Archives par mot-clé : métier où ça bouge

Éducateur spécialisé

Éducateur spécialisé, un métier où ça bouge

Éducateur spécialiséL’éducateur spécialisé est un métier méconnu du grand public en général.  Il fait partie d’une longue liste de métiers présentés dans le livre des 350 métiers où ça bouge. L’éducateur spécialisé a pour mandat d’accompagner les enfants, adolescents et adultes qui présentent des difficultés d’adaptation physique ou psychologique. En fixant des objectifs, il établit un plan d’action et met en place des outils afin que son client développe une meilleure autonomie.

Ça bouge parce que…

L’éducateur spécialisé a un bureau de travail, mais passe le plus clair de son temps à l’extérieur. Il doit se déplacer à la garderie, à l’école, au centre de réadaptation ou encore à domicile chez le client. Il doit créer des activités ludiques permettant l’atteinte des objectifs. Par exemple, chez l’enfant préscolaire démontrant des difficultés langagières, il peut élaborer un parcours de jeu et demander à l’enfant de nommer les activités qu’il fait en utilisant les verbes d’action. L’éducateur devra alors agir à titre de modèle en rampant, sautant et lançant un ballon dans un panier.

Son expertise

Il connait bien les éléments du développement de l’enfant, les traits et troubles psychologiques de l’enfant jusqu’à l’âge adulte.  Aussi, il sait repérer et nommer les aspects des déficiences intellectuelles de même que ceux des troubles neurologiques. Il utilise et crée des outils en s’adaptant aux besoins de chaque client et à l’évolution de ce dernier.

L’éducateur spécialisé:  un collaborateur

Il doit aussi collaborer avec d’autres professionnels.  Parmi son équipe, on note les éducateurs et éducatrices en garderie, le personnel enseignant, les professionnels en milieux hospitaliers, centres jeunesse, centre de réadaptation, etc.  De plus, l’éducateur spécialisé agit à titre de conseiller auprès des parents ou du tuteur de l’enfant. Il doit pouvoir outiller les personnes entourant l’enfant.  Guider ces personnes et leur expliquer les problématiques dans le but commun d’aider au cheminement du client.

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez en savoir plus sur le métier d’éducateur spécialisé, visionnez ce clip mettant en vedette 4 éducatrices spécialisées.  Pour des informations détaillées sur le parcours, les qualités et aptitudes requises, les lieux de formation, etc., voici une information détaillée.  Et aussi ce lien pour explorer d’autres métiers où ça bouge en relation d’aide et dans plusieurs autres secteurs d’activité à partir d’un ouvrage de référence.

TDAH et choix de carrière

TDAH et choix de carrière

TDAH et choix de carrière

 

Beaucoup d’informations ont circulées sur le trouble déficitaire de l’attention depuis les quelques dernières années.  Cela a permis à de nombreuses personnes de nommer ce qu’elles vivaient et  mieux comprendre leurs comportements, pour enfin identifier des stratégies permettant de mieux composer avec la réalité du TDAH avec ou sans hyperactivité.

Au moins 350 possibilités de carrière pour les TDAH

Les personnes visées par un TDAH ont une intelligence créative.  Elles aiment varier leurs activités, obtenir des résultats concrets leur permettant d’obtenir une gratification immédiate.  Elles ont un haut niveau d’autonomie et il n’est pas rare qu’elles soient spécialisées dans un domaine.  Si elles doivent être en contact fréquent avec d’autres, cela les stimule.  Habiles à fonctionner dans l’urgence, elles se démarquent avec l’utilisation des technologies.  Chose certaine, tout métier qui implique l’activité physique, les déplacements extérieurs, l’expertise conseil, l’entrepreneurship, le service ou l’intervention d’urgence sont des pistes à explorer.  Tout comme les emplois qui procurent le sentiment de se rendre utile aux autres.  TDAH ou pas, je remarque dans ma pratique depuis plusieurs années, combien le désir de bouger est identifié comme critère d’emploi recherché auprès de plus en plus de personnes.  Le guide 350 métiers où ça bouge a été conçu afin de répondre à cette demande grandissante chez les jeunes de vouloir se sentir engagés physiquement dans l’action.

Bouger :  se sentir vivant

Qui n’a pas besoin de bouger, se sentir mobilisé dans son travail?  En fait, de nombreuses personnes affirment combien le fait de bouger leur permet de se sentir vivant, engagé, motivé.  On bouge les soirs, les weekends ou dans nos vacances, mais pourquoi ne pas miser sur un emploi où notre besoin d’activité est sollicité au quotidien?  De partout on entend combien il importe de rester actif, faire de l’exercice physique au moins trois fois par semaine ou 20 minutes par jour.  On met à notre attention quantité d’études médicales qui démontrent combien la sédentarité nuit à notre santé physique et à notre bien-être psychologique.

S’entraîner grâce à un travail rémunéré

Plusieurs personnes vont au gymnase avant ou après le travail.  D’autres courent dans leur quartier les soirs et les weekends. Puis de nombreux autres se culpabilisent de ne pas avoir respecté leur discipline d’entraînement et doivent se remotiver à le faire.  Bien sûr, lorsque l’on ne s’entraîne pas par pur plaisir, il devient facile d’abandonner nos résolutions.  Un grand nombre de personnes n’ont pas besoin d’utiliser leur temps personnel pour s’entraîner. Elles ont leur dose quotidienne d’exercice en exerçant un métier où ça bouge.  Et elles sont payées pour le faire!  Avouez que c’est vraiment intéressant de pouvoir joindre l’utile à l’agréable. En identifiant un projet d’emploi où ça bouge, on peut alors réserver ses soirs, weekends et semaines de vacances à des projets de plaisir en famille. En plus accroître la qualité de votre vie relationnelle, vous aurez vaincu votre sentiment de culpabilité à l’égard de vos vaines  résolutions face à l’exercice physique.

350 métiers où ça bouge

Nous n’avons pas tous les mêmes besoins au niveau physique, ni les mêmes attraits face à l’exercice des tâches au travail. Plusieurs aiment exercer une variété de tâches avec de fréquents changements, d’autres ont besoin de travailler avec une alternance au niveau des positions : assis, debout, en marche.  Certains veulent mettre à profit leur agilité physique ou souhaitent faire face à un certain niveau de risque, jusqu’à mettre à profit des qualités telles que le sang-froid. Il existe au moins 350 métiers pour tous les goûts en matière d’action et d’environnement de travail où ça bouge.  Le guide des 350 métiers où ça bouge est une excellente référence pour aider les jeunes avec ou sans TDAH à identifier un projet qui puisse les mobiliser dans l’action.

Un guide adapté à chaque profil

Que vous soyez visé par un TDAH, en réflexion face à un choix de carrière, en démarche de réorientation, bientôt à la retraite ou si vous connaissez des gens qui s’ennuient dans leur métier ou qui manifestent un besoin d’activité, vous trouverez dans le guide des 350 métiers où ça bouge, une variété  de pistes à explorer.  Les métiers sont classés par secteurs d’activité : agroalimentaire, exploitation des ressources naturelles, transport, fabrication, installation, représentation, etc.  On peut les consulter par niveau de formation académique : formation semi-spécialisée, formation professionnelle, collégiale et universitaire.

Référence

Dionne, Marie-Sylvie, 350 métiers où ça bouge, Éditions Parachute Carrière, 2015.

http://parachutecarriere.com/librairie-en-ligne/350-metiers-ou-ca-bouge/

Dr. Annick Vincent, médecin-psychiatre

http://www.attentiondeficit-info.com/

calorifugeur

Calorifugeur : découvrez ce métier!

calorifugeurLes calorifugeurs installent des matériaux d’isolation (sur les systèmes de plomberie, de traitement de l’air, de chauffage, de refroidissement et de réfrigération, sur la tuyauterie, les murs, les planchers et les plafonds d’immeubles et autres structures) afin de prévenir ou de réduire le passage de la chaleur, du froid, du bruit ou du feu.

Calorifugeur : un métier qui contribue à la préservation de l’environnement

Les calorifugeurs exercent un rôle fondamental dans nos vies. Ils sont essentiels à tous les grands projets de construction institutionnelle, commerciale et industrielle réalisés au Canada. Leur travail contribue aussi à la préservation de l’environnement, car en assurant une bonne isolation, ils abaissent considérablement les émissions de gaz à effets de serre, réduisent la pollution et économisent l’énergie.

Qualités recherchées

Pour exercer ce métier, il faut être minutieux, débrouillard et aimer travailler en équipe avec d’autres corps de métier. On doit avoir de bonnes habiletés à lire et interpréter des plans et des devis, et désirer mettre à profit ses connaissances en mathématiques, en physique et en mécanique du bâtiment. Une bonne forme physique est aussi nécessaire, car il faut être en mesure de déplacer des objets lourds, et certains endroits peuvent être difficiles d’accès.

Un métier où ça bouge

Cet emploi est diversifié et permet de bouger, car le calorifugeur aura des déplacements quotidiens à effectuer pour se rendre chez les clients. Il doit également démontrer de bonnes habiletés manuelles, car plusieurs instruments et outils manuels ou mécaniques sont utilisés de façon régulière. Il n’a également pas peur des hauteurs, car il devra se déplacer sur des échafaudages. La personne qui désire devenir calorifugeur pourra travailler pour des entreprises de rénovation, des entreprises spécialisées en isolation, des constructeurs et des entrepreneurs généraux. Elle peut également être travailleur autonome.

La formation requise

Pour exercer cet emploi, on doit compléter un DEP en calorifugeage (900 heures) qui est offert uniquement à l’École des métiers de la construction de Montréal. Avec le DEP et une garantie d’emploi d’une durée d’au moins 150 heures d’un employeur inscrit à la CCQ, vous obtenez le certificat de compétence apprenti. Par la suite, après avoir effectué les 3 périodes d’apprentissage de 2000 heures chacune (6000 heures au total), vous pouvez être admis à l’examen de qualification provinciale dont la réussite mène à l‘obtention du certificat de compétence compagnon. Devenu compagnon, le salaire annuel moyen peut atteindre 68 000$.

Perspectives de carrière

Si vous aimez vraiment le travail manuel, vous pouvez passer votre carrière à travailler comme compagnon. Toutefois, avec l’expérience et une formation supplémentaire, vous pourriez devenir estimateur en isolation ou assumer des responsabilités de supervision, incluant celles d’un contremaître de chantier, de chef contremaître ou de gestionnaire de projet. De plus, en tant que calorifugeur, vos compétences sont tout à fait transférables. Si vous déménagez, le programme des normes interprovinciales « Sceau rouge » vous permet d’exploiter vos compétences à travers le Canada. Il est également à noter que cet emploi fait partie des 50 métiers d’avenir au Québec.

Pour plus d’informations

Consultez les sites suivants:

www.emploiquebec.net

Commission de la construction du Québec