Archives par mot-clé : recherche emploi

Le suivi téléphonique en recherche d’emploi

Lorsqu’une personne travaille activement à sa recherche d’emploi, elle contacte de nombreux employeurs afin d’évaluer leurs besoins. Suite à chacun de ces appels, on recommande vivement d’effectuer un suivi téléphonique auprès de la personne à qui l’on a fait parvenir son offre de service. Cet appel est réalisé seulement quelques jours suivant l’envoi de l’offre de service.

Que permet le suivi téléphonique?

Il permet d’abord de vous assurer que l’employeur a bien reçu votre candidature. Si ce n’est pas le cas, il vous sera alors possible de lui réacheminer. Ce suivi permet aussi d’avoir une opportunité de questionner l’employeur sur le poste convoité et d’avoir une idée des besoins potentiels de l’employeur en matière de personnel (par exemple : est-ce que le poste est toujours vacant?). En faisant ce suivi, il pourrait même arriver, et cela est fort souhaitable, que vous deviez répondre à quelques questions. Cet entretien devient alors une sorte d’entrevue. Vous pourriez donc, par un seul suivi, obtenir une entrevue téléphonique qui pourrait conduire à une entrevue face à face avec l’employeur et vous permettre d’obtenir l’emploi convoité.

Comment faire le suivi téléphonique?

La préparation d’un petit scénario téléphonique s’avère pertinente afin d’assurer un suivi efficace.

  1. Présentez-vous et précisez que vous avez acheminé une offre de service en donnant la date de l’envoi et le poste ciblé.
  2. Demandez à l’employeur s’il a en main votre envoi et ouvrez une porte pour identifier les besoins actuels ou potentiels dans l’entreprise.

Voilà une façon proactive de gérer ses démarches de recherche d’emploi et ainsi optimiser vos chances d’atteindre vos objectifs. Vous ne devez pas vous placer dans une situation d’attente auprès des employeurs. Vous devez avoir l’heure juste, et ce, rapidement. En faisant un suivi, vous serez à même d’organiser, de planifier votre recherche d’emploi et de vous donner du pouvoir sur les résultats.

Le suivi téléphonique vous permet d’éliminer les entreprises qui n’ont aucun besoin afin de vous concentrer sur ceux qui sont toujours à la recherche de la perle rare, c’est-à-dire vous!

Pour mieux vous outiller et vous structurer de façon à obtenir des résultats à la hauteur de vos attentes, découvrez les trousses d’auto-coaching de la Série Entreprendre.

se fixer des objectifs

Se fixer des objectifs de recherche d’emploi en 5 étapes

Sans se fixer des objectifs d’emploi, il est parfois difficile de maintenir sa motivation ou d’arriver à des résultats satisfaisants lorsqu’il est question de recherche d’emploi. Dans mes interventions de groupe, j’utilise régulièrement la méthode SMART pour aider les gens à structurer leur réussite. Voici comment se fixer des objectifs :

Se fixer des objectifs SPÉCIFIQUE

se fixer des objectifsC’est-à-dire clair, net et précis. Par exemple, si vous êtes présentement en recherche d’emploi, vous aurez identifié clairement votre cible: préposé aux bénéficiaires, assistante dentaire, etc. Les milieux professionnels pour ces emplois sont assez bien définis. Ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, si vous offrez vos services à titre de commis comptable, il sera avantageux d’identifier un ou deux secteurs d’activités où vous souhaiteriez plus spécifiquement offrir vos services (secteur de l’alimentation, secteur pharmaceutique, de l’industrie du plastique, etc.). Plus c’est précis, plus c’est atteignable.

Se fixer des objectifs MESURABLE

On doit pouvoir évaluer vos progrès d’une étape à l’autre. Ces évaluations sont encourageantes et permettent de garder confiance. Par exemple, lorsque vous avez ciblé votre territoire de recherche d’emploi et élaboré votre liste d’employeurs potentiels, vous progressez, car deux étapes importantes ont été franchies.

Se fixer des objectifs ACCESSIBLE

Il doit demeurer réalisable en fonction du temps que vous avez à lui consacrer et des moyens en votre possession pour l’atteindre. Un objectif doit être atteignable à court ou moyen terme. Se fixer des objectifs à long terme est souvent source de démotivation, à moins de les diviser par étapes de réalisation. À chaque jour, vous pouvez par exemple réaliser des sous-objectifs qui sont en lien avec un objectif à moyen terme.

Se fixer des objectifs RÉALISTE

Il doit vous outiller dans le but de concrétiser votre projet. Par exemple, vous avez déjà cinq ans d’expérience dans le domaine de la mode, donc vous possédez des connaissances pertinentes en lien avec un objectif d’emploi comme agent de commercialisation dans le secteur du vêtement.

Se fixer des objectifs TEMPORELLEMENT DÉFINI

C’est-à-dire, avoir un début et une fin, donc, une durée. Il importe de fixer un temps bien précis pour l’atteindre. Par exemple, vous vous êtes fixé trois mois pour vous réorienter sur le marché du travail. Vous avez même inscrit une date d’entrée en fonction sur votre calendrier.

Se fixer des objectifs

Ça vous aide à orienter, à préciser vos choix et vos actions. Cela vous permet de canaliser votre énergie au bon endroit et d’avoir également le sentiment de progresser vers l’atteinte d’un but. Le fait de pouvoir évaluer votre progression favorisera votre motivation et ajoutera un sentiment de fierté à votre quotidien.

Tout projet ou objectif nécessite une série d’étapes à franchir. La patience et la constance sont deux atouts importants, tandis que la motivation et le dynamisme vous permettront de dépasser vos limites. Concentrez-vous sur un maximum de deux ou trois objectifs à la fois et assurez-vous que ceux-ci vous stimulent, sans quoi vous auriez avantage à les revoir. Établissez ensuite un ordre de priorité. Revoyez-les régulièrement et ajustez-les au besoin. Inévitablement, vous aurez ainsi chassé l’ennui, le découragement et la routine de votre quotidien. Bienvenue nouveauté, succès et réussite!

Vous en savez maintenant un peu plus sur la façon SMART pour se fixer des objectifs!

Venez me rencontrer pour vous assurer d’être sur la bonne voie afin de se fixer les bons objectifs! 450.492.5050

http://fr.wikipedia.org/wiki/Objectifs_et_indicateurs_SMART

candidats disponibles

Six attitudes à éviter face à la recherche d’emploi

attitudes à éviterLa méthode entrepreneuriale d’insertion professionnelle (MEIP) que nous utilisons pour accompagner les personnes à la recherche d’un emploi est fondée sur le développement d’une attitude fondamentale pour assurer son autonomie professionnelle : l’esprit d’entreprise. Pour vous partager certains des éléments de notre méthode, nous avons illustré les attitudes à éviter et les comportements qui font échec à l’esprit d’entreprise. En effet, lorsqu’on souhaite avoir du succès dans ses recherches, c’est-à-dire des résultats, vaut mieux éviter les énergies improductives. 

Les six attitudes à éviter en période de recherche d’emploi :

1. L’attitude Petit Poucet

Aller remplir des demandes d’emploi d’une entreprise à une autre (pour ceux qui le font encore), sans même rencontrer la personne responsable.

2. L’attitude devinette

Acheminer votre CV en inscrivant « N’importe quoi », lorsqu’on demande d’indiquer pour quel emploi vous postulez. Ou encore, faire parvenir massivement son CV par courriel à des adresses « info@xyz.com » sans indiquer à quel titre vous offrez vos services.

3. L’attitude Y’en ont besoin partout

Acheminer votre CV un peu partout, par courriel, sans savoir si votre offre est pertinente avec les profils carrière de l’entreprise.

4. L’attitude 6/49

Remplir des demandes d’emplois (si vous le faites encore) ou acheminer votre CV de façon aléatoire, puis attendre que le téléphone sonne.

5. L’attitude marathon

Consulter les rubriques, sites d’offres d’emploi ou autres et envoyer votre CV en même temps que 300 autres personnes qui postulent au même emploi.

6. L’attitude Y’en a pas de job!

Ne pas avoir de projet. En effet, si vous vous reconnaissez à travers cette famille d’attitudes, il est grand temps de joindre un groupe de recherche d’emploi, contacter un conseiller en développement de carrière ou un spécialiste de l’orientation qui vous aidera à identifier un projet professionnel qui puisse avoir du sens à vos yeux. Lorsque vous aurez identifié celui-ci, croyez-moi, vous aurez le goût d’entreprendre. Votre esprit d’entreprise sera agréablement ravivée; tout comme votre moral, d’ailleurs.

Consultez la série Entreprendre du site Kit de coaching pour obtenir des trousses d’auto-coaching vous permettant de développer votre esprit d’entreprise.

Bon projet!

projet

L’importance d’avoir un projet

projetFace à votre vie professionnelle, qu’avez-vous l’intention de faire? La réponse à cette question vous conduira à la définition d’un projet réaliste et réalisable à court ou moyen terme. Sans projet, impossible de bonifier sa carrière. Sans projet, impossible de structurer une recherche d’emploi. Avoir un projet, c’est mettre en place des actions significatives visant à le rendre concret !

Votre projet part uniquement de vous

Ce que vous êtes, vos valeurs, vos intérêts, vos compétences, vos aptitudes. Plus un projet vous collera à la peau, plus il sera source de satisfaction durable. Alors, allez-y, dressez un portrait de vous-même! Vous serez surpris des pistes pouvant déboucher sur un emploi ou un domaine passionnant. En questionnant les gens de votre entourage sur leur métier ou profession, vous pourriez aussi récolter des informations intéressantes sur un secteur d’activité à découvrir.

Vous êtes la seule et unique personne responsable de définir votre projet, de lui donner vie. C’est donc dire que vous êtes le principal réalisateur de votre succès, de votre réussite. Les comportements d’attente et de procrastination n’ont donc aucunement leur place dans la définition d’un projet gagnant.

Ayez toujours en tête que le travail est une opportunité de s’engager, de grandir, d’apprendre, de se bâtir un réseau et de réaliser son potentiel.

Pour mettre toutes les chances de votre côté dans la belle aventure qu’est la recherche d’un emploi satisfaisant, il est donc important de débuter par la définition d’un projet qui nourrira votre intérêt à long terme. Plus il sera motivant et enrichissant, plus il vous permettra de vous épanouir. Qui sait combien de nouveaux projets le vôtre fera-t-il germer? En effet, tout projet significatif contient un potentiel infiniment créateur. Le plus difficile est parfois d’en fixer les limites!

Foncez droit vers un projet gagnant. Votre perception du travail s’en trouvera vite modifiée à jamais!

Pour obtenir de l’aide pour la mise en place de votre projet, ne vous gênez pas et contactez une de nos conseillères pour obtenir tout l’information dont vous avez besoin.

450.492.5050, ou par courriel à info@paragrh.com

Comment bien intégrer un nouvel emploi ?

Youpi! Vous avez été sélectionné et le stress de la recherche d’emploi est tombé! Cet instant ressemble étrangement au jour où on tombe en amour… On est insouciant, on dit oui à tout, on s’oublie et on n’écoute plus notre petite voix intérieure qui nous dit de prendre notre temps, de relaxer, d’être prudent, de considérer certains critères avant de s’engager. Une analyse s’impose donc avant de dire OUI. Une rencontre avec l’employeur est primordiale afin de discuter des modalités. On évite de régler à l’amiable par téléphone. Ne soyez pas mal à l’aise de faire part de vos attentes, de vos interrogations ou de vos besoins de précisions. Cela démontrera votre sérieux et votre sens de la négociation, soit des traits positifs de votre personnalité. Les quelques petits trucs suivants pourront peut-être vous servir, ou du moins, vous épargner quelques déceptions lorsque viendra le temps de bien intégrer un nouvel emploi.

Évaluation préalable :

Évaluez l’offre (salaire, échelle salariale, période de probation, possibilités de formation, avancement, assurances collectives, fond de retraite, heures de travail, etc.). Après évaluation, il se peut que l’emploi ne corresponde pas à toutes vos exigences. Si vous acceptez malgré tout, ce sera pour avouer que rien n’est parfait. C’est donc en connaissance de cause que vous ferez ce choix.

Les premiers pas :

Rappelez-vous qu’il y a toujours une première fois. Il vous faudra investir autant pour conserver votre emploi que d’efforts pour l’avoir obtenu. En général, on vous aura alloué un temps de probation. Utilisez-le de façon efficace et apprenez à prendre des notes afin d’éviter de faire répéter votre formateur ou les personnes qui assurent de vous aider à bien intégrer un nouvel emploi. Observer, vous adapter, questionner, agir en tant que personne responsable et autonome, sont là des aptitudes ou compétences que vous avez probablement déjà su faire valoir durant votre recherche d’emploi. Maintenant, vous devez les utiliser pour vous intégrer favorablement au sein de l’entreprise. Mais comment? Questionnez la vision de l’entreprise, sa mission, ses valeurs, son style de gestion, son équipe, ses politiques, ses procédures, son organigramme, et reconfirmez avec votre supérieur au niveau de vos tâches, des objectifs à atteindre et de ses attentes envers vous. Ensuite, allez au-devant des gens. Présentez-vous. Expliquez votre rôle et restez prudent dans le développement de vos amitiés avec les autres. Attendez de mieux les connaître avant de vous confier.

Les compétences émotionnelles :

De nos jours, plusieurs employeurs se dotent d’instruments de mesure à l’embauche, allant même jusqu’à vérifier la qualité de notre intelligence émotionnelle à l’aide d’outils psychométriques. En fait, l’intelligence émotionnelle caractérise notre capacité à développer et à contrôler diverses aptitudes en lien avec nos émotions, comme par exemple, la conscience de soi, la confiance en soi, la maîtrise de soi, la motivation, l’intégrité, la capacité de communiquer, d’influencer les autres et de susciter le changement. Bref, le fait d’apprendre à mieux vous connaître sera un atout très précieux tout au long de votre parcours professionnel. Apprendre à mieux connaître les autres le sera tout autant.

Dernier élément clé pour bien intégrer un nouvel emploi :

Souriez! On aime assurément s’entourer et se rapprocher des gens souriants.

Programme d’aide au licenciement et transition de carrière

L’annonce d’’un licenciement est un choc pour la majorité des personnes. L’événement nous fait souvent perdre nos moyens et une série d’étapes s’enclenchent (déni, colère, tristesse, etc.). La durée varie d’une personne à une autre. Il n’est pas rare alors de constater une perte de confiance en ses compétences ou de sens face à sa vie professionnelle. Un licenciement est un véritable deuil et amène son lot de questionnements face à l’avenir.

  • Est-ce que je peux me réintégrer facilement au marché du travail?
  • Est-ce que mes compétences sont à jour?
  • Comment faire une recherche d’emploi efficace et adaptée au marché d’aujourd’hui?
  • Qu’est-ce que je peux faire d’autre?

Voilà autant de questions à répondre suite à une perte d’emploi.

Saviez-vous que lors d’une mise à pied, vous pouvez bénéficier d’un programme d’aide au licenciement pour accompagner votre transition de carrière? Lors du processus d’entente de fin d’emploi, il vous est permis de demander à l’employeur la possibilité de bénéficier d’une aide à votre réorientation sur le marché du travail.

Programme d’aide au licenciement

Ce service est dispensé par un membre d’un ordre professionnel spécialisé en gestion de carrière à qui l’entreprise confie le mandat de vous accompagner. Il s’agit d’un service communément appelé réaffectation ou transition de carrière et est offert de façon personnalisée à toute personne en perte d’emploi. Dès l’annonce de la mise à pied, le professionnel prend en charge votre dossier et assure un accompagnement structuré et rassurant. Plusieurs mesures d’aide au licenciement sont prévues dans le cadre de ce programme (élaboration d’un CV Marketing, bilan de compétences, counseling en recherche d’emploi, préparation aux entrevues, etc.).

Pour un employeur, offrir un tel service est une façon de remercier sincèrement son employé pour ses services. Être accompagné lors d’un programme d’aide au licenciement, ça peut faire toute la différence entre «subir» une perte et «découvrir» de nouveaux horizons et défis professionnels où mettre à profit ses compétences.

Ainsi, n’hésitez pas à demander une telle mesure d’accompagnement en négociant votre indemnité de cessation d’emploi. Pour l’employeur c’est peu, mais pour vous, ça aide assurément à mieux rebondir!

Programme d’aide pour mieux remercier vos employés.

Programme de soutien au licenciement collectif

Votre profil sur les réseaux sociaux en période de recherche d’emploi

Votre profil sur les réseaux sociaux

On entend partout parler des réseaux sociaux. Suivez-nous sur Twitter! Visitez notre page Facebook! Devenez fan de… et courez la chance de remporter un fabuleux prix! En s’affichant sur les réseaux sociaux, les entreprises ou organisations visent à se faire connaître par le plus de gens possible afin que ces derniers soient informés des dernières nouveautés, produits ou événements à promouvoir.

À la manière des entreprises, vous pouvez aussi utiliser les réseaux sociaux pour faire connaître vos services et compétences aux employeurs. Les réseaux sociaux partagent des caractéristiques communes. Ils permettent de publier un profil sur les réseaux sociaux, de le mettre à jour, d’y ajouter des contacts professionnels, familiaux ou amicaux et de visionner le profil d’autres utilisateurs. On peut aussi utiliser les réseaux sociaux en recherche d’emploi en s’abonnant au profil d’une entreprise pour laquelle on aimerait travailler. On peut ainsi recevoir leurs récentes offres d’emploi et être à l’affût des dernières nouvelles concernant l’entreprise. Sur les réseaux sociaux, on peut partager avec tous ses contacts ou certains groupes, des informations personnelles. Vous pouvez ainsi en un clic annoncer à vos 300 contacts que vous êtes à la recherche d’un emploi en marketing. De la même façon, vos contacts peuvent partager une offre d’emploi au sein de leur compagnie. C’est pourquoi il est important de soigner l’image de profil sur les réseaux sociaux.

Les trois grands réseaux sociaux

Linkedin : C’est un réseau social utilisé par des professionnels afin d’établir des contacts et partager des intérêts communs. Il permet aux recruteurs de visionner le profil sur les réseaux sociaux des candidats, de voir leurs contacts communs. On peut décrire ses compétences, sa formation, son expérience professionnelle, etc. Il n’est pas nécessaire ici de limiter son profil sur les réseaux sociaux à un certain groupe d’utilisateurs. Comme le contenu est strictement professionnel, on ouvre son profil à tous et on élargit ainsi son réseau de contacts. Il s’avère judicieux de tenir son profil à jour régulièrement même si vous n’êtes plus en recherche d’emploi. On ne sait jamais quelle opportunité peut se présenter! Un employeur pourrait voir votre profil et vous proposer quelque chose d’intéressant.

Facebook : Il est utilisé par les professionnels pour le réseautage, par son cercle d’amis pour garder contact, par les entreprises pour se faire connaître, etc. Il importe ici de se demander à qui l’on veut ouvrir son profil. Il est possible de limiter la consultation de son profil sur les réseaux sociaux à un cercle Il n’est pas nécessaire ici de limiter son profil à un certain groupe d’amis restreints. Un avantage de Facebook est la facilité de réseautage permise. Par exemple, on peut publier un statut et rejoindre tous nos contacts à la fois, ce qui accélère beaucoup les choses. Pas besoin de téléphoner tout son réseau pour annoncer une bonne nouvelle!

Twitter : Ce réseau permet d’être tenu au courant des dernières nouveautés concernant des entreprises, des marques de commerce, des artistes, des amis, etc. Le principe est simple. On publie un gazouilli (tweet, en anglais) d’une longueur de 140 caractères et moins et il peut être lu par tous. Il est aussi possible de protéger son compte et ainsi le rendre visible seulement aux abonnés du compte. On utilise cet outil à la manière d’une entreprise. Vous êtes maquilleuse? Annoncez votre disponibilité pour les bals de finissants. Vous êtes nouvellement diplômé en informatique? Inscrivez-le. Si vous utilisez votre créativité afin de promouvoir vos services et créer de nouvelles opportunités via les réseaux sociaux, qui sait quelles portes cela vous ouvrira!

L’autosabotage en entrevue

Une bonne copine est actuellement en recherche d’emploi et sa démarche devient de plus en plus difficile. Elle me disait avoir fait de l’autosabotage lors de sa dernière entrevue. Pourtant, tout dans l’emploi visé lui convenait : le salaire, les heures, etc. Elle a même dit à l’employeur qu’elle se voyait travailler au sein de leur entreprise. Elle me dit qu’elle savait que l’employeur avait une autre candidate en vue (une personne qu’elle connaissait) et qui habitait la région. En fin d’entrevue, elle a conclu en ajoutant: «Je comprendrais si votre préférence allait à une personne de la région…». Elle a donc invité l’employeur à prendre une décision en faveur de sa concurrente. Bien sûr, ma copine a un super grand cœur et ne voulait surtout pas nuire… L’autosabotage n’est pas payant!

L’autosabotage

Nos attitudes se forgent dès l’enfance. Notre éducation, nos croyances, nos perceptions de la réalité teintent notre vision des choses et du monde. La recherche d’emploi remet inévitablement en question nos façons de voir. C’est une démarche parfois complexe et source d’angoisse. D’où l’apparition de mécanismes de défense visant à nous protéger contre l’angoisse et le stress de l’inconnu. Dans son livre intitulé : Déjouer les attitudes kamikazes en recherche d’emploi (Septembre Éditeur, 2000), Mathieu Guénette, conseiller d’orientation, a identifié cinq profils d’attitudes autodestructrices. Si jamais vous vous reconnaissez, n’hésitez pas à vous procurer son livre. Des conseils sont rattachés à chacun de ces profils!

L’orphelin larmoyant :

Il formule ses demandes avec un sentiment d’infériorité, croit n’avoir aucun contrôle sur sa vie et désire être pris en charge. Son discours ressemble à: S’il vous plait, donnez-moi ma chance.

Le bon élève :

Il répond à des normes et connaît les réponses, mais il a de la difficulté à se présenter. Il est centré sur sa performance, ce qui l’empêche d’entrer en contact avec son interlocuteur.

Le super-héros :

Il possède une assurance démesurée. Tout est un défi pour lui. Il veut tout refaire, reconstruire et apporter des changements au sein de l’entreprise.

Le combattant enragé :

Il est en guerre à chaque entrevue, car il s’agit pour lui d’une bataille à mener contre l’employeur. La rage est son énergie et il se perçoit comme un perdant. Il attaque afin de cacher son manque de confiance en lui.

L’impuissant bienheureux:

Il n’a pas de problème à lâcher prise et se retrouve bien souvent désengagé dans sa recherche d’emploi. Tout devient un prétexte pour abandonner ses démarches: la hausse du prix de l’essence, une panne Internet, etc.