Archives de catégorie : Recherche d’emploi

test équivalence secondaire 5

Ne manquez surtout pas le test équivalence secondaire 5

tests d'équivalence secondaire 5Le test équivalence secondaire 5 sont toujours aussi mal connus du public, malgré près de 30 ans d’existence.  Les employeurs étant de plus en plus sélectifs, ils souhaitent avoir au sein de leur équipe des gens possédant une formation académique complétée. En effet, en consultant les offres d’emplois, vous ne serez pas surpris de découvrir que pour des postes non spécialisés, on demande un diplôme de niveau secondaire V ou une équivalence.

Test équivalence secondaire 5 : les avantages

Si vous n’avez pas de diplôme d’études secondaires, l’attestation équivalence secondaire 5 est une façon rapide et efficace de vous ouvrir des portes. Aussi, cela vous permet d’explorer des métiers ou carrières qui pourront vous mener loin.  L’attestation pour une équivalence secondaire 5 souligne que vous détenez un niveau de connaissance équivalant aux notions apprises au secondaire. Il ne remplace pas un diplôme d’études secondaires (DES), mais il est reconnu par la majorité des employeurs comme étant un équivalent.

Vous qualifier à des préalables de formation professionnelle ou technique

Cette attestation permet aussi de répondre aux préalables pour s’inscrire à une formation professionnelle ou technique. Par exemple,un diplôme d’études professionnelles (DEP) ou une Attestation d’études collégiales (AEC). En révisant les matières liées aux tests d’équivalence secondaire 5, vous avez l’opportunité de valider vos capacités. Et aussi, votre intérêt face aux études. Et ce, avant de vous engager officiellement dans une formation spécialisée où vous devrez engager des fonds.

Réussir les tests équivalence secondaire 5

Pour obtenir l’attestation d’étude de niveau secondaire, il faut réussir cinq des sept tests reconnus par le Ministère de l’Éducation du Québec. Chaque commission scolaire gère la passation des tests.  Certaines règles d’administration des tests, les horaires et les coûts peuvent varier d’une commission scolaire à une autre. Toutefois, pour obtenir votre attestation, vous devrez obligatoirement réussir les deux examens suivants: Français Grammaire et Français Compréhension de texte.  Vous devrez ensuite réussir trois des cinq examens suivants : mathématiques, anglais, sciences humaines, sciences économiques ou sciences de la nature.

Examens de reprise en cas d’échec

Il faut donc cinq examens réussis sur sept pour obtenir votre attestation pour une équivalence secondaire 5 reconnue par le Ministère de l’Éducation.  Dans le cas d’un échec, vous avez droit à un examen de reprise dans chacune des matières. Si vous échouez à nouveau, vous devrez attendre un an avant de pouvoir reprendre les tests dans une commission scolaire.  Tous les tests devront alors être repris, même ceux que vous aviez réussis.

Évaluez vos chances de réussir le test équivalence 5

Si vous êtes une personne curieuse, autonome et qui apprend rapidement, vous pouvez étudier par vous-même afin de vous préparer à la passation des tests. Il est toutefois très utile de connaitre quelles sont vos chances de réussir ces tests. Parachute Carrière rend désormais accessible son pré-test d’équivalence 5. En effet, ce pré-test vous permet de connaître vos forces et faiblesses dans chacune des matières. En sachant où sont vos faiblesses, vous savez quelles matières le mieux préparer. La trousse du pré-test fournit tous les sites pour vous préparer à étudier. Et vous indique toutes les informations nécessaires pour bien préparer vos études et réussir vos tests.

TÉLÉCHARGEZ LE PRÉ-TEST

Vous souhaitez vous réorienter ?

Vous songez à vous réorienter ou désirez explorer des choix de carrière à partir de votre domicile et à votre rythme, découvrez: Se réorienter chez soi.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

Partager
auto-sabotage

L’autosabotage en entrevue

auto-sabotageUne bonne copine est actuellement en recherche d’emploi et sa démarche devient de plus en plus difficile. Elle me disait avoir fait de l’auto-sabotage lors de sa dernière entrevue. Pourtant, tout dans l’emploi visé lui convenait : le salaire, les heures, etc. Elle a même dit à l’employeur qu’elle se voyait travailler au sein de leur entreprise. Elle me dit qu’elle savait que l’employeur avait une autre candidate en vue (une personne qu’elle connaissait) et qui habitait la région. En fin d’entrevue, elle a conclu en ajoutant: «Je comprendrais si votre préférence allait à une personne de la région…». Elle a donc invité l’employeur à prendre une décision en faveur de sa concurrente. Bien sûr, ma copine a un super grand cœur et ne voulait surtout pas nuire… L’auto-sabotage n’est pas payant!

L’autosabotage

Nos attitudes se forgent dès l’enfance. Notre éducation, nos croyances, nos perceptions de la réalité teintent notre vision des choses et du monde. La recherche d’emploi remet inévitablement en question nos façons de voir. C’est une démarche parfois complexe et source d’angoisse. D’où l’apparition de mécanismes de défense visant à nous protéger contre l’angoisse et le stress de l’inconnu. Dans son livre intitulé : Déjouer les attitudes kamikazes en recherche d’emploi (Septembre Éditeur, 2000), Mathieu Guénette, conseiller d’orientation, a identifié cinq profils d’attitudes autodestructrices. Si jamais vous vous reconnaissez, n’hésitez pas à vous procurer son livre. Des conseils sont rattachés à chacun de ces profils!

L’orphelin larmoyant :

Il formule ses demandes avec un sentiment d’infériorité, croit n’avoir aucun contrôle sur sa vie et désire être pris en charge. Son discours ressemble à: S’il vous plait, donnez-moi ma chance.

Le bon élève :

Il répond à des normes et connaît les réponses, mais il a de la difficulté à se présenter. Il est centré sur sa performance, ce qui l’empêche d’entrer en contact avec son interlocuteur.

Le super-héros :

Il possède une assurance démesurée. Tout est un défi pour lui. Il veut tout refaire, reconstruire et apporter des changements au sein de l’entreprise.

Le combattant enragé :

Il est en guerre à chaque entrevue, car il s’agit pour lui d’une bataille à mener contre l’employeur. La rage est son énergie et il se perçoit comme un perdant. Il attaque afin de cacher son manque de confiance en lui.

L’impuissant bienheureux:

Il n’a pas de problème à lâcher prise et se retrouve bien souvent désengagé dans sa recherche d’emploi. Tout devient un prétexte pour abandonner ses démarches: la hausse du prix de l’essence, une panne Internet, etc.

50 questions d’entrevues avec les réponses du coach de carrière

Vous souhaitez optimiser vos chances en entrevue?  Savoir comment répondre aux questions d’entrevue en sachant vous mettre en valeur? Les fiches Questions d’entrevue sont un outil incontournable pour des entrevues concluantes.

EN SAVOIR + SUR LES 50 QUESTIONS D'ENTREVUE

Prêt à vous réorienter?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

Partager
se fixer des objectifs

5 étapes pour se fixer des objectifs atteignables en recherche d’emploi

se fixer des objectifsSans se fixer des objectifs d’emploi, il est parfois difficile de maintenir sa motivation ou d’arriver à des résultats satisfaisants lorsqu’il est question de recherche d’emploi. Dans mes interventions de groupe, j’utilise régulièrement la méthode SMART pour aider les gens à structurer leur réussite. Voici comment se fixer des objectifs :

Se fixer des objectifs SPÉCIFIQUE

C’est-à-dire clair, net et précis. Par exemple, si vous êtes présentement en recherche d’emploi, vous aurez identifié clairement votre cible: préposé aux bénéficiaires, assistante dentaire, etc. Les milieux professionnels pour ces emplois sont assez bien définis. Ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, si vous offrez vos services à titre de commis comptable, il sera avantageux d’identifier un ou deux secteurs d’activités où vous souhaiteriez plus spécifiquement offrir vos services (secteur de l’alimentation, secteur pharmaceutique, de l’industrie du plastique, etc.). Plus c’est précis, plus c’est atteignable.

Se fixer des objectifs MESURABLE

On doit pouvoir évaluer vos progrès d’une étape à l’autre. Ces évaluations sont encourageantes et permettent de garder confiance. Par exemple, lorsque vous avez ciblé votre territoire de recherche d’emploi et élaboré votre liste d’employeurs potentiels, vous progressez, car deux étapes importantes ont été franchies.

Se fixer des objectifs ACCESSIBLE

Il doit demeurer réalisable en fonction du temps que vous avez à lui consacrer et des moyens en votre possession pour l’atteindre. Un objectif doit être atteignable à court ou moyen terme. Se fixer des objectifs à long terme est souvent source de démotivation, à moins de les diviser par étapes de réalisation. À chaque jour, vous pouvez par exemple réaliser des sous-objectifs qui sont en lien avec un objectif à moyen terme.

Se fixer des objectifs RÉALISTE

Il doit vous outiller dans le but de concrétiser votre projet. Par exemple, vous avez déjà cinq ans d’expérience dans le domaine de la mode, donc vous possédez des connaissances pertinentes en lien avec un objectif d’emploi comme agent de commercialisation dans le secteur du vêtement.

Se fixer des objectifs TEMPORELLEMENT DÉFINI

C’est-à-dire, avoir un début et une fin, donc, une durée. Il importe de fixer un temps bien précis pour l’atteindre. Par exemple, vous vous êtes fixé trois mois pour vous réorienter sur le marché du travail. Vous avez même inscrit une date d’entrée en fonction sur votre calendrier.

Se fixer des objectifs

Ça vous aide à orienter, à préciser vos choix et vos actions. Cela vous permet de canaliser votre énergie au bon endroit et d’avoir également le sentiment de progresser vers l’atteinte d’un but. Le fait de pouvoir évaluer votre progression favorisera votre motivation et ajoutera un sentiment de fierté à votre quotidien.

Tout projet ou objectif nécessite une série d’étapes à franchir. La patience et la constance sont deux atouts importants, tandis que la motivation et le dynamisme vous permettront de dépasser vos limites. Concentrez-vous sur un maximum de deux ou trois objectifs à la fois et assurez-vous que ceux-ci vous stimulent, sans quoi vous auriez avantage à les revoir. Établissez ensuite un ordre de priorité. Revoyez-les régulièrement et ajustez-les au besoin. Inévitablement, vous aurez ainsi chassé l’ennui, le découragement et la routine de votre quotidien. Bienvenue nouveauté, succès et réussite!

Vous en savez maintenant un peu plus sur la façon SMART pour se fixer des objectifs!

Partager
recherche d'emploi

Six attitudes à éviter face à la recherche d’ emploi

attitudes à éviterChez Parachute Carrière, nous utilisons la méthode entrepreneuriale d’insertion professionnelle (MEIP) en recherche d’emploi. Cette approche est fondée sur le développement d’une attitude fondamentale pour assurer son autonomie professionnelle, soit l’esprit d’entreprise. Pour illustrer certains de ses fondements, nous avons défini six attitudes et comportements à éviter. Ceci, pour la bonne raison qu’ils font tous échec à l’esprit d’entreprise. En effet, lorsqu’on souhaite avoir du succès dans sa recherche d’emploi, c’est-à-dire obtenir des résultats, il vaut mieux éviter les énergies improductives. 

Les six attitudes à éviter en période de recherche d’emploi :

1. L’attitude Petit Poucet

Aller remplir des demandes d’emploi d’une entreprise à une autre (pour ceux qui le font encore), sans même rencontrer la personne responsable du service où l’on souhaite intervenir.

2. L’attitude devinette

Acheminer votre CV en inscrivant « N’importe quoi », lorsqu’on demande d’indiquer pour quel emploi vous postulez. Ou encore, faire parvenir massivement son CV par courriel à des adresses « info@xyz.com » sans indiquer à quel titre vous offrez vos services.

3. L’attitude Y’en ont besoin partout

Acheminer votre CV un peu partout, par courriel, sans savoir si votre offre est pertinente avec les profils carrière de l’entreprise.

4. L’attitude 6/49

Remplir des demandes d’emplois (si vous le faites encore), acheminer votre CV de façon aléatoire en tant que candidature spontanée, puis attendre que le téléphone sonne.

5. L’attitude marathon

Consulter les rubriques, sites d’offres d’emploi ou autres et envoyer votre CV en même temps que 300 autres personnes qui postulent au même emploi.

6. L’attitude Y’en a pas de job!

Ne pas avoir de projet. En effet, si vous vous reconnaissez à travers cette famille d’attitudes, il est grand temps de joindre un groupe de recherche d’emploi. Ou encore, contacter un conseiller en développement de carrière ou un spécialiste de l’orientation. Bien sûr, un professionnel vous aidera à identifier un projet professionnel qui puisse avoir du sens à vos yeux. Lorsque vous aurez identifié celui-ci, croyez-moi, vous aurez le goût d’entreprendre. Votre esprit d’entreprise sera agréablement ravivée; tout comme votre moral, d’ailleurs.

Consultez la série recherche d’emploi Entreprendre pour obtenir des trousses d’auto-coaching vous permettant de développer votre esprit d’entreprise. En effet, ces documents vous feront cheminer, étape par étape. D’abord, on vous guidera vers la définition d’un projet mobilisant. Ensuite, on vous fera vivre, de façon enthousiaste, la réalisation de votre projet jusqu’à l’étape de l’entrevue et bien plus!

Choisir une orientation?

Si par ailleurs, vous souhaitez explorer des métiers ou nouveaux projets de carrière, nous vous invitons à découvrir nos deux trousses d’orientation. La première est destinée aux jeunes du secondaire ou du collégial: Le choix de carrière en 4 étapes. La seconde est destinée aux adultes qui souhaitent se réorienter : Se réorienter chez soi.  Dans les deux cas, vous devrez passer un test d’orientation. À l’aide d’une base de données, vous aurez accès aux métiers en lien avec votre profil. Vous serez ensuite guidé vers les étapes permettant de valider votre nouvelle orientation. Les deux trousses sont téléchargeables immédiatement.

Partager
objectifs professionnels

Établir ses objectifs professionnels en 4 points

objectifs professionnelsCertaines personnes se font rapidement une idée de leurs objectifs professionnels et d’autres évoluent sur le marché du travail au gré des opportunités. Il n’y a pas de meilleur parcours, encore moins de parcours unique ou linéaire. Toutefois, il arrive fréquemment de souhaiter faire un changement de carrière pour mieux se réaliser ou pour obtenir un emploi qui corresponde davantage à ses besoins. Ce n’est pas une simple tâche de bien choisir parmi les nombreuses professions existantes. Les questions suivantes pourraient s’avérer pertinentes si vous souhaitez réfléchir à un nouveaux choix de carrière:

1. Quelles sont mes expériences de travail ?

Faites un tour d’horizon de vos expériences de travail (bilan professionnel) en faisant ressortir les aspects positifs et négatifs de chaque poste occupé. En effet, ce simple exercice vous permettra de mettre en évidence les compétences et qualités développées à travers votre parcours.

2. Qu’est-ce qui m’allume et me passionne?

Un intérêt qui revient sans cesse depuis des années peut s’avérer révélateur. Pensez aux activités et au temps que vous allouez à celles-ci. Peut-être vous conduiront-elles vers des pistes intéressantes. Ensuite, déterminez les métiers qui sont reliés indirectement ou directement à vos objectifs professionnels.

3. Qu’est-ce que je veux retirer du travail ?

Chacun a des attentes différentes face au marché du travail. Pour certains, ce sont les conditions salariales. Pour d’autres, c’est la stabilité. Il est important de vous arrêter pour déterminer les conditions recherchées entourant votre prochain environnement de travail: la mobilité, travailler dans un environnement stimulant, avoir la capacité de soumettre ses idées et prendre des initiatives, aider les autres, transmettre ses connaissances, exercer du leadership, etc.

4. Est-ce que je possède les acquis pour atteindre ma cible (formation, expériences, qualités) ?

Pour répondre à cette question, il est important de prendre les devants et de s’engager face à sa démarche. Par exemple, il peut être vraiment profitable de questionner les personnes qui exercent le métier visé et obtenir l’information en lien avec cet emploi, à l’aide de sources documentaires ou sur Internet. Il peut être pertinent de vous demander combien de temps vous êtes prêt à investir dans un retour aux études, s’il y a lieu. En visitant certaines écoles où vous avez identifié des intérêts de formation, laissez-vous imprégner de l’environnement en imaginant un futur possible. Plusieurs établissements offrent même la possibilité d’y devenir «élève d’un jour».

Pour obtenir davantage d’aide pour établir vos objectifs professionnels :

Parcourez les services gratuits offerts chez Parachute Projets et donnez de l’envol à votre vie!!

Partager
portefeuille de compétences

Diversifiez votre portefeuille de compétences à la manière d’un REER

portefeuille de compétencesTout bon planificateur financier vous recommandera de diversifier votre portefeuille de placements REER. Ceci, pour profiter des hausses boursières ou vous protéger des baisses. Appliquer cette règle à la gestion de votre portefeuille de compétences est sans doute une bonne idée aussi. Dans un portefeuille de placements, on peut retrouver différentes formes d’actifs. En effet, des actions, obligations, titres à revenus fixes, bons du trésor, liquidités, etc. Même chose pour un portefeuille de compétences.

Savoir

Parmi les actifs « savoir », on retrouve toutes les connaissances associées au secteur d’activité où vous avez développé votre expérience. Par exemple, en finance, immobilier, droit, alimentation, santé, informatique, etc. Le domaine du savoir est vaste, riche, intéressant. Plus un portefeuille de connaissances est diversifié, plus larges sont nos horizons et notre culture. Et aussi, moins grands sont nos préjugés. En fait, les connaissances permettent de se démarquer, convaincre, influencer, éduquer.

Savoir-faire

Les actifs « savoir-faire » regroupent les aptitudes, habiletés, talents. Parmi les actifs savoir-faire très sollicités par les employeurs, on retrouve la facilité à travailler en équipe. Aussi, les compétences en leadership. Ou encore, les habiletés relationnelles, la capacité d’adaptation au changement. Pour les gestionnaire, l’aptitude à diriger des réunions, communiquer efficacement, former du personnel, transmettre un contenu, estimer les coûts, établir des priorités, gérer le stress, trouver des solutions et les mettre en action, etc.

La plupart des actifs savoir-faire s’apprennent ou se développent de façon autodidacte ou par voie de formations à la carte, que ce soit en classe, à distance ou par webinaires. Aussi, de plus en plus de formations universitaires gratuites non créditées sont offertes en ligne. Un bon portefeuille de savoir-faire devrait au moins contenir de 10 à 15 titres. Vous pouvez puiser dans vos savoir-faire personnels, car ils se révèlent parfois être une vraie mine d’or, sous-estimée d’ailleurs.

Savoir-être

Les actifs « savoir-être » sont les plus précieux. Pourquoi? Ne les acquièrent pas qui veut, mais qui peut. En cas de tempête, d’accident ou de réorientation de votre carrière, impossible de les voir perdre de la valeur. La plupart des savoir-être s’expriment tôt dans l’enfance et s’affinent avec le temps. Lorsqu’ils sont encouragés ou renforcés par l’environnement immédiat, ils deviennent les cartes atouts. Ils feront toute la différence en entrevue de sélection ou en situation de crise, par exemple.

Les titres les plus recherchés sont : le jugement, l’efficacité, le sens des affaires, l’esprit d’entreprise, le sens du public, l’esprit d’innovation, le respect (de soi, des autres, des lieux, des outillages, des règles, etc.), l’intégrité, la rigueur, le professionnalisme, la maîtrise de soi, le charisme, le goût du travail, la débrouillardise, l’initiative, la créativité, l’imagination, la détermination, la persévérance, etc. Un top cinq prévaut dans cette catégorie d’actifs. Si vous hésitez à déterminer vos meilleurs titres, consultez votre environnement. Demandez, par exemple, qu’on vous indique vos plus grandes qualités. Vous serez probablement sur de très bonnes pistes.

3 façons d’acquérir de nouvelles compétences

Découvrez notre trousse d’orientation Se réorienter chez soi et à son rythme, prête à télécharger.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore fixé un choix de carrière? Permettez-lui de le découvrir grâce à notre outil d’orientation autonome : Le choix de carrière en 4 étapes.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ

La trousse téléchargeable Le projet professionnel permet de faire le tour de votre histoire personnelle et professionnelle. En effet, votre histoire est riche de pistes pouvant vous conduire à identifier un projet qui fera du sens à vos yeux.

LE PROJET PROFESSIONNEL

Partager
Bâtir son réseau

Bâtir son réseau de contacts en période de recherche d’emploi

Bâtir son réseauC’est de plus en plus connu : plus de 80% des emplois sont comblés par l’entremise du réseau de contacts. Lorsqu’un poste est vacant, le premier réflexe d’un employeur est de vérifier auprès de son réseau de contacts s’il y a quelqu’un qui peut pourvoir à ce poste. Ensuite, il vérifiera les candidatures spontanées qu’il a reçues au cours des 6 derniers mois. S’il ne trouve pas la perle rare, il se résoudra alors à afficher le poste. Pour dénicher un emploi intéressant, il faut utiliser la même stratégie. La meilleure façon de se trouver un emploi est de se servir de son réseau de contacts. On me demande souvent : « Comment élargit-on son réseau de contacts? » Voici 5 trucs efficaces :

Bâtir son réseau de contacts avec ses contacts actuels

Dressez la liste des personnes que vous connaissez déjà, en y ajoutant leur métier et l’endroit où ils travaillent. Il vous faudra peut-être faire plusieurs appels, mais les résultats seront proportionnels aux efforts que vous mettrez. Pensez à plusieurs groupes de personnes : famille, amis, anciens collègues, voisins, etc. Même les professionnels que vous côtoyez régulièrement peuvent vous aider : dentiste, coiffeur(se), garagiste, serveur(euse), épicier, etc. Tous ces gens connaissent plusieurs personnes et les métiers qu’ils exercent. Ils peuvent donc vous mettre en contact avec des gens qui pourraient avoir un rôle déterminant dans votre carrière.

Bâtir son réseau de contacts en participant à des soirées causeries ou des conférences

Dans certains types de métiers, il existe des soirées causeries ou des conférences liées aux fonctions que vous exercez. Même si vous n’êtes pas en emploi en ce moment, vous demeurez quelqu’un d’influent dans votre domaine. Par exemple, une assistante dentaire en recherche d’emploi demeure une assistante dentaire. Elle est cependant disponible pour d’autres défis et elle peut profiter de sa disponibilité pour assister à des rassemblements qui traitent de sa profession et ainsi se faire connaître dans son milieu.

Bâtir son réseau de contacts avec sur LinkedIn

LinkedIn est le réseau de contacts professionnels le plus utilisé en Amérique du Nord. Si vous travaillez dans un domaine administratif ou que vous avez une profession reconnue, vous pouvez utiliser LinkedIn pour vous faire remarquer par des employeurs potentiels. Il suffit de s’inscrire et de créer une fiche qui décrit bien vos compétences, votre expérience de travail et votre niveau de scolarité. De plus, vous avez la possibilité de suivre des entreprises qui vous intéressent et recevoir les nouvelles qui les concernent. Vous pouvez aussi joindre des groupes de discussion sur des sujets professionnels qui vous intéresse.
Pour s’inscrire sur LinkedIn

Bâtir son réseau de contacts Nous pouvons vous aider avec votre profil LinkedIn!

Bâtir son réseau de contacts en participant à des stages d’observation

Si vous n’avez jamais travaillé dans un milieu particulier et que vous êtes curieux d’en savoir davantage, les stages d’observation sont tout indiqués pour vous. Vous n’avez qu’à vous préparer un scénario téléphonique et approcher les responsables des départements concernés en leur demandant s’il est possible que vous puissiez observer leur métier durant une demi-journée. Cela confirmera ou infirmera votre choix professionnel et contribuera à agrandir votre réseau de contacts dans ce domaine.
Pour en savoir plus, venez lire mon article sur les stages d’observations

Bâtir son réseau de contacts en se présentant aux journées carrières dans les salons ou dans les entreprises

Les salons de carrières sont très populaires auprès des professionnels et des employeurs. En une journée et au même endroit, vous pouvez rencontrer plusieurs employeurs et parfois même obtenir une entrevue sur place. C’est le moment idéal pour recueillir plusieurs cartes professionnelles et vous faire remarquer.
Pour connaître les dates et les régions, visitez le site événement carrières

Allez-y : démarquez-vous!

Partager
suivi téléphonique

Le suivi téléphonique en recherche d’emploi

suivi téléphoniqueLorsqu’une personne travaille activement à sa recherche d’emploi, elle contacte de nombreux employeurs afin d’évaluer leurs besoins. Suite à chacun de ces appels, on recommande vivement d’effectuer un suivi téléphonique. Cet appel est réalisé quelques jours suivant l’envoi de l’offre de service.

Que permet le suivi téléphonique?

Il permet d’abord de vous assurer que l’employeur a bien reçu votre candidature. Si ce n’est pas le cas, il vous sera alors possible de lui ré-acheminer. Ce suivi permet aussi d’avoir une opportunité de questionner l’employeur sur le poste convoité. Et aussi, d’avoir une idée des besoins potentiels de l’employeur en matière de personnel. Par exemple, lui demander si le poste est toujours vacant. En faisant ce suivi, il pourrait même arriver, que vous deviez répondre à quelques questions. Cet entretien devient alors une sorte d’entrevue. Vous pourriez donc, par un seul suivi, obtenir une entrevue téléphonique qui pourrait conduire à une entrevue face à face.

Découvrez nos trousses d'orientation de carrière !

Comment faire le suivi téléphonique?

La préparation d’un petit scénario téléphonique s’avère pertinente afin d’assurer un suivi efficace.

  1. Présentez-vous et précisez que vous avez acheminé une offre de service en donnant la date de l’envoi et le poste ciblé.
  2. Demandez à l’employeur s’il a en main votre envoi et ouvrez une porte pour identifier les besoins actuels ou potentiels dans l’entreprise.

Voilà une façon proactive de gérer ses démarches de recherche d’emploi et ainsi optimiser vos chances d’atteindre vos objectifs. Vous ne devez pas vous placer dans une situation d’attente auprès des employeurs. Vous devez avoir l’heure juste, et ce, rapidement. En faisant un suivi, vous serez à même d’organiser, de planifier votre recherche d’emploi et de vous donner du pouvoir sur les résultats.

Le suivi téléphonique vous permet d’éliminer les entreprises qui n’ont aucun besoin afin de vous concentrer sur ceux qui sont toujours à la recherche de la perle rare, c’est-à-dire vous!

Pour mieux vous outiller et vous structurer de façon à obtenir des résultats à la hauteur de vos attentes, découvrez les trousses d’auto-coaching de la Série Entreprendre sa recherche d’emploi.

Partager
marché du travail

Le marché du travail : les prévisions d’ici 2022

marché du travailLe marché du travail au Québec

Quels secteurs seront en demande? Quelle population sera avantagée? Quelles seront les régions les plus lucratives?

Il y a aura une croissance notable du marché du travail dans presque tous les secteurs d’activités d’ici 2022. Cette croissance sera due à une plus grande création nette d’emplois. Et aussi, par le remplacement des personnes quittant pour la retraite. Aucune récession n’est prévue pour cette période. A moins, que certains événements mondiaux ne viennent changer la donne.

Le taux de chômage en sera donc influencé. On prévoit une baisse continuelle permettant d’atteindre un faible taux de 6.2% en 2017 et de 5.7% en 2022. Ce sera le plus bas taux jamais vu depuis 1968. Les jeunes finissants, chômeurs, travailleurs âgés et les immigrants qui avaient de la difficulté à se trouver un emploi stable vivront davantage de stabilité. De plus, le taux de chômage sera en baisse dans toutes les régions du Québec. La région des Laurentides sera celle qui affichera le plus haut taux de croissance du marché du travail. À l’inverse, les régions de Chaudière-Appalaches, du Centre-du-Québec et de l’Estrie connaîtront une croissance du marché du travail en dessous de la moyenne québécoise.

La population active et le taux d’activité

Compte tenu de la démographie, la population active (les personnes de 15 ans et plus aptes à travailler) continuera d’augmenter, mais de façon de plus en plus faible. Aussi, la participation active des femmes toujours en hausse, continuera d’augmenter. Les gens âgés de 65 ans et plus seront plus présents sur le marché du travail. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. Par exemple, le manque d’épargne retraite, la meilleure santé des personnes âgées. Aussi, le désir de se sentir utile seront des raisons qui pourront motiver les travailleurs âgés à demeurer actifs en emploi.

Les perspectives d’emploi par domaines de compétences

Le domaine de la vente et des services (vente en gros, au détail, restauration, services personnels et services à la population) occupait près de 25% de la main-d’œuvre en 2012 et tend à rester stable d’ici 2022. Le domaine des affaires, finance et administration suivra avec 17% des emplois en 2022. Le secteur primaire fait pâle figure depuis 2012 et continue d’occuper la dernière position avec seulement 2% des emplois occupés. Ce phénomène s’explique notamment par le faible coût de production que certains pays comme le Mexique, l’Inde et la Chine offrent sur le marché international.

Niveaux de compétences demandés

Les emplois demandant généralement un diplôme professionnel ou collégial seront en demande et correspondront à 32% du marché de l’emploi total en 2022. Les emplois exigeant seulement un diplôme secondaire obtenu représenteront 28% des emplois. Pour ceux et celles qui n’auront pas de diplôme, ils auront accès seulement à 12% des emplois.

Partager
surqualification

Quand la surqualification nuit à l’embauche

surqualificationLa surqualification

On définit la surqualification par un niveau de scolarité trop élevé d’un employé par rapport aux qualifications scolaires requises pour le poste qu’il souhaite occuper. Aussi, à cela s’ajoute aussi la « sur-expérience de travail », en d’autres mots, trop d’années d’expérience ou trop de compétences acquises par rapport au poste offert*. Pour éviter de vous retrouver piégé par la surqualification, voici quelques conseils pertinents :

1-    Définissez clairement votre objectif d’emploi

Définir son objectif d’emploi est capital. Cela permet de faire le bilan de vos compétences et de choisir de mettre en valeur uniquement celles qui sont en lien avec votre objectif de carrière.

 2-    Sélectionnez vos qualifications à mettre en valeur

Le CV n’est pas une biographie. En conséquence, vous pouvez décider de la formation qui apparaîtra sur votre offre de service. Ainsi, votre candidature sera davantage retenue si elle cadre exactement avec les exigences du poste.

 3-    Simplifiez le nombre d’années d’expérience

Plus personne ne remet en doute l’importance d’une lettre de présentation. En fait, du moins un résumé de profil en guise d’introduction à votre CV. Si vous possédez entre 1 et 19 ans d’expérience dans un domaine, il est bon d’en préciser le nombre d’années. Par contre, si vous possédez 35 ans d’expérience dans un champ d’activité, il est préférable de ne pas le préciser lors de l’envoi de votre candidature. Nous conseillons alors d’être plus général et d’écrire que vous possédez plus de 20 ans d’expérience. Ainsi, l’employeur ne pourra pas évaluer votre âge et vous augmentez ainsi vos chances d’être convoqué en entrevue.

 4-    En entrevue, rassurez l’employeur

L’employeur expérimenté en techniques d’entrevue saura vous poser les bonnes questions. En fait, il souhaitera en connaître davantage sur votre expérience de travail et vos formations reçues. Ceci inclut celles qui n’apparaissent pas dans votre CV. Il sera alors important de rassurer l’employeur que vous avez postulé sur ce poste volontairement. Et bien sûr, que vous êtes prêt à en accepter les conditions. Il faut éviter de lui permettre de croire que vous postulez pour cette offre en attendant d’obtenir un poste plus intéressant ailleurs. Misez sur votre intérêt et votre motivation pour cette entreprise.

Pas encore de projet d’emploi?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore identifié un choix de carrière, nous l’invitons à parcourir notre trousse: Le choix de carrière en 4 étapes. Son engagement à travers les étapes de cette trousse lui permettra de fixer un choix de programme ou un choix de carrière de façon assurée.

 

 *    Tiré du document : Le sentiment de surqualification chez les diplômés, Francis Lamarre, Département de sociologie, Faculté des Arts et Sciences, Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l’Université de Montréal, en vue de l’obtention du grade de maîtrise ès sciences (M.Sc.) en sociologie, Mai 2010

Partager