Archives par mot-clé : démarche

choix de carrière

Choix de carrière : comment nous aidons votre jeune à faire un choix éclairé

choix de carrièreVotre jeune est en voie de terminer son secondaire et doit faire un choix de carrière? Vous vous demandez s’il est normal qu’il n’ait aucune idée de choix de carrière ou de programmes d’études vers lequel se diriger?

Avec des centaines de programmes d’études et de multiples opportunités de choix de carrière, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Si pour certains jeunes, le choix devient évident, sachez que pour la majorité, ce n’est pas le cas.

Nous savons combien les parents sont préoccupés par la réussite de leurs enfants et souhaitent le meilleur pour leur avenir. C’est pourquoi vous devez savoir que des ressources professionnelles existent pour accompagner votre enfant à prendre une décision éclairée quant à leur choix de carrière.

De nombreux jeunes ont de la difficulté à faire un choix au secondaire

Et voici pourquoi :

  1. Ils ont peur de se tromper.
  2. Ils méconnaissent les programmes d’études et les choix de carrière.
  3. Ils ont une très faible idée du marché du travail et de ses exigences.
  4. Ils sous-estiment l’ampleur des secteurs d’activités professionnels.
  5. Ils ne se connaissent pas, car leur identité est en pleine construction.
  6. Ils sont anxieux face à l’avenir.
  7. Ils ne veulent pas déplaire à leurs parents.
  8. Ils doutent d’eux-mêmes et s’abstiennent de décider.
  9. Ils ont de la difficulté à se projeter dans le temps.
  10. Faire un choix de carrière est leur première grande décision.

Choix de carrière : une variété de peurs légitimes

Le choix de carrière est associé à de nombreuses peurs. Et lorsqu’on a peur, on devient anxieux. Face à la peur, certains jeunes paniquent, d’autres deviennent muets. Ils ne veulent pas discuter de cette décision face à leur carrière et optent alors pour une fuite passive, ce qui peut engendrer un lot de conflits de communication parents-enfant. Tout ça est tout-à-fait normal.

Notre démarche pédagogique

Pour accompagner votre jeune durant cette période difficile, nous offrons une démarche pédagogique permettant le choix de carrière. En trois rencontres de deux heures réalisées lors de journées pédagogiques, ou 6 rencontres d’une heure dans le cadre de nos horaires réguliers, nous offrons une structure d’exploration qui conduit à un choix de carrière éclairé, convenant au profil de votre jeune.

Une relation d’aide avant tout

Une démarche d’orientation, c’est une relation d’aide. Le but de celle-ci : éclairer la prise de décision de votre jeune. Lorsque vous consultez un notaire, un avocat, un comptable ou un médecin, ceux-ci posent une évaluation professionnelle de votre situation afin de vous aider à identifier des possibilités. Il en est de même lorsque l’on consulte un professionnel de l’orientation. La confusion, l’indécision, l’inquiétude et une multitude d’émotions associées à la peur, créent des fossés qui empêchent de voir clair. Lors d’une démarche d’orientation, le jeune se dépose, reprend contact avec lui-même afin d’identifier ses ressources. Lorsque c’est fait, il a accès à ses réponses et à ce qui fait du sens pour lui. En accompagnant le jeune à travers une série d’étapes structurées, on obtient sa collaboration active, car des exercices, des travaux de réflexion et des activités d’exploration sont au menu.

Sachez toutefois qu’une telle démarche doit s’échelonner dans le temps afin de permettre une exploration profitable. Il vaut mieux d’amorcer le processus dès l’automne afin que votre jeune ait le temps nécessaire pour réaliser un cheminement efficace. Certains parents nous contactent à quelques semaines du 1 er mars, là où est fixée une limite pour l’admission vers le collégial. Il est beaucoup trop tard à ce moment-là pour vous aider. Nous vous invitons donc à nous contacter rapidement, soit pour plus d’informations ou pour prendre rendez-vous.

attitudes

7 attitudes révélatrices de succès

attitudesIl arrive qu’une démarche de changement fonctionne pour un individu et non pour un autre. Certains vivent des réussites inespérées là où d’autres abandonnent ou échouent. En nous intéressant à ceux qui réussissent à atteindre leurs objectifs personnels et professionnels lors d’une période de transition, nous avons identifié sept attitudes menant au succès.

Des profils différents

Dans le cadre de notre travail, nous rencontrons une variété de personnes ayant besoin d’aide dans leurs démarches. Parfois, ils souhaitent explorer de nouveaux projets ou ont besoin de se fixer de nouveaux objectifs. Tantôt, ils adhèrent à une démarche approfondie à travers laquelle ils chemineront pour plusieurs semaines. Toutes ces personnes possèdent des expériences de vie particulières, proviennent de milieux socio-économiques variés et affichent des niveaux de scolarité très différents. Peu importe ces variables, certaines adopteront des attitudes proactives, passeront à l’action et réussiront, tandis que d’autres démontreront des attitudes plus négatives, tourneront en rond ou abandonneront leurs projets.

Sept attitudes communes

Les individus qui réussissent leur démarche de transition adoptent généralement ces attitudes communes :

  1. Ils font preuve d’honnêteté envers eux-mêmes : ils sont capables de se regarder tels qu’ils sont afin de prendre conscience de leurs forces et faiblesses;
  2. Ils s’approprient et valorisent leurs forces et leurs succès, si petits soient-ils;
  3. Ils examinent leurs barrières et leurs limites personnelles avec courage, sans tenter de se justifier. Et choisissent consciemment de placer celles-ci derrière eux et ce, tout au long de la démarche de transition;
  4. Ils sont prêts à adopter de nouveaux comportements ou de nouvelles attitudes et à mettre en place des stratégies concrètes qu’ils adoptent au quotidien;
  5. Malgré les écueils, ils persévèrent, car ils savent que si les efforts sont difficiles, abandonner l’est encore plus, compte tenu des répercussions;
  6. Ils démontrent habituellement des attitudes positives face à la vie, face aux gens et face à eux-mêmes. Ces attitudes, ils les ont apprises et développées;
  7. Ils sont généralement ouverts d’esprit et véritablement prêts à vivre un changement.

Dis-moi qui tu fréquentes

L’environnement social est un facteur important quand on entreprend un changement. Parfois, les gens de notre entourage aiment bien nous voir rester tel qu’ils nous connaissent. Ça les conforte dans leur « non-besoin » de changement ou leur « non-désir » de se remettre en question. Nos clients se font parfois dire des choses, tel : « T’as pas besoin d’un diplôme ou d’un projet pour réussir dans la vie! T’es correct comme tu es! Pourquoi t’en veux plus? C’est trop difficile. Tu vas lâcher, c’est sûr! »

Il est si facile d’échouer

Imaginez que vous faites de gros efforts pour réussir un examen. Il est à parier que vous vivrez au moins une phase difficile durant cette période. Si vous êtes entourés de gens qui influencent négativement votre énergie, vos attitudes en seront entachées et les risques d’abandon sont très présents. Il est donc sage de bien choisir les personnes à côtoyer durant les périodes de transition. C’est du moins ce que font les gens qui réussissent à atteindre leurs objectifs et à réussir leur transition :

  • Ils sont entourés d’aidants naturels : c’est-à-dire des amis ou des membres de leur famille qui adoptent des attitudes valorisant leur désir de changement en les encourageant et en soutenant leur réussite.
  • Mais, parfois, ils sont entourés d’oiseaux de malheur : dans un tel cas, ils font le choix conscient d’éviter tout contact avec ces derniers durant leur période de transition. Lorsque c’est impossible (imaginez un conjoint peu encourageant), ils transforment aussitôt les messages limitatifs par des phrases nourrissantes. Ils le font secrètement, en eux-mêmes, pour éviter les discussions inutiles et les risques de perturbations; puis passent à autre chose. Lorsque ces personnes réussissent, grâce à leur force intérieure et toute leur motivation, il n’est pas rare qu’elles refont complètement leur vie, loin des nids sombres…

Conditions optimales à une démarche

Lorsque nos besoins primaires sont non comblés : si nous ne mangeons pas à notre faim, si notre foyer est instable ou si notre sécurité est menacée, les chances sont minces pour que nous soyons capables de nous concentrer sur autre chose. Il en est de même pour une dépendance à l’alcool ou aux drogues : les obstacles seront nombreux, car la dépendance prend généralement tout l’espace nécessaire au changement. Il importe donc de combler nos besoins fondamentaux avant d’entreprendre une démarche vers une échelle de besoins supérieurs, tels les besoins d’accomplissement, de réalisation personnelle ou de développement de son potentiel.

Nourrir le désir

Quoi que vous décidiez d’entreprendre, faites en sorte que vos attitudes reflètent que votre désir à l’égard de ce projet est  plus grand que votre peur d’échouer. Et comme l’a souligné Mark Twain : « Dans 20 ans, tu seras plus déçu par les choses que tu n’auras pas faites que par celles que tu auras accomplies. Alors largue les amarres, sors du port, attrape les alizés par les voiles. Explore. Rêve. Découvre! » La fierté d’oser le changement, passer à l’action et sortir de sa zone de confort est, selon les commentaires de plusieurs personnes qui ont atteint leurs objectifs, le meilleur antidépresseur qui soit. N’hésitez pas à nourrir vos désirs et les laisser vous surprendre…

clé de la réussite

La clé de la réussite

clé de la réussiteMa collègue et moi nous questionnons souvent sur le fait qu’une démarche personnelle vers un mieux-être fonctionne pour un individu, et non pour un autre. Pourquoi, sur l’ensemble de nos clients, certains vivent une grande réussite et d’autres abandonnent ou vivent un échec, quel est la clé de la réussite? Vous comprendrez que nous n’aurons pas de réponse à cette question. Mais nous trouvons intéressant de chercher des points communs au niveau des comportements et attitudes des gens qui réussissent à atteindre leurs objectifs de vie et de carrière.

La clé de la réussite

Dans le cadre de notre travail en employabilité, nous rencontrons toutes sortes de personnes ayant besoin d’aide pour leur exploration de carrière, leurs démarches de recherche d’emploi et leurs études. Elles possèdent diverses expériences de vie, proviennent de milieux socioéconomiques variés et détiennent des niveaux d’études différents. Peu importe ces variables, quelques-unes passent à l’action et d’autres tournent en rond ou arrêtent leurs démarches. Nous avons remarqué que ceux qui réussissent à changer leur vie ont tous des points communs. Ils font preuve d’honnêteté envers eux-mêmes, c’est-à-dire qu’ils sont capables de se regarder tels qu’ils sont, de prendre conscience de leurs forces et de leurs faiblesses et sont ouverts à développer de nouveaux comportements. Ils regardent leurs barrières avec courage ainsi que les comportements qui les bloquent dans leur vie et les empêchent d’arriver à leurs fins. Ils se donnent le défi de mettre leurs barrières de côté. Généralement, ce sont des gens ouverts d’esprit, qui veulent du changement. Malgré les écueils, ils persévèrent parce qu’ils savent que même si c’est difficile de faire les efforts aujourd’hui, ce sera encore plus pénible s’ils abandonnent, car ils repartiront à zéro demain. Ces personnes démontrent habituellement une attitude positive face à la vie, aux gens et à elles-mêmes. Leur estime de soi n’est pas nécessairement sans failles mais elles sont disposées à voir leurs forces et leurs succès. Voici donc une piste vers la clé de la réussite.

L’environnement social fait aussi partie de la clé de la réussite quand on entreprend un changement. Vous avez sûrement remarqué que notre entourage aime bien quand on reste tel qu’ils nous connaissent. On se fait dire : « T’as pas besoin de ton secondaire pour réussir dans la vie! Tu es correct comme tu es! Pourquoi veux-tu avoir plus? C’est trop difficile. Tu vas lâcher, c’est sûr! » Est-ce que ces phrases vous disent quelque chose? Eh bien, ceux qui réussissent sont souvent entourés d’amis ou de membres de leur famille qui les encouragent, sinon ils évitent les contacts avec les personnes qui utilisent les petites phrases décourageantes pendant la période où ils passent à l’action. Imaginez que vous faites de gros efforts pour réussir un examen. Il est à parier que vous vivrez au moins une phase plus difficile durant cette période. Si vous êtes entourés de gens négatifs, il est fort probable que vous abandonniez. Il est donc sage de bien choisir ceux que nous côtoieront pendant les périodes de transition. Ça fait partie de la clé de la réussite aussi!

À la base, nous croyons qu’il faut être dans de bonnes dispositions pour effectuer une démarche. Ainsi, quand nos besoins primaires ne sont pas comblés, si nous avons faim, que nous ne sommes pas en sécurité, que nous n’avons pas de toit sur la tête, les chances sont minces pour que nous soyons capables de nous concentrer sur des besoins d’accomplissement personnel. Il en est de même des gens qui vivent une dépendance à l’alcool ou aux drogues: ils connaîtront des obstacles certains à mettre en place des projets, car la dépendance prend généralement tout l’espace dans leur vie. Mieux vaut régler certains aspects problématiques de notre vie avant d’entreprendre une démarche d’orientation. Si vous n’êtes pas prêts, il est fort à parier que vous vivrez un échec.

En résumé, il faut être prêt pour réaliser un défi. Il faut être ouvert au changement, faire preuve d’une belle attitude et croire en soi. Bien sûr, il y a sûrement beaucoup d’autres points à considérer. Peut-être y aura-t-il d’autres articles sur la clé de la réussite?