surqualification

Quand la surqualification nuit à l’embauche

surqualificationLa surqualification

On définit la surqualification par un niveau de scolarité trop élevé d’un employé par rapport aux qualifications scolaires requises pour le poste qu’il souhaite occuper. Aussi, à cela s’ajoute aussi la « sur-expérience de travail », en d’autres mots, trop d’années d’expérience ou trop de compétences acquises par rapport au poste offert*. Pour éviter de vous retrouver piégé par la surqualification, voici quelques conseils pertinents :

1-    Définissez clairement votre objectif d’emploi

Définir son objectif d’emploi est capital. Cela permet de faire le bilan de vos compétences et de choisir de mettre en valeur uniquement celles qui sont en lien avec votre objectif de carrière.

 2-    Sélectionnez vos qualifications à mettre en valeur

Le CV n’est pas une biographie. En conséquence, vous pouvez décider de la formation qui apparaîtra sur votre offre de service. Ainsi, votre candidature sera davantage retenue si elle cadre exactement avec les exigences du poste.

 3-    Simplifiez le nombre d’années d’expérience

Plus personne ne remet en doute l’importance d’une lettre de présentation. En fait, du moins un résumé de profil en guise d’introduction à votre CV. Si vous possédez entre 1 et 19 ans d’expérience dans un domaine, il est bon d’en préciser le nombre d’années. Par contre, si vous possédez 35 ans d’expérience dans un champ d’activité, il est préférable de ne pas le préciser lors de l’envoi de votre candidature. Nous conseillons alors d’être plus général et d’écrire que vous possédez plus de 20 ans d’expérience. Ainsi, l’employeur ne pourra pas évaluer votre âge et vous augmentez ainsi vos chances d’être convoqué en entrevue.

 4-    En entrevue, rassurez l’employeur

L’employeur expérimenté en techniques d’entrevue saura vous poser les bonnes questions. En fait, il souhaitera en connaître davantage sur votre expérience de travail et vos formations reçues. Ceci inclut celles qui n’apparaissent pas dans votre CV. Il sera alors important de rassurer l’employeur que vous avez postulé sur ce poste volontairement. Et bien sûr, que vous êtes prêt à en accepter les conditions. Il faut éviter de lui permettre de croire que vous postulez pour cette offre en attendant d’obtenir un poste plus intéressant ailleurs. Misez sur votre intérêt et votre motivation pour cette entreprise.

Pas encore de projet d’emploi?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore identifié un choix de carrière, nous l’invitons à parcourir notre trousse: Le choix de carrière en 4 étapes. Son engagement à travers les étapes de cette trousse lui permettra de fixer un choix de programme ou un choix de carrière de façon assurée.

 

 *    Tiré du document : Le sentiment de surqualification chez les diplômés, Francis Lamarre, Département de sociologie, Faculté des Arts et Sciences, Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l’Université de Montréal, en vue de l’obtention du grade de maîtrise ès sciences (M.Sc.) en sociologie, Mai 2010