-le, faites-lui part de votre façon de voir les choses et aidez-le le plus que vous pouvez. N’oubliez pas que c’est sa vie, non la vôtre, mais l’opinion respectueuse d’un parent est toujours agréable à entendre.

conciliation travail-famille

Conciliation travail-famille : 8 trucs pour alléger votre quotidien

Vous vous sentez épuisés, vous auriez besoin de plus que 24 heures par jour pour arriver à combler tous vos besoins (sociaux, monétaires, santé, etc.)? Plusieurs articles traitent de la conciliation travail-famille conciliation travail-familleen énumérant des solutions apportées par les entreprises, mais qu’en est-il des solutions que nous pouvons apporter dans notre propre famille?

Définition et statistiques sur la conciliation travail-famille

Selon le Ministère de la Famille et des Aînés du Québec, la conciliation travail-famille (CTF) signifie la echerche de l’équilibre entre les exigences et les responsabilités liées à la vie professionnelle et à la vie familiale. D’après un sondage commandé par l’organisme Naître et Grandir et réalisé par Léger, en 2014, au Québec, 45% des parents avaient de la difficulté avec la conciliation travail-famille.

Qui est touché par les méthodes de conciliation travail-famille?

Lorsqu’on parle de conciliation travail-famille, nous pensons d’abord aux jeunes familles qui ont de la difficulté à gérer les responsabilités reliées tant au travail qu’à la maison, mais il n’y a pas qu’eux. Comme la population est vieillissante, il est de plus en plus fréquent que des familles recourent aux aidants naturels pour prendre soin de leurs parents. Pour leur part, les familles monoparentales vivent ce problème difficilement, surtout quand la garde des enfants n’est pas partagée. À l’inverse, les couples séparés ayant une entente de garde partagée se disent moins touchés, car une semaine sur deux, ils peuvent pallier à la situation et se sentent moins essoufflés. Ce problème touche plus particulièrement les familles de classe moyenne et à faible revenu, car comme nous l’aborderons plus tard, les familles mieux nanties peuvent payer pour des services afin d’alléger leur horaire du temps. Les nouveaux arrivants sont aussi touchés par cette réalité, car leur réseau social étant limité, ils peuvent difficilement compter sur des proches pour les aider au quotidien. Bref, la conciliation travail-famille est un sujet qui touche une grande partie de la population active.

La nécessité de la conciliation travail-famille : les causes

Selon l’Institut nationale de la santé publique du Québec, nous pouvons classer les causes de la nécessité d’avoir des aides pour la conciliation travail-famille en 4 catégories :

  1. Contexte économique
  2. Contexte démographique
  3. Contexte du travail
  4. Contexte social.

Le point de vue économique

Il y a eu dans les années 90 la mondialisation des marchés qui a amené une concurrence accrue. Les heures de travail ont augmentés et les disponibilités demandées par les employeurs sont allées dans le même sens. Le coût de la vie ayant considérablement augmenté au cours des dernières années a eu pour effet une entrée massive des femmes sur le marché du travail.

Le contexte démographique

Les baby-boomers étant presque tous à la retraite, nous remarquons un vieillissement de la population. Et cette même génération vivra aussi plus longtemps que leurs prédécesseurs. De là nait alors le phénomène des aidants naturels qui est de plus en plus répandu et qui donne du fil à retorde à la génération « sandwich », celle prise entre le devoir de prendre soins de leurs enfants, mais aussi de leurs parents. De plus, le taux de natalité a fortement diminué et les couples attendent plus longtemps pour fonder une famille. Lorsque les femmes ont leur premier enfant dans le début de la trentaine, elles ont moins d’énergie que les femmes qui auparavant accouchaient pour la plupart au début de la vingtaine. Mixer travail et famille demande un effort plus grand. Les méthodes de conciliation travail-famille deviennent donc de plus en plus nécessaires.

Le contexte du travail

Le contexte de travail s’étant adapté à la mondialisation a fait augmenter le nombre d’emplois atypiques qui se caractérisent par des emplois à temps partiel, horaires variés, travail autonome ou temporaire. Il en devient alors un casse-tête pour planifier la conciliation travail-famille.

Le contexte social

Le contexte social est aussi touché par cette réalité. Nous notons une augmentation de la monoparentalité et par le fait même, une diversification des familles (monoparentales, reconstituées, garde partagée, bi-générationnelle, etc.) Le manque de temps devient un élément central de la difficulté à la conciliation travail-famille.

Les impacts dans nos vies d’une mauvaise conciliation travail-famille

Au plan familial

Diminution de la socialisation, mauvaises habitudes de vie et donc de la santé, chicane de couple, etc.

Au niveau travail

Problèmes d’adaptation, faible satisfaction au travail, taux d’absentéisme élevé, roulement de personnel, etc.

Au niveau santé

Stress, épuisement, fatigue, dépression, migraines, maladies cardiovasculaires, obésité, etc.

Faire le bilan

Lorsque nous vivons cette situation, avant de penser aux solutions, il est primordial de faire un bilan de notre vie. Penser à nos valeurs profondes, nos besoins et intérêts, versus ce qui se passe actuellement dans notre vie. Il peut être ardu de faire cette réflexion. N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec un professionnel (conseiller d’orientation, psychologue, travailleur social) pour vous aider à dresser ce bilan. Plusieurs se surprendront à réaliser qu’ils occupent un métier qui leur convient, mais devront changer de milieu pour viser un environnement plus accommodant ou plus flexible. Pour certains, une réorientation de carrière devra être envisagée, tandis que pour d’autres, il s’agira d’une réorganisation du temps. Ce bilan vous permettra de voir plus clair et de trouver les meilleurs méthodes de conciliation travail-famille pour votre situation.

Solutions à la conciliation travail-famille

La conciliation travail-famille est d’abord et avant tout un défi de gestion du temps. Voici 8 trucs pour vous aider à gérer votre temps de manière efficace.

  1. Utiliser la technologie

    Plusieurs instances offrent la possibilité de régler les factures en ligne. Prendre l’habitude de le faire peut vous sauver beaucoup de temps. Fini les déplacements dans les institutions bancaires, tout peut se faire à partir de chez soi. Les téléphones intelligents offrent plusieurs applications mobiles qui peuvent vous faciliter la tâche.

  2. Commander vos prescriptions médicales

    Qui n’a pas déjà attendu longtemps en pharmacie pour une prescription? Vous pouvez commander à l’avance vos prescriptions et vous rendre sur place seulement lorsqu’elles seront prêtes. Vous pouvez aussi demander le service de livraison à domicile. Votre petit dernier semble malade et vous hésitez à vous rendre à la clinique, appeler Info-Santé peut vous éviter de vous rendre inutilement en clinique.

  3. Préparer à l’avance les repas

    Ce truc vous permettra non seulement de sauver du temps, mais aussi de l’argent. Ceux et celles qui prennent l’habitude de préparer plusieurs repas à l’avance et les congeler, ont davantage de temps pour s’occuper des enfants arrivés à la maison. De plus, préparer un menu permet de ne dépenser que le nécessaire lorsque vous allez en épicerie. Faire participer vos enfants à la planification des repas peut s’avérer un moment de complicité plutôt agréable. Vous les aider ainsi à voir l’importance de cette tâche et leur inculquez de bonnes habitudes de vie.

  4. Distribuer les rôles aux membres de la famille

    Laissez votre orgueil de côté et n’hésitez pas à déléguer les tâches ménagères aux membres de la famille. Même les tous petits s’amuseront à remplir la sécheuse de vêtements mouillés ou encore épousseter les meubles. On ne recherche pas la perfection au niveau de la tâche, mais la collaboration de chacun, ce qui est une autre belle valeur à instaurer.

  5. Utiliser le réseau de contacts

    Peut-être avez-vous des amis qui vivent la même situation que vous. Pourquoi ne pas leur offrir de s’occuper de leurs enfants pour leur donner un répit? Ils pourront ensuite vous rendre la pareille. Les grands-parents sont eux aussi d’une bonne aide. Ils peuvent vous aider dans les tâches ménagères ou pour amuser les enfants. Si votre réseau n’est pas optimal, vous pouvez vous renseigner sur les Maisons de la famille et les Maisons de répits pour les aidants naturels.

  6. Diminuer le temps de déplacement

    Si possible, choisissez un emploi qui vous permettra de diminuer le temps de déplacement. Travailler à contre-sens du trafic peut réduire considérablement le temps perdu dans le transport. Avec l’accès aux voies rapides, le covoiturage et le transport en commun peuvent vous faire économiser temps et argent. Certains employeurs offrent la possibilité de faire du télétravail (travail à partir de la maison). Il peut être avantageux de le faire, à condition que ce temps soit affecté au travail et non aux enfants en même temps.

  7. Modifier l’horaire de travail

    Au même titre que travailler à contre-sens du trafic, changer l’horaire de travail peut vous aider à éviter l’affluence sur les routes et passer du temps de qualité avec vos proches.

  8. Payer les services d’un(e) concierge et/ou un(e) préposé(e) à l’entretien ménager

    Le vieil adage citant Le temps, c’est de l’argent! prend ici tout son sens. Pour les mieux nantis, vous pouvez avoir recours aux services d’un ou d’une concierge qui se chargera de faire toutes vos courses. D’ailleurs, quelques employeurs offrent parmi leurs avantages sociaux, la possibilité d’utiliser ce service payé par l’entreprise. Cette initiative permet de réduire le taux d’absentéisme et le niveau de stress du personnel. De plus, il n’est plus rare d’entendre les gens dirent qu’ils ont recours aux services de préposés à l’entretien ménager à domicile. Ce secteur des services est en grande expansion. C’est d’ailleurs le secteur d’activité embauchant le plus grand nombre de Québécois à ce jour.

Références

https://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/publication/Documents/ctf-fiche-1.pdf

http://www.quebecfamille.org/conciliation-travail-famille/vous-n-etes-pas-seul.aspx

https://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/375-ConciliationTravail-Famille.pdf