Archives par mot-clé : démotivation

réduction du stress

La réduction du stress en utilisant ses forces

réduction du stressUn sondage Gallup mené en 2012 auprès de plus de 5 000 Américains a révélé qu’un peu plus de la moitié de ceux qui mettent à profit leurs forces personnelles (c’est-à-dire ce en quoi ils sont les plus aptes) moins de trois heures par jour sont plus stressés.

Le taux de réduction du stress diminue à près de 20 % lorsque ces personnes les utilisent pendant plus de 10 heures par jour. Un facteur à ne pas négliger quand on pense à tout ce que le stress peut engendrer comme conséquences. Voici quelques sources fréquentes de stress qui pourraient être améliorées grâce à une meilleure utilisation de ses forces et de ses habiletés.

1. Manque d’énergie

La surcharge serait la plus grande source de stress au travail selon une étude de Statistique Canada de 2006. Or, le sondage Gallup montre que plus les travailleurs ont l’impression de mettre leurs forces au profit de leur travail, plus ils ont l’énergie et la motivation pour accomplir toutes leurs tâches.

2. Irritabilité

Le sentiment d’irritabilité découle bien souvent du fait qu’on n’a pas l’impression d’avoir accompli tout ce que l’on voudrait durant sa journée ou de n’avoir « servi à rien ». Quelques heures d’utilisation de ses forces (par exemple, un talent pour l’organisation du temps ou une aptitude pour la compréhension de textes juridiques) suffiraient pour changer son humeur, réduire ses sentiments négatifs, aider à la réduction du stress et rire davantage.

3. Démotivation

L’utilisation de ses forces est souvent associé au sentiment d’accomplissement. Le fait de s’investir en profondeur dans une activité parce qu’on sait qu’on peut y mettre « du sien », c’est-à-dire contribuer à un projet grâce à des talents ou des aptitudes qui vont au-delà de notre champ de compétences, joue pour beaucoup sur la motivation au travail. Ainsi, aider ses employés à trouver un sens dans ce qu’ils accomplissent peut rapporter gros. Les données recueillies par Gallup démontrent que les employés qui apprennent à user de leurs forces sont près de 8 % plus productifs.

4. Sentiment de perdre son temps

Lorsqu’on ne se sent pas « du bon côté de ses forces », on est beaucoup plus conscient du temps qui passe. L’ennui nous guette et on a alors l’impression de « faire du temps » jusqu’à la fin de sa journée de travail pour aller chercher ce sentiment d’accomplissement à l’extérieur du bureau. Un peu comme pour le plaisir, le temps passe beaucoup plus vite lorsque toutes nos aptitudes s’épanouissent au travail et trouvent leur utilité. Et lorsqu’on ne voit pas le temps passer, on n’a pas le temps de s’apitoyer sur son sort et d’angoisser sur son avenir !

La réduction du stress : un avantage pour tous!

Comme toute autre aptitude au travail, la connaissance de ses forces et leur utilisation sur une base quotidienne peuvent faire l’objet d’amélioration constante. Les employeurs ont ainsi tout avantage à utiliser les forces de leurs employés à bon escient pour gagner en productivité et en réduction du stress !