Archives par mot-clé : énergie

réduction du stress

La réduction du stress en utilisant ses forces

réduction du stressUn sondage Gallup mené en 2012 auprès de plus de 5 000 Américains a révélé qu’un peu plus de la moitié de ceux qui mettent à profit leurs forces personnelles (c’est-à-dire ce en quoi ils sont les plus aptes) moins de trois heures par jour sont plus stressés.

Le taux de réduction du stress diminue à près de 20 % lorsque ces personnes les utilisent pendant plus de 10 heures par jour. Un facteur à ne pas négliger quand on pense à tout ce que le stress peut engendrer comme conséquences. Voici quelques sources fréquentes de stress qui pourraient être améliorées grâce à une meilleure utilisation de ses forces et de ses habiletés.

1. Manque d’énergie

La surcharge serait la plus grande source de stress au travail selon une étude de Statistique Canada de 2006. Or, le sondage Gallup montre que plus les travailleurs ont l’impression de mettre leurs forces au profit de leur travail, plus ils ont l’énergie et la motivation pour accomplir toutes leurs tâches.

2. Irritabilité

Le sentiment d’irritabilité découle bien souvent du fait qu’on n’a pas l’impression d’avoir accompli tout ce que l’on voudrait durant sa journée ou de n’avoir « servi à rien ». Quelques heures d’utilisation de ses forces (par exemple, un talent pour l’organisation du temps ou une aptitude pour la compréhension de textes juridiques) suffiraient pour changer son humeur, réduire ses sentiments négatifs, aider à la réduction du stress et rire davantage.

3. Démotivation

L’utilisation de ses forces est souvent associé au sentiment d’accomplissement. Le fait de s’investir en profondeur dans une activité parce qu’on sait qu’on peut y mettre « du sien », c’est-à-dire contribuer à un projet grâce à des talents ou des aptitudes qui vont au-delà de notre champ de compétences, joue pour beaucoup sur la motivation au travail. Ainsi, aider ses employés à trouver un sens dans ce qu’ils accomplissent peut rapporter gros. Les données recueillies par Gallup démontrent que les employés qui apprennent à user de leurs forces sont près de 8 % plus productifs.

4. Sentiment de perdre son temps

Lorsqu’on ne se sent pas « du bon côté de ses forces », on est beaucoup plus conscient du temps qui passe. L’ennui nous guette et on a alors l’impression de « faire du temps » jusqu’à la fin de sa journée de travail pour aller chercher ce sentiment d’accomplissement à l’extérieur du bureau. Un peu comme pour le plaisir, le temps passe beaucoup plus vite lorsque toutes nos aptitudes s’épanouissent au travail et trouvent leur utilité. Et lorsqu’on ne voit pas le temps passer, on n’a pas le temps de s’apitoyer sur son sort et d’angoisser sur son avenir !

La réduction du stress : un avantage pour tous!

Comme toute autre aptitude au travail, la connaissance de ses forces et leur utilisation sur une base quotidienne peuvent faire l’objet d’amélioration constante. Les employeurs ont ainsi tout avantage à utiliser les forces de leurs employés à bon escient pour gagner en productivité et en réduction du stress !

bonheur au travail

Le bonheur au travail

bonheur au travailComment se définit le bonheur au travail?

  • Se réaliser, avoir le sentiment de s’accomplir.
  • Être bien dans ce que l’on fait et aimer faire ce que l’on fait.
  • Donner un sens à notre vie.
  • Se lever le matin en se disant qu’une super journée nous attend.
  • Apprendre de nouvelles choses, découvrir.
  • Rencontrer des gens, créer des amitiés durables.
  • Travailler avec des collègues afin de créer, produire, servir.
  • Ressentir satisfaction et bien-être au travail.

Quelle est votre définition du bonheur au travail? Quelles tâches quotidiennes vous procurent le plus de satisfaction? Selon le type d’emploi que vous exercez, vous n’aurez certes pas la même définition du bonheur au travail. Toutefois, dans tous les cas, le travail peut permettre de s’amuser, se fixer des buts et des défis personnels qui deviennent une source de motivation et de bonheur.

Bien sûr, une personne positive qui sait prendre la vie du bon côté et qui gère son stress efficacement aura plus de facilité à tirer bénéfice de sa vie au travail. Si on admire ces personnes, elles peuvent sans aucun doute devenir des modèles de référence, car nous pouvons tous apprendre à devenir plus positifs. C’est à la portée de la majorité d’entre nous. Le premier pas, c’est de changer notre vocabulaire. Être attentif à son discours mental, aux phrases qui sortent de notre bouche. C’est fou combien ça change l’énergie!

Par ailleurs, je suis certaine que vous pourriez aussi faire une liste des points positifs, noter ce qui vous amuse, nommer vos bons coups, et garder ceci à portée de vue au quotidien, sur le frigo, sur le miroir de la salle de bain, à votre écran d’ordinateur, partout où vous êtes certains de vous arrêter un moment chaque jour. Bonifiez cette liste au fil des semaines. Identifiez toute nouvelle chose qui vous stimule ou qui vous donne de l’énergie. Donnez-vous le droit d’essayer de nouvelles choses, par plaisir ou simplement par curiosité. Oser changer quelque chose peut générer de belles surprises.

On dit souvent que le bonheur, c’est d’apprécier ce que l’on a. J’en profite donc pour vous inviter à reconnaître votre propre richesse, c’est-à-dire ce que vous avez de plus précieux en vous : vos forces, vos compétences, comment vous faites la différence aux yeux des autres. Autour de vous maintenant : qui sont vos collègues les plus précieux, les tâches qui vous apportent du plaisir, les clients reconnaissants, etc. Qu’est-ce qui fait que chacune de vos journées vaut la peine d’être vécue? Ce sont souvent les petites choses du quotidien qui font toute la différence dans l’appréciation d’une journée. Si vous adoptez l’idée que chaque jour est une nouvelle expérience, je vous invite à rester attentif et présent en chaque instant.

Bien sûr, il y a une multitude de définitions du bonheur au travail. Votre premier défi consiste à trouver la vôtre.