Archives de catégorie : Recherche d’emploi

À éviter en entrevue

SVP éviter ceci durant une entrevue d’embauche

Parler de sa vie privée durant l’entrevue

Il est important de savoir que la loi interdit de poser des questions d’ordre privé. Cependant, rien n’interdit l’intervieweur de vous poser des questions de façon générale qui peuvent être perçues comme touchant tant le domaine privé que professionnel. Par exemple, on vous demande : Quelles sont les réalisations de votre vie dont vous être le plus fier?  Il n’en tient qu’à vous de choisir un exemple de réalisation professionnelle. Si vous choisissez de nommer un élément de votre vie personnelle, cela peut jouer contre vous. Trop vous dévoiler peut nuire à l’objectivité de l’employeur. Rappelez-vous que l’objectif de cette rencontre est d’évaluer si votre candidature correspond aux besoins d’ordre professionnel et organisationnel. Cela vous permettra d’éviter toute ambiguïté.

Démontrer des tics nerveux

À éviter en entrevueLa plupart des candidats sont nerveux en entrevue. C’est tout à fait normal. Il ne s’agit pas d’une rencontre habituelle. Vous avez un objectif à livrer. Le stress augmente proportionnellement à l’importance que vous accordez à obtenir cet emploi. Des tics nerveux peuvent alors apparaître. Même si l’employeur est conscient que cet entretien peut vous rendre mal à l’aise, il ne devrait pas être témoin de votre stress excessif. Surtout si le poste offert implique d’être en contrôle lors d’échanges relationnels. À noter que le ton de votre voix compte pour 38% de l’impression que vous faites et que votre non verbal compte pour 55% en entrevue. C’est donc dire que l’employeur se laissera considérablement influencer par l’impression que vous laissez, comparativement à ce que vous dites. Pour éviter les tics nerveux, nous conseillons de s’asseoir les pieds appuyés au sol, avoir les mains vides (sans crayons) et déposer ses bras sur les accoudoirs ou légèrement sur la table. Si vous n’êtes pas conscients de vos tics nerveux, filmez-vous lors d’une simulation d’entrevue. Vous pourrez alors identifier des trucs qui vous sont appropriés.

Être trop familier

Certains employeurs ont la capacité de vous mettre en confiance dès le départ. Leur bureau est généralement accueillant, des photos de famille sont affichées, peut-être même un trophée de balle molle. Ils peuvent vous offrir un verre d’eau avant de commencer, plaisanter et vous faire rire. Ils peuvent même s’autodévoiler. Pour certains, cela démontre leur vraie nature, mais pour d’autres, il s’agit d’un rôle stratégique pour vous inviter à faire de même. Attention! Ne vous laissez pas déconcentrer par cette approche. Qu’elle soit volontaire ou non de la part de l’employeur, vous devez demeurer dans votre rôle de candidat. Même si on vous tutoie, attendez qu’on vous donne la permission de le faire à votre tour. Assoyez-vous de façon professionnelle. Évitez de faire des blagues. L’humour est un sujet délicat et variable selon les cultures.

Ne regarder que l’intervieweur en entrevue de groupe

Il est naturel de regarder la personne qui nous pose des questions et d’y répondre tout en la regardant. Cependant, on remarque une tendance à ce que l’employeur invite d’autres membres du personnel à assister ou participer à cet entretien. Il sera alors important de regarder chaque personne lorsque vous répondez aux questions, même celles qui n’en posent pas. Vous démontrerez alors qu’elles sont importantes et que vous portez une attention particulière à chacune. Il arrive même que les membres de la direction demandent l’opinion des autres membres de l’équipe et les invitent à participer au processus de sélection. Raison de plus pour faire bonne impression à tous!

Parler trop, c’est comme pas assez

Certains sont verbomoteurs ; d’autres sont brefs dans leurs propos. L’un et l’autre sont à proscrire lors d’une entrevue. Les intervieweurs détestent avoir à couper le discours d’un candidat pour pouvoir poser la prochaine question. Il perdra le fil de vos propos, car vous aurez tendance à sortir du sujet de la question. Certains employeurs vont même jusqu’à interrompre l’entrevue et vous remercier rapidement pour ensuite rencontrer le candidat suivant. Vos chances sont alors presque nulles. Ils n’apprécient guère celui qui fournit des réponses brèves. Cela peut refléter que vous avez peur de répondre. Répondre par oui ou non est à éviter. Vous démontrerez alors un manque de confiance nuisible à votre candidature. Les exemples que vous présentez aident l’employeur à vous visualiser en poste. Et cela valide tout autant vos compétences à occuper le poste en question.

Les 50 plus importantes questions d'entrevue

équivalence secondaire 5

Réussir les tests Équivalence secondaire 5 : ça ne change pas le monde sauf que…

réussir équivalence secondaire 5Je ne connaissais rien des tests équivalence secondaire 5.  Depuis, ma vie a changé!  J’ai 50 ans. J’ai travaillé 25 ans pour une entreprise d’imprimerie comme opérateur de machine. Je n’aimais pas ça plus qu’il faut. Sans diplôme, mes choix d’emplois étaient limités.  Mon but premier était de travailler pour subvenir aux besoins de ma famille et payer l’hypothèque pour offrir une qualité de vie à mes enfants.

Puis les technologies ont évolué. L’entreprise où je travaillais n’a pas été en mesure de s’ajuster aux changements. Elle a donc fermé ses portes. J’avais alors 45 ans, Je me suis retrouvé à devoir chercher un nouvel emploi. Ça n’a pas été facile.

Plusieurs employeurs refusaient ma candidature faute d’un diplôme secondaire. J’ai donc cumulé des emplois non motivants et à faible salaire. Cette année, à l’aube de mes 50 ans, j’ai décidé que j’en avais assez. Il me fallait un diplôme.

Mes craintes face à ma capacité de réussir au test équivalence 5

Je ne croyais pas que c’était possible de viser un diplôme. Plus de 30 ans que j’avais quitté l’école! Et ça me faisait peur. Tous les mauvais souvenirs de mes années scolaires revenaient à la surface. Je me souviens très bien pourquoi j’avais quitté l’école. Quelques élèves et même certains professeurs me disaient que je ne réussirais jamais rien dans la vie. J’étais lent. Je ne comprenais rien. J’ai quand même réussi à compléter ma 6e année primaire. Mais j’ai donné raison aux commentaires négatifs des gens. Je n’aurais jamais dû.

La découverte des tests équivalence secondaire 5

J’ai revu un ancien copain de classe cette année qui me parlait de sa réussite des tests équivalence secondaire 5. Je n’avais aucune idée de quoi il s’agissait. Il m’a alors informé qu’il est possible d’obtenir une équivalence de secondaire 5 en réussissant cinq examens à choix de réponses. À choix de réponses? Ça m’a encouragé, car étant dyslexique, le fait de ne pas expliquer mes réponses rendait la tâche beaucoup plus facile. Je me suis alors renseigné davantage.

Une équivalence secondaire 5, ça ouvre plusieurs portes

On m’a expliqué que plusieurs employeurs embauchent les personnes qui réussissent ces tests. Ça ouvre même les portes pour certaines formations professionnelles et techniques. Il suffit de réussir deux examens de français (examen de grammaire et examen de compréhension de texte) et choisir 3 examens sur 5 parmi l’anglais, les mathématiques, les sciences économiques, les sciences naturelles et les sciences humaines.

Puisqu’il s’agit d’une équivalence s’adressant aux adultes, les examens sont moins ardus qu’au secondaire régulier. Ils visent l’évaluation des connaissances générales. Je n’ai peut-être pas beaucoup d’éducation, mais je suis resté à l’affût de l’actualité. Aussi, j’adore écouter des documentaires et en apprendre sur la science. J’aime les films historiques pour comprendre la société actuelle. Je me suis alors lancé le défi d’entreprendre les tests équivalence secondaire 5.

L’importance de se préparer au test équivalence secondaire 5

Pour mieux me préparer, j’ai d’abord fait un pré-test. Ceci m’a aidé à évaluer mon niveau de connaissance dans chaque matière. J’ai pu alors choisir judicieusement les examens à passer. À ma grande surprise, mes connaissances de base étaient encourageantes.  Cela a eu un effet positif sur ma motivation à poursuivre ma préparation.

En savoir plus sur le pré-test

Suite au pré-test, j’ai étudié mes matières en faisant des exercices à l’aide de sites spécialisés. J’ai lu sur différents sujets. J’approfondissais mes recherches en lisant dans des encyclopédies et en visionnant des reportages. J’y allais à mon rythme, sans avoir la pression de collègues de classe qui n’ont aucun trouble d’apprentissage. Je me suis rendu compte que malgré mes difficultés, j’arrivais à comprendre des principes fondamentaux. Il ne suffisait que de respecter mon rythme et mon style d’apprentissage. J’ai choisi de passer mes examens un à la fois pour m’enlever la pression de tout étudier d’un coup. J’angoissais à l’idée de recevoir ma note. Je ne voulais pas revivre les déceptions du passé.

Les bénéfices

À ma grande surprise, j’ai réussi mon examen de compréhension de texte haut la main. Ça n’a pas été le cas pour l’examen de grammaire pour lequel j’ai dû réviser suite à un échec. À la reprise de cet examen, j’ai obtenu la note de passage. Reconnaissant mes faiblesses en français écrit, ça a été toute une réussite! Ça m’a encouragé à continuer. Chaque examen réussi augmentait ma confiance en moi.

Un mois après la passation du dernier examen, j’ai reçu dans ma boîte aux lettres, un document officiel du ministère de l’Éducation, des sports et loisirs. Mon nom était écrit sous la mention d’Attestation d’équivalence de niveau secondaire 5. Ça y est! Je suis enfin diplômé! C’est vrai et je n’y crois pas encore. Je peux maintenant affirmer haut et fort que j’ai terminé mon secondaire 5. Une réalisation très symbolique pour moi. Je peux faire taire les pessimistes qui s’amusaient à me dénigrer. En effet, tous ceux qui me rappelais que je ne ferais jamais rien de bon dans la vie.

En savoir plus sur les TENS

Les possibilités s’ouvrent enfin à moi avec mon équivalence de secondaire 5

J’ai 50 ans. Je suis diplômé du secondaire. Les possibilités s’ouvrent à moi. Je n’ai plus à choisir parmi la maigre liste de métiers s’adressant aux non-diplômés. Je peux même penser à poursuivre mes études si je le désire. Aussi, je sais maintenant quoi répondre aux employeurs me demandant quelle est la réalisation pour laquelle je suis le plus fier. Enfin, je n’aurai qu’à penser à cet accomplissement lorsque je me retrouverai devant de nouveaux défis. Tout est possible maintenant! Je me suis démontré qu’avec de la persévérance, j’arrive à réaliser mes objectifs. Et j’en suis vraiment fier!

Propos recueillis et transmis par Julie Boulet.

test équivalence 5 en ligne

Les 4 avantages de réussir le test équivalence secondaire 5

Réussir les tensTENS est l’abréviation de Tests d’équivalence de niveau secondaire, communément appelé équivalence secondaire 5.   Sous forme d’examens, on évalue vos connaissances en français, mathématiques, anglais, sciences économiques, sciences humaines et sciences naturelles. En réussissant le test équivalence 5, vous obtenez une attestation d’équivalence niveau secondaire.  Cela se traduit par une reconnaissance que vous avez les connaissances générales de 5e secondaire. Plusieurs avantages s’offrent donc à vous :

Variété des postes convoités

Si vous avez consulté les offres d’emploi affichées sur Internet ou dans les journaux, vous avez probablement remarqué que les employeurs recherchent au moins une scolarité complétée de niveau secondaire. Au Québec, selon IMT en ligne, 31 professions sont accessibles avec un secondaire non complété. Avec une équivalence du secondaire, on passe de 31 professions à 121 !

Meilleure estime de soi grâce à une équivalence secondaire 5

J’ai moi-même été témoin d’une métamorphose de plusieurs clients qui ont réussi les tests équivalence secondaire 5. Pour augmenter l’estime de soi, il faut être fier de ce que l’on a accompli. Si on s’acharne sur ses échecs, on n’y arrive pas. La réussite des tests équivalence 5 est un élément déclencheur qui redonne confiance en ses capacités. L’expérience de vie à l’âge adulte est un avantage indéniable pour la réussite de ces examens. Ne comparez pas votre expérience de l’école secondaire à la passation de l’équivalence du secondaire. Ce n’est pas parce que vous avez complété un niveau de 1re secondaire que vous ne réussirez pas les test équivalence 5. L’apprentissage se fait différemment et est adapté aux adultes.

Accessibilité à certaines formations

L’obtention de l’Attestation d’une équivalence du secondaire ouvre des portes à certaines formations professionnelles et même collégiales. Les diplômes d’études professionnelles (DEP) exigent généralement un niveau de 3e et parfois de 4e secondaire complété. Avec une attestation équivalence 5 vous vous qualifiez. Il faut cependant vérifier s’il n’y a pas d’autres critères d’admission, comme un test de classement. Ou encore, des cours spécifiques du secondaire régulier. Certaines attestations de niveau collégial (AEC) acceptent l’attestation équivalence secondaire 5 et donnent accès à leur formation.

Mise à niveau des connaissances générales 

En réussissant les tests équivalence secondaire 5, vous aurez mis à niveau vos connaissances générales. Vous aurez une meilleure compréhension du monde qui vous entoure. De plus, vous serez en mesure d’en discuter grâce aux connaissances que vous aurez acquises.

Si vous êtes une personne curieuse, autonome et qui apprend rapidement, vous pouvez étudier par vous-même afin de vous préparer à la passation des tests. Il est toutefois très utile de connaitre quelles sont vos chances de réussir ces tests. Parachute Carrière rend désormais accessible son pré-test d’équivalence 5. En effet, ce pré-test vous permet de connaître vos forces et faiblesses. Et vous indique toutes les informations nécessaires pour bien préparer vos études et réussir vos tests.

TÉLÉCHARGEZ LE PRÉ-TEST

Pas encore de projet d’emploi?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore identifié un choix de carrière, nous l’invitons à parcourir notre trousse: Le choix de carrière en 4 étapes. Son engagement à travers les étapes de cette trousse lui permettra de fixer un choix de programme ou un choix de carrière de façon assurée.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ

projet professionnel

L’importance d’avoir un projet professionnel

projetAvez-vous un véritable projet professionnel? La réponse à cette question peut vous conduire à la définition d’un projet professionnel source de motivation. Sans projet professionnel, impossible de bonifier sa carrière. Sans projet professionnel, impossible de structurer une recherche d’emploi. Avoir un projet, c’est mettre en place des actions significatives visant à le rendre concret !

Votre projet professionnel est en vous

On définit son projet professionnel à partir de soi, ses valeurs, ses intérêts, compétences et aptitudes. Plus un projet professionnel vous colle à la peau, plus il sera source de satisfaction durable. Alors, allez-y, dressez un portrait de vous-même! Vous serez surpris des pistes pouvant déboucher sur un emploi ou un domaine passionnant. C’est difficile pour vous de faire cet examen?  Pas de problème, procurez vous la trousse d’auto-coaching suivante :

Définir un projet professionnel

En effet, cette trousse vous permettra d’identifier un projet totalement aligné sur ce que vous êtes. On consacre un temps fou à choisir un véhicule automobile, car on compare les prix, les accessoires, les caractéristiques. On fait de même avec l’achat d’une maison. Très peu de gens investissent pareil temps et énergie pour le choix d’une carrière. Pourtant, cette dimension de notre vie occupe tellement de place!  Souvent, on accepte un emploi sans connaître le niveau de stress, les attentes. On ne questionne pas les valeurs de l’entreprise. Les conditions d’exercice du travail. En conséquence, tout projet professionnel calqué à ce que vous êtes vous offrira des années de satisfaction!

Vous réorienter complètement?

Peut-être songez vous depuis quelque temps à changer complètement d’emploi. Retourner aux études, peut-être?  Pour éviter de vous perdre dans les dédales des choix de carrière ou de programmes d’études, partez du bon pied avec la trousse de réorientation numérique Se réorienter. Cette trousse vous permettra de passer un test d’orientation et d’explorer des métiers et professions alignés sur vos intérêts professionnels. Vous serez ensuite guidé en fonction de vos valeurs et des caractéristiques que vous souhaitez retrouver dans votre prochain emploi.

SE RÉORIENTER

Vous êtes la seule et unique personne responsable de définir votre projet, de lui donner vie. C’est donc dire que vous êtes le principal réalisateur de votre succès, de votre réussite. Les comportements d’attente et de procrastination n’ont donc aucunement leur place dans la définition d’un projet professionnel gagnant.

Investir dans sa carrière, c’est investir en son potentiel

Ayez toujours en tête que le travail est une opportunité de s’engager, de grandir, d’apprendre, de se bâtir un réseau et de réaliser son potentiel.

Pour mettre toutes les chances de votre côté dans la belle aventure qu’est la recherche d’un emploi satisfaisant, il est donc important de débuter par la définition d’un projet qui nourrira votre intérêt à long terme. Plus il sera motivant et enrichissant, plus il vous permettra de vous épanouir. Qui sait combien de nouveaux projets le vôtre fera-t-il germer? En effet, tout projet significatif contient un potentiel infiniment créateur. Le plus difficile est parfois d’en fixer les limites!

Foncez droit vers un projet gagnant. Votre perception du travail s’en trouvera vite modifiée à jamais!

gens-qui-ont-surmonte-le-manque-dexperience-se-tapent-la-main

Surmonter le manque d’expérience de travail

gens-qui-ont-surmonte-le-manque-dexperience-se-tapent-la-mainPour une personne qui débute sur le marché du travail, le manque d’expérience est l’un des obstacles les plus courants à surmonter.  Certaines entreprises exigent de leurs futurs employés un minimum d’expérience.  Comment amorcer une carrière si on ne peut jamais obtenir de poste, par manque d’expérience? Si l’offre d’emploi indique un minimum d’années d’expérience et qu’il s’agit d’un critère auquel vous ne répondez pas, offrez tout de même vos services !  Voici des astuces pour postuler un emploi, malgré le manque d’expérience:

Contrer le manque d’expérience grâce aux compétences transférables

Il s’agit de faire valoir des compétences que vous avez développées dans un autre domaine et qui sont facilement bénéfiques dans celui auquel vous vous destinez.  Ce n’est pas parce que vous n’avez aucune expérience dans un domaine spécifique que vous n’avez rien développé d’utile.  Voici quelques exemples : un ancien athlète se réoriente comme représentant des ventes en boissons sportives. Il n’a aucune expérience en vente, mais il aura un avantage intéressant vu ses acquis d’athlète.  Un policier à la retraite se lance en politique.  Il n’a aucune expérience en politique, mais il sera un atout vu sa compréhension des souffrances humaines dont il a été témoin. Un ancien camionneur devient responsable d’une station touristique. Sa connaissance du réseau routier sera un atout pour guider les gens.

Utiliser les réseaux

Il est indispensable d’utiliser son réseau personnel. Les gens de votre réseau connaissent vos forces. Le bouche-à-oreille existe depuis la nuit des temps alors, pourquoi ne pas l’utiliser?  Même chose pour les réseaux sociaux.  LinkedIn par exemple, ou même Facebook, sont de bons exemples d’espaces virtuels où informer les gens de votre entourage sur votre disponibilité à offrir vos services, en dépit d’un manque d’expérience.

Le bénévolat, les stages d’observation et les expériences personnelles

Les stages sont une expérience transférable, même s’ils ont été non rémunérés. Aussi, une personne qui offre ses services bénévoles pour Opération nez rouge et qui souhaite devenir camionneur, aura une expérience plus que pertinente. Quelqu’un qui a vécu toute sa jeunesse sur une ferme, peut très bien utiliser cette expérience s’il veut travailler en animalerie, comme technicien vétérinaire diplômé ou comme employé d’un centre horticole ou d’une pépinière.  Alors, n’hésitez pas à voir les liens qui peuvent exister entre vos expériences et votre but. Tout le monde a déjà un bagage quelconque avant même de viser un nouveau métier.

Vous souhaitez vous réorienter ou faire un choix de carrière?

N’hésitez pas à vous procurer notre trousse d’orientation, Le choix de carrière en 4 étapes. Ou encore, si vous êtes adulte et souhaitez vous réorienter à partir de votre domicile et à votre rythme, découvrez: Se réorienter chez soi.

LinkedIn

Les médias sociaux en recherche d’emploi

LinkedInLes médias sociaux sont un outil dynamique en recherche d’emploi.  En effet, pour plusieurs bonnes raisons : grande visibilité, beaucoup d’informations y circulent, nombre élevé d’utilisateurs, rapidité d’exécution.  Actuellement, le plus utilisé en recherche d’emploi est LinkedIn, mais Facebook l’est tout autant.  Il ne faut pas oublier Twitter, Pinterest, Instagram qui pourraient être utiles.

Les façons d’utiliser les médias sociaux

Plusieurs emplois se dénichent encore aujourd’hui par le bouche-à-oreille.  Donc, si tous vos contacts « sociaux » sont au courant que vous avez des services à offrir, cela facilitera vos recherches d’emploi.  La première chose à faire est de leur souligner que vous êtes disponible.  En effet, expliquez brièvement vos compétences (surtout pour les contacts de vos contacts).  Demandez si quelqu’un a besoin d’une personne comme vous et inviter vos contacts à partager votre publication.

Évidemment, il faut s’adapter à chaque réseau social.  Pour LinkedIn, ce serait bien de mettre votre profil à jour en utilisant la mention « en recherche de nouveaux défis professionnels ».  De cette façon, les gens seront au courant de votre disponibilité.  Il faut garder en tête que ces outils, bien utilisés, peuvent grandement influencer votre recherche d’emploi.

Côté pervers

Il n’y a pas que de bons côtés à utiliser les médias sociaux.   Je connais moins Pinterest et ne maîtrise pas Twitter et Instagram sur le bout des doigts, mais je vous parlerai de ce que j’ai testé.  La première chose est les photos/vidéos que vous déposez et les commentaires que vous écrivez sur vos comptes : MÉFIEZ-VOUS !  Il est probable que vous ayez déposé ces photos ou commentaires pour des raisons fort pertinentes et que la majorité de vos contacts comprendront pourquoi vous l’avez fait.  Toutefois, pour le public en général, peut-être même un futur patron, il est possible que la première impression que vous lui fassiez, soit cette photo.

Jamais 2 chances de faire bonne impression

À l’ère des médias sociaux, la première impression passe souvent par ces outils. Il faut donc faire attention, car beaucoup d’employeurs prennent la peine de vérifier, d’aller voir sur nos comptes.  De plus, pour Pinterest et Instagram, des sites de publication de photos personnelles ou d’appréciation de photos publiques, ils pourraient jouer contre vous, selon les photos que vous publiez ou dites aimer.

Paramètres de confidentialité et configuration

Votre vie personnelle n’est l’affaire de personne.  Il est donc important, si vous êtes un adepte des médias sociaux, de prendre le temps de bien comprendre les paramètres de confidentialité et de bien configurer vos comptes.  Il est possible de bien gérer l’accès à vos informations.  Cependant, les paramètres de confidentialité ne sont pas toujours évidents, il faut prendre le temps de bien les lire.  Il faut s’assurer de savoir qui a accès à nos photos/commentaires, qui peut commenter, qui peut partager ou republier, etc. Valider tous ces paramètres de confidentialité peut prendre du temps, mais ça en vaut la peine.

Ordinateur ou téléphone intelligent

Portez attention aux détails, à la configuration des applications sur vos appareils. Par exemple, Pinterest est complètement différent sur l’ordinateur, comparativement sur un téléphone. Théoriquement, si vous utilisez le téléphone ainsi que l’ordinateur, vous devriez être protégé de la même façon, mais si vous n’utilisez que le téléphone, il est important de bien comprendre les paramètres de sécurité.  Le cellulaire étant plus petit, attention aux détails.

Vous souhaitez vous réorienter ou faire un choix de carrière à partir de votre domicile?

N’hésitez pas à vous procurer notre trousse d’orientation, Le choix de carrière en 4 étapes. Ou encore, si vous êtes adulte et souhaitez vous réorienter à partir de votre domicile et à votre rythme, découvrez: Se réorienter chez soi.

Recherche d'emploi après 55 ans

La recherche d’emploi après 55 ans

La recherche d’emploi des années 70-80

La recherche d’emploi après 55 ans est plus intéressante que jamais.  Bien sûr, ceux qui ont 55 ans et plus aujourd’hui ont connu l’époque des années fin 70, début 80 où le marché de l’emploi était totalement différent. Les gens n’avaient qu’à se déplacer, faire le tour des entreprises et se présenter chez les employeurs. Ils étaient alors accueillis et devaient la plupart du temps remplir un formulaire d’embauche sur place. Souvent, ils se faisaient offrir de commencer à travailler la journée même ou dans les jours qui suivent.

Évidemment, ils pouvaient aussi avoir recours à leur réseau de contacts et se faisaient offrir des postes sans avoir à passer un processus d’embauche.  D’ailleurs, à cette époque, les entrevues étaient soit inexistantes, soit peu élaborées surtout pour des postes d’ouvriers. Et quand les travailleurs perdaient leur emploi, plusieurs diront qu’ils n’avaient qu’à s’adresser à la compagnie voisine pour débuter aussitôt un nouvel emploi.

La recherche d’emploi après 55 ans aujourd’hui

Autres temps, autres mœurs. Aujourd’hui, les entreprises sont en compétition et doivent, par conséquent, être le plus rentable possible. Cela implique qu’ils n’ont pas le temps d’accueillir les chercheurs d’emploi. La méthode la plus courante est d’envoyer le curriculum vitae par courriel à la personne responsable du service visé, ou s’inscrire sur le site internet de l’entreprise pour poser sa candidature.

Pour se démarquer, il sera important de se mettre en valeur.  Il y a moins de postes disponibles et les exigences sont plus élevées. Depuis les années 90, l’entrevue a un rôle crucial dans l’embauche de personnel. Les employeurs posent plus de questions, non seulement sur votre expérience, mais aussi sur votre personnalité. Puisque nous passons plusieurs heures par semaine au travail, il est très important que vous ayez une personnalité qui cadre avec le reste de l’équipe.  Ceci, afin de maintenir l’harmonie du climat de travail. Aussi, vous devez être un atout pour l’équipe de par votre expérience, vos compétences et votre attitude.

Les personnes de 55 ans et plus sont recherchées

J’entends souvent mes clients âgés de 55 ans et plus me faire part de leurs inquiétudes face à leur candidature. Ils craignent que les employeurs soient plus enclins à embaucher des jeunes qui seront plus en forme, selon la pensée populaire. À cela je réponds qu’au contraire, plusieurs dirigeants d’entreprises s’arrachent les 55 ans et plus! Pourquoi? Parce qu’ils ont la réputation d’être vaillants, fiables et loyaux. De plus, leur situation familiale est différente des jeunes. Ils n’ont plus de responsabilités familiales, donc moins d’absentéisme pour les rendez-vous du petit dernier.

Vous vous souvenez de la publicité prônant la liberté 55 ? Peu de gens ont pu bénéficier de ce projet. De plus en plus de personnes retardent leur retraite et ce pour différentes raisons : problèmes financiers, besoin de socialiser en travaillant, passionnés par leur métier, etc. Les jeunes ne sont pas un gage de longévité au travail. Ils peuvent décider de partir volontairement pour gravir les échelons ailleurs. La plupart des 55 ans et plus n’ont pas cette motivation. Ils se sont déjà réalisés auparavant et ne sentent pas le besoin de changer d’emploi.

Des outils adaptés pour faciliter la recherche d’emploi après 55 ans

Les offres d’emploi parues sur le site Placement en ligne d’Emploi-Québec démontrent que certains employeurs spécifient qu’ils invitent les personnes ayant 55 ans et plus à postuler. Vous saurez alors que pour cet employeur, la maturité d’âge est un avantage.  Attention de ne pas négliger les employeurs qui ne spécifient pas ce détail pour autant.

L’expérience de vie face à différentes situations et les compétences développées sont à mettre en avant plan. Et ce, sans aucune gêne! En entrevue, il faut présenter des exemples concrets de situations vécues à d’autres postes. En effet, c’est ainsi qu’on peut convaincre un employeur de sa valeur.

Emploi-Québec offre aussi des subventions d’aide à l’emploi pour les gens qui ont de la difficulté à se trouver un emploi. Une personne d’expérience peut alors avoir le droit de recevoir une subvention salariale permettant d’obtenir un emploi dont le salaire serait bonifié avec l’aide d’Emploi-Québec. Sans compter qu’il est aussi possible d’être référé à un coach de carrière pour optimiser la démarche de recherche d’emploi après 55 ans et plus.

Retour aux études après 55 ans, pourquoi pas?

Puisque l’âge de la retraite tend à s’éloigner de règles fixes, pourquoi ne pas en profiter pour se lancer dans un nouveau métier? En recherche d’emploi après 55 ans, il existe de nombreuses formations, dont plusieurs sont de courte durée. N’hésitez pas à consulter des professionnels de l’orientation de carrière, lesquels vous aideront à voir plus clair dans vos démarches grâce à un bilan de compétences.

Vous réorienter ou faire un choix de carrière?

Vous songez à vous réorienter ou désirez explorer des choix de carrière à partir de votre domicile et à votre rythme, découvrez: Se réorienter chez soi.

Pour les jeunes du secondaire et du collégial : Le choix de carrière en 4 étapes.

test équivalence secondaire 5

Ne manquez surtout pas le test équivalence secondaire 5

tests d'équivalence secondaire 5Les tests pour une équivalence secondaire 5 sont toujours aussi mal connus du public, malgré près de 30 ans d’existence.  Les employeurs étant de plus en plus sélectifs, ils souhaitent avoir au sein de leur équipe des gens possédant une formation académique complétée. En effet, en consultant les offres d’emplois, vous ne serez pas surpris de découvrir que pour des postes non spécialisés, on demande un diplôme de niveau secondaire V ou une équivalence.

Équivalence secondaire 5 : les avantages

Si vous n’avez pas de diplôme d’études secondaires, l’attestation équivalence secondaire 5 est une façon rapide et efficace de vous ouvrir des portes. Aussi, cela vous permet d’explorer des métiers ou carrières qui pourront vous mener loin.  L’attestation pour une équivalence secondaire 5 souligne que vous détenez un niveau de connaissance équivalant aux notions apprises au secondaire. Il ne remplace pas un diplôme d’études secondaires (DES), mais il est reconnu par la majorité des employeurs comme étant un équivalent.

Vous qualifier à des préalables de formation professionnelle ou technique

Cette attestation permet aussi de répondre aux préalables pour s’inscrire à une formation professionnelle ou technique. Par exemple,un diplôme d’études professionnelles (DEP) ou une Attestation d’études collégiales (AEC). En révisant les matières liées aux tests d’équivalence secondaire 5, vous avez l’opportunité de valider vos capacités. Et aussi, votre intérêt face aux études. Et ce, avant de vous engager officiellement dans une formation spécialisée où vous devrez engager des fonds.

Réussir les tests équivalence secondaire 5

Pour obtenir l’attestation d’étude de niveau secondaire, il faut réussir cinq des sept tests reconnus par le Ministère de l’Éducation du Québec. Chaque commission scolaire gère la passation des tests.  Certaines règles d’administration des tests, les horaires et les coûts peuvent varier d’une commission scolaire à une autre. Toutefois, pour obtenir votre attestation, vous devrez obligatoirement réussir les deux examens suivants: Français Grammaire et Français Compréhension de texte.  Vous devrez ensuite réussir trois des cinq examens suivants : mathématiques, anglais, sciences humaines, sciences économiques ou sciences de la nature.

Examens de reprise en cas d’échec

Il faut donc cinq examens réussis sur sept pour obtenir votre attestation pour une équivalence secondaire 5 reconnue par le Ministère de l’Éducation.  Dans le cas d’un échec, vous avez droit à un examen de reprise dans chacune des matières. Si vous échouez à nouveau, vous devrez attendre un an avant de pouvoir reprendre les tests dans une commission scolaire.  Tous les tests devront alors être repris, même ceux que vous aviez réussis.

Évaluez vos chances de réussir le test équivalence 5

Si vous êtes une personne curieuse, autonome et qui apprend rapidement, vous pouvez étudier par vous-même afin de vous préparer à la passation des tests. Il est toutefois très utile de connaitre quelles sont vos chances de réussir ces tests. Parachute Carrière rend désormais accessible son pré-test d’équivalence 5. En effet, ce pré-test vous permet de connaître vos forces et faiblesses dans chacune des matières. En sachant où sont vos faiblesses, vous savez quelles matières le mieux préparer. La trousse du pré-test fournit tous les sites pour vous préparer à étudier. Et vous indique toutes les informations nécessaires pour bien préparer vos études et réussir vos tests.

TÉLÉCHARGEZ LE PRÉ-TEST

Vous souhaitez vous réorienter ?

Vous songez à vous réorienter ou désirez explorer des choix de carrière à partir de votre domicile et à votre rythme, découvrez: Se réorienter chez soi.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

auto-sabotage

L’autosabotage en entrevue

auto-sabotageUne bonne copine est actuellement en recherche d’emploi et sa démarche devient de plus en plus difficile. Elle me disait avoir fait de l’auto-sabotage lors de sa dernière entrevue. Pourtant, tout dans l’emploi visé lui convenait : le salaire, les heures, etc. Elle a même dit à l’employeur qu’elle se voyait travailler au sein de leur entreprise. Elle me dit qu’elle savait que l’employeur avait une autre candidate en vue (une personne qu’elle connaissait) et qui habitait la région. En fin d’entrevue, elle a conclu en ajoutant: «Je comprendrais si votre préférence allait à une personne de la région…». Elle a donc invité l’employeur à prendre une décision en faveur de sa concurrente. Bien sûr, ma copine a un super grand cœur et ne voulait surtout pas nuire… L’auto-sabotage n’est pas payant!

L’autosabotage

Nos attitudes se forgent dès l’enfance. Notre éducation, nos croyances, nos perceptions de la réalité teintent notre vision des choses et du monde. La recherche d’emploi remet inévitablement en question nos façons de voir. C’est une démarche parfois complexe et source d’angoisse. D’où l’apparition de mécanismes de défense visant à nous protéger contre l’angoisse et le stress de l’inconnu. Dans son livre intitulé : Déjouer les attitudes kamikazes en recherche d’emploi (Septembre Éditeur, 2000), Mathieu Guénette, conseiller d’orientation, a identifié cinq profils d’attitudes autodestructrices. Si jamais vous vous reconnaissez, n’hésitez pas à vous procurer son livre. Des conseils sont rattachés à chacun de ces profils!

L’orphelin larmoyant :

Il formule ses demandes avec un sentiment d’infériorité, croit n’avoir aucun contrôle sur sa vie et désire être pris en charge. Son discours ressemble à: S’il vous plait, donnez-moi ma chance.

Le bon élève :

Il répond à des normes et connaît les réponses, mais il a de la difficulté à se présenter. Il est centré sur sa performance, ce qui l’empêche d’entrer en contact avec son interlocuteur.

Le super-héros :

Il possède une assurance démesurée. Tout est un défi pour lui. Il veut tout refaire, reconstruire et apporter des changements au sein de l’entreprise.

Le combattant enragé :

Il est en guerre à chaque entrevue, car il s’agit pour lui d’une bataille à mener contre l’employeur. La rage est son énergie et il se perçoit comme un perdant. Il attaque afin de cacher son manque de confiance en lui.

L’impuissant bienheureux:

Il n’a pas de problème à lâcher prise et se retrouve bien souvent désengagé dans sa recherche d’emploi. Tout devient un prétexte pour abandonner ses démarches: la hausse du prix de l’essence, une panne Internet, etc.

50 questions d’entrevues avec les réponses du coach de carrière

Vous souhaitez optimiser vos chances en entrevue?  Savoir comment répondre aux questions d’entrevue en sachant vous mettre en valeur? Les fiches Questions d’entrevue sont un outil incontournable pour des entrevues concluantes.

EN SAVOIR + SUR LES 50 QUESTIONS D'ENTREVUE

Prêt à vous réorienter?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

se fixer des objectifs

5 étapes pour se fixer des objectifs atteignables en recherche d’emploi

se fixer des objectifsSans se fixer des objectifs d’emploi, il est parfois difficile de maintenir sa motivation ou d’arriver à des résultats satisfaisants lorsqu’il est question de recherche d’emploi. Dans mes interventions de groupe, j’utilise régulièrement la méthode SMART pour aider les gens à structurer leur réussite. Voici comment se fixer des objectifs :

Se fixer des objectifs SPÉCIFIQUE

C’est-à-dire clair, net et précis. Par exemple, si vous êtes présentement en recherche d’emploi, vous aurez identifié clairement votre cible: préposé aux bénéficiaires, assistante dentaire, etc. Les milieux professionnels pour ces emplois sont assez bien définis. Ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, si vous offrez vos services à titre de commis comptable, il sera avantageux d’identifier un ou deux secteurs d’activités où vous souhaiteriez plus spécifiquement offrir vos services (secteur de l’alimentation, secteur pharmaceutique, de l’industrie du plastique, etc.). Plus c’est précis, plus c’est atteignable.

Se fixer des objectifs MESURABLE

On doit pouvoir évaluer vos progrès d’une étape à l’autre. Ces évaluations sont encourageantes et permettent de garder confiance. Par exemple, lorsque vous avez ciblé votre territoire de recherche d’emploi et élaboré votre liste d’employeurs potentiels, vous progressez, car deux étapes importantes ont été franchies.

Se fixer des objectifs ACCESSIBLE

Il doit demeurer réalisable en fonction du temps que vous avez à lui consacrer et des moyens en votre possession pour l’atteindre. Un objectif doit être atteignable à court ou moyen terme. Se fixer des objectifs à long terme est souvent source de démotivation, à moins de les diviser par étapes de réalisation. À chaque jour, vous pouvez par exemple réaliser des sous-objectifs qui sont en lien avec un objectif à moyen terme.

Se fixer des objectifs RÉALISTE

Il doit vous outiller dans le but de concrétiser votre projet. Par exemple, vous avez déjà cinq ans d’expérience dans le domaine de la mode, donc vous possédez des connaissances pertinentes en lien avec un objectif d’emploi comme agent de commercialisation dans le secteur du vêtement.

Se fixer des objectifs TEMPORELLEMENT DÉFINI

C’est-à-dire, avoir un début et une fin, donc, une durée. Il importe de fixer un temps bien précis pour l’atteindre. Par exemple, vous vous êtes fixé trois mois pour vous réorienter sur le marché du travail. Vous avez même inscrit une date d’entrée en fonction sur votre calendrier.

Se fixer des objectifs

Ça vous aide à orienter, à préciser vos choix et vos actions. Cela vous permet de canaliser votre énergie au bon endroit et d’avoir également le sentiment de progresser vers l’atteinte d’un but. Le fait de pouvoir évaluer votre progression favorisera votre motivation et ajoutera un sentiment de fierté à votre quotidien.

Tout projet ou objectif nécessite une série d’étapes à franchir. La patience et la constance sont deux atouts importants, tandis que la motivation et le dynamisme vous permettront de dépasser vos limites. Concentrez-vous sur un maximum de deux ou trois objectifs à la fois et assurez-vous que ceux-ci vous stimulent, sans quoi vous auriez avantage à les revoir. Établissez ensuite un ordre de priorité. Revoyez-les régulièrement et ajustez-les au besoin. Inévitablement, vous aurez ainsi chassé l’ennui, le découragement et la routine de votre quotidien. Bienvenue nouveauté, succès et réussite!

Vous en savez maintenant un peu plus sur la façon SMART pour se fixer des objectifs!

Besoin de changer de métier pour atteindre de nouveaux objectifs?

 

Se réorienter chez soi et à son rythme

 

Les professionnels de Parachute Carrière ont développé deux trousses d’orientation numériques. La première est destinés aux jeunes du secondaire et du collégial. La deuxième est destiné aux adultes qui souhaitent explorer de nouvelles avenues professionnelles :

Le choix de carrière en 4 étapes

Se réorienter