Archives par mot-clé : secteur

Une nouvelle AEC en génie industriel pour supporter la croissance du secteur à Montréal

Alors que la croissance économique générale donne place à un fléchissement au Québec, le génie industriel, lui, se porte fort bien dans la région de Montréal. Déjà l’année dernière la demande pour les technologues et techniciens en génie industriel surpassait le nombre d’étudiants terminant leur formation. Pour cette raison, les perspectives d’emploi dans ce secteur sont « favorables » (source IMT). Ce sentiment positif a trouvé une nouvelle validation il y a quelques jours alors que la Banque Royale du Canada à fait savoir que son « Indice manufacturier canadien » illustre la bonne tenue et même l’expansion que connaît le secteur depuis plus d’un an (source : Presse canadienne).

Le secteur manufacturier : des diplômés plus en demande que jamais

Le travail en milieu manufacturier ou industriel n’est toutefois plus ce qu’il a été jadis. Dans le contexte actuel de grande concurrence qui prévaut, les techniciens spécialisés diplômés en génie industriel sont recherchés en raison de la popularité des méthodes d’optimisation de la production. Plusieurs entreprises du secteur manufacturier, ou de services, peuvent recruter les diplômés et la demande dans cette profession est favorisée par le fait que ces entreprises ont besoin de personnes formées pour les assister, entre autre, dans l’amélioration continue, dans les opérations épurées (lean, juste-à-temps, planification et ordonnancement), dans le contrôle et l’assurance de la qualité, la logistique des entrepôts, les études d’aménagement des lieux de travail et la santé et la sécurité. C’est pour répondre aux nouveaux besoins du marché du travail que l’AEC intensive « Génie industriel: optimisation des opérations » a été développée.

Répondre aux besoins de main d’œuvre spécialisée

Offert de manière intensive, ce programme de 900 heures s’adresse aux personnes qui détiennent un diplôme d’études secondaires (DES) ou une formation jugée suffisante. Aucune autre condition particulière ne s’applique. Toutefois, ce programme est offert en collaboration avec Emploi-Québec et les candidats possédant un diplôme collégial ou universitaire, acquis au Canada ou à l’étranger, relié à la production manufacturière, auront la priorité lors du processus d’admission. Aussi, il sera nécessaire d’obtenir l’autorisation d’un agent ou d’une agente d’Emploi-Québec avant de déposer une demande d’admission.

Séance d’information au Collège Ahuntsic pour l’AEC en génie industriel

Pour les étudiants qui seront admis dans la toute première cohorte de ce programme prometteur, les cours débuteront le 2 mars 2015. D’ici là, les personnes intéressées trouveront l’information complète au sujet de cette AEC sur le site Web de la Formation continue du Collège Ahuntsic. Notez qu’une séance d’information aura lieu à l’auditorium du Collège, mercredi le 7 janvier prochain. Comme les spécialistes de l’encadrement pédagogique ainsi que des enseignants du Département de génie industriel seront sur place, cette séance sera le moment idéal pour en apprendre plus sur ce nouveau programme. Surtout, pour les futurs candidats, ce sera une occasion unique de poser toutes leurs questions spécifiques aux personnes qui connaissent le mieux les réponses dont ils ont besoin. Aucune réservation n’est requise pour assister à cette séance d’information.

Séance d’information : 7 janvier, 13 h 30, à l’auditorium du Collège Ahuntsic
fc.collegeahuntsic.qc.ca/AEC-genie-industriel

textile

Faire carrière dans l’industrie textile québécoise : Une occasion à saisir!

textileL’univers du textile est insoupçonné. Aujourd’hui, il s’agit de textile technique, intelligent, à valeur ajoutée ou avec des propriétés spéciales et même de recyclage de textile. Le secteur offre plusieurs possibilités de carrière. Une liste des postes disponibles est d’ailleurs affichée et mise à jour régulièrement sur notre site Internet à : http://www.csmotextile.qc.ca/emploi/offrir-emploi.

Portrait du secteur textile

De récents chiffres relèvent que le secteur compte 432 entreprises au Québec. La répartition se fait comme suit :

  • 151 usines textiles : fibres, filés et fils, tissus étroits et broderies Schiffli, tricots, finissage, revêtement de tissus;
  • 230 usines de produits textiles : tapis et carpettes, rideaux et linge de maison, sacs en textile et grosse toile, tous les autres produits textiles;
  • 51 usines de tricotage de vêtements : bas et chaussettes, autres tricotages de vêtements.

Les usines de produits textiles représentent 53,1 % du secteur. Un peu plus de neuf entreprises sur dix existent depuis dix ans ou plus.

Différents produits sont fabriqués par ces entreprises puisque leurs clients se situent dans des secteurs d’activité aussi diversifiés que : vêtements et chaussures, construction et bâtiment, matériaux et produits industriels, ameublement et revêtement de sol, équipement pour le sport et les loisirs, équipements de protection, transport, hygiène et médical, protection de l’environnement, emballage, génie civil, agriculture/horticulture et autres.

Cela signifie que certaines entreprises fabriquent des fils spécialisés, d’autres des feutres, des vêtements sportifs, des géotextiles, des auvents, des sangles et ainsi de suite.

Caractéristiques de la main-d’oeuvre

Ce sont 10 749 personnes qui œuvrent au sein des entreprises, plus principalement dans les usines textiles, avec une proportion de 48 % des emplois. Par ailleurs, 95 % des emplois sont à temps plein.

Les emplois textiles sont concentrés dans trois régions administratives : Montréal (29 %), la Montérégie (22 %) et Chaudière-Appalaches (11,6 %). Un nombre significatif d’emplois se retrouve aussi dans en Estrie (7,8 %) et au Centre-du-Québec (6,9 %).

Selon l’Enquête nationale auprès des ménages (2011), quatre professions représentent plus du tiers de l’ensemble de la main-d’oeuvre de l’industrie textile, il s’agit :

  • d’opérateurs de machines à coudre industrielles (couturières);
  • d’opérateurs de machines et travailleurs de traitement des fibres et des fils textiles;
  • de tisseurs, tricoteurs et autres opérateurs de machines textiles;
  • de manœuvres des produits textiles.

D’autres professions sont également considérées comme clés pour l’industrie, soit : représentant, superviseur, mécanicien industriel, acheteur ou agent d’approvisionnement, personnel en R et D, technicien (de laboratoire, qualité, à la production), inspecteur en assurance qualité, coloriste/technicien en coloration et mécanicien de machines à coudre.

Scolarité des personnes en emploi

Les statistiques de notre récent diagnostic sectoriel provincial démontrent que les travailleurs de l’industrie sont de plus en plus scolarisés. En effet, 28 % des employés ont un diplôme d’études secondaires ou l’équivalent, 15,9 % ont un certificat ou un diplôme d’études professionnelles, d’apprenti ou d’une école de métiers et 28,2 % ont un diplôme collégial ou universitaire.

Vu l’inexistence de formations académiques en textile, nous avons répertorié les diplômes pouvant être exigés lors de l’embauche. Pour voir la liste complète des programmes d’études menant à un métier dans le secteur textile : http://www.csmotextile.qc.ca/secteur-carrieres/programmes-etudes.

Les défis du secteur et les enjeux de la main-d’oeuvre en textile

Les entreprises textiles québécoises souhaitent être plus productives et plus innovatrices afin d’être compétitives dans des niches de marché où la concurrence est très forte. Pour ce faire, le secteur devrait :

  • accentuer sa diversification et le développement de marchés afin d’augmenter le niveau et les sources de revenus;
  • augmenter le niveau d’investissement en immobilisation et réparation afin d’atteindre au moins le même ratio investissement/vente que celui de l’ensemble de l’industrie de la fabrication;
  • augmenter les exportations et poursuivre le développement de nouveaux marchés à l’exportation afin de stabiliser, voire augmenter, sa balance commerciale;
  • poursuivre le développement et la commercialisation de produits textiles à usage technique et à valeur ajoutée;
  • augmenter le nombre d’entreprises de l’industrie qui réalisent des activités de recherche et développement et qui allouent des ressources à l’interne pour réaliser ces activités;
  • mettre de l’avant des changements afin d’accroître sa productivité.

Les enjeux qui affectent les entreprises sont :

  • le vieillissement de la main-d’œuvre;
  • la difficulté de recruter une main-d’oeuvre qualifiée;
  • plusieurs besoins en développement des compétences;
  • l’implication des employés dans le processus de changement.

À propos du CSMO Textile

Le CSMO Textile soutient le développement des ressources humaines de l’industrie textile québécoise et contribue à faire connaître ce secteur, ses perspectives et son développement. La Commission des partenaires du marché du travail contribue au financement des activités du CSMO Textile. Pour plus de détails, visitez le site de CSMO Textile.

se fixer des objectifs

Se fixer des objectifs de recherche d’emploi en 5 étapes

Sans se fixer des objectifs d’emploi, il est parfois difficile de maintenir sa motivation ou d’arriver à des résultats satisfaisants lorsqu’il est question de recherche d’emploi. Dans mes interventions de groupe, j’utilise régulièrement la méthode SMART pour aider les gens à structurer leur réussite. Voici comment se fixer des objectifs :

Se fixer des objectifs SPÉCIFIQUE

se fixer des objectifsC’est-à-dire clair, net et précis. Par exemple, si vous êtes présentement en recherche d’emploi, vous aurez identifié clairement votre cible: préposé aux bénéficiaires, assistante dentaire, etc. Les milieux professionnels pour ces emplois sont assez bien définis. Ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, si vous offrez vos services à titre de commis comptable, il sera avantageux d’identifier un ou deux secteurs d’activités où vous souhaiteriez plus spécifiquement offrir vos services (secteur de l’alimentation, secteur pharmaceutique, de l’industrie du plastique, etc.). Plus c’est précis, plus c’est atteignable.

Se fixer des objectifs MESURABLE

On doit pouvoir évaluer vos progrès d’une étape à l’autre. Ces évaluations sont encourageantes et permettent de garder confiance. Par exemple, lorsque vous avez ciblé votre territoire de recherche d’emploi et élaboré votre liste d’employeurs potentiels, vous progressez, car deux étapes importantes ont été franchies.

Se fixer des objectifs ACCESSIBLE

Il doit demeurer réalisable en fonction du temps que vous avez à lui consacrer et des moyens en votre possession pour l’atteindre. Un objectif doit être atteignable à court ou moyen terme. Se fixer des objectifs à long terme est souvent source de démotivation, à moins de les diviser par étapes de réalisation. À chaque jour, vous pouvez par exemple réaliser des sous-objectifs qui sont en lien avec un objectif à moyen terme.

Se fixer des objectifs RÉALISTE

Il doit vous outiller dans le but de concrétiser votre projet. Par exemple, vous avez déjà cinq ans d’expérience dans le domaine de la mode, donc vous possédez des connaissances pertinentes en lien avec un objectif d’emploi comme agent de commercialisation dans le secteur du vêtement.

Se fixer des objectifs TEMPORELLEMENT DÉFINI

C’est-à-dire, avoir un début et une fin, donc, une durée. Il importe de fixer un temps bien précis pour l’atteindre. Par exemple, vous vous êtes fixé trois mois pour vous réorienter sur le marché du travail. Vous avez même inscrit une date d’entrée en fonction sur votre calendrier.

Se fixer des objectifs

Ça vous aide à orienter, à préciser vos choix et vos actions. Cela vous permet de canaliser votre énergie au bon endroit et d’avoir également le sentiment de progresser vers l’atteinte d’un but. Le fait de pouvoir évaluer votre progression favorisera votre motivation et ajoutera un sentiment de fierté à votre quotidien.

Tout projet ou objectif nécessite une série d’étapes à franchir. La patience et la constance sont deux atouts importants, tandis que la motivation et le dynamisme vous permettront de dépasser vos limites. Concentrez-vous sur un maximum de deux ou trois objectifs à la fois et assurez-vous que ceux-ci vous stimulent, sans quoi vous auriez avantage à les revoir. Établissez ensuite un ordre de priorité. Revoyez-les régulièrement et ajustez-les au besoin. Inévitablement, vous aurez ainsi chassé l’ennui, le découragement et la routine de votre quotidien. Bienvenue nouveauté, succès et réussite!

Vous en savez maintenant un peu plus sur la façon SMART pour se fixer des objectifs!

Venez me rencontrer pour vous assurer d’être sur la bonne voie afin de se fixer les bons objectifs! 450.492.5050

http://fr.wikipedia.org/wiki/Objectifs_et_indicateurs_SMART