Archives par mot-clé : choix de carrière

Éducatrice à la petite enfance

Éducatrice en service de garde

éducatrice en service de gardeTon nom? Stéphanie, 27 ans. Quel est ton métier? Éducatrice à la petite enfance! Depuis quand occupes-tu cet emploi? Depuis 2009, mais je suis en congé de maternité, étant maman d’une petite fille d’un an. Je reste à la maison avec elle!

En langage clair, tu fais quoi? Une éducatrice à la petite enfance, ce n’est pas une gardienne !

Une éducatrice à la petite enfance, ça fait de tout… De la planification, à l’organisation et au déroulement des activités avec les petits, servir les repas et collations, changement de couches et aide à l’entraînement du petit pot !

Il faut aussi jouer au gardien de la paix avec les petits amis de tous les âges ! En gros, je suis celle qui accompagne les enfants dans les premières années avant l’école. Je les aide à se développer, à apprendre tout en jouant. Tous vos petits comptent sur moi pour les garder occupés et heureux tout au long de la journée. Je suis toujours là pour eux : quand ils ont de la peine et qu’ils sont blessés aussi !

Qu’est-ce qui t’as amenée où tu es dans ton cheminement de carrière?

Pour moi, ça a toujours été clair que j’aimais les enfants. Faire des activités et apprendre des tas de trucs aux tout petits est quelque chose que j’aime faire naturellement donc, quoi de mieux que de devenir éducatrice à la petite enfance!

Par quelles études ou formation es-tu passée?

Une formation collégiale en Techniques d’éducation à l’enfance. Trois ans !

Trois qualités obligatoires pour faire ce métier?

Beaucoup de patience (on répète souvent!), un grand cœur (pour tous les amis) et de l’énergie (8 enfants en bas-âge, c’est intense!)

Le plus gros  »turn-off » de ton métier?

J’ai de la difficulté avec les parents qui ne comprennent pas pourquoi nous leur demandons de ramener leur enfant à la maison (souvent parce qu’ils sont malades) et qui nous les emmènent quand même ou les laissent pour la journée. On doit alors prendre soin d’un petit loup qui ne va pas bien, ça me brise le cœur. Ça arrive aussi qu’ils négligent d’amener les vêtements plus chaud pour l’hiver et qui se demandent ensuite pourquoi leur enfant a froid. (*soupir*)

Quels sont les petits bonheurs quotidiens liés à ton métier?

Voir les enfants grandir, les aider à apprendre, les câlins et la joie qu’ils démontrent quand ils me voient arriver le matin, ça fait chaud au cœur.

S’orienter comme éducatrice en service de garde, est-ce fait pour moi?

Inscrivez vous aux services gratuits offerts chez Parachute Projets et validez votre choix d’avenir avec assurance!

Partager
tests psychométriques

Les tests psychométriques d’intérêts

outils psychométriquesIl y a deux tendances au niveau des tests psychométriques. Certaines personnes ne vont consulter un conseiller d’orientation qu’avec l’idée de passer des tests. Si le conseiller préconise une approche de counseling plutôt que de psychométrie, ils sont déçus. D’autres, au contraire, répugnent l’idée même d’être évalués. Ce même phénomène se retrouve aussi auprès des conseillers eux-mêmes. Certains conseillers ne jurent que par les tests et d’autres refusent de les utiliser, car ils craignent que les clients interprètent les résultats de façon erronée. Trop souvent, on a entendu dire: «Quand j’étais au secondaire, on m’a conseillé de devenir prêtre ou clown! Franchement!» En effet, les gens ne retiennent souvent qu’un aspect du test ou qu’un seul métier et conservent une idée négative des tests d’intérêts.

Savoir pourquoi ou quand utiliser des tests psychométriques

Il est important que le conseiller vous explique pourquoi tels métiers font partie de vos résultats. On ne connaît pas toujours les compétences exigées par une profession. Or, quand on prend le temps d’analyser la profession, on voit les choses sous un autre angle. Par exemple, être prêtre demande des compétences sociales importantes, un bon sens de l’écoute et de la relation d’aide. De plus, les prêtres dirigent, organisent, font de la gestion budgétaire. Ils enseignent et transmettent de l’information. Ils doivent rédiger des rapports, communiquer avec leurs supérieurs et parfois avec les médias, lors d’événements spéciaux. Bref, quand on la regarde dans son ensemble, on développe une autre vision de cette profession. Évidemment, peut-être vous êtes-vous reconnu dans les tâches et les habiletés nécessaires, mais sans pour autant envisager de choisir ce métier. Il est donc important de dépasser nos idées préconçues. Et de voir les éléments importants reliés au choix de carrière qui s’offre à nous.

Mon intérêt pour les tests psychométriques

Dans ma pratique de conseillère en développement de carrière, j’aime bien utiliser certains tests pour ouvrir la discussion. Et aussi, pour permettre à mon client d’apprendre à se connaître. Ils représentent pour moi un point de départ pour explorer différents domaines de carrière. Aussi, ils m’offrent la possibilité de mieux conseiller la personne puisque je la connais davantage. Je peux ainsi identifier quels sont les critères qui doivent absolument se trouver dans son exploration de carrière. Et aussi, ceux qu’il serait préférable d’éviter. Souvent, mes clients ont fait des choix, par le passé, qui ne correspondaient pas directement à leur personnalité. Ils se sont retrouvés régulièrement en remise en question. Lorsque je les rencontre et que nous regardons leurs intérêts profonds, il est plus facile pour moi de les ramener à eux lorsqu’ ils envisagent des options qui ne sont pas en harmonie avec leurs besoins.

En conclusion, pour moi, les tests psychométriques représentent une aide qui nous permet d’approfondir notre connaissance de soi et d’ouvrir vers des avenues qui nous correspondent. Mais évidemment, le meilleur outil, pour faire le bon choix de carrière demeure nous-même.

Pas encore de projet de carrière?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore identifié un choix de carrière, nous l’invitons à parcourir notre trousse: Le choix de carrière en 4 étapes. Son engagement à travers les étapes de cette trousse lui permettra de fixer un choix de programme ou un choix de carrière de façon assurée.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ

Partager

Le mentor: un allié pour votre future carrière

mentorVous êtes finissant, mais vous n’avez aucune idée de ce qui vous attend sur le marché du travail ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul. D’après un sondage réalisé par Vision Critical, 54 % des Canadiens interrogés croient que les jeunes sont « loin d’être préparés à répondre aux besoins des nouveaux emplois ». Comme piste de solution, ce sondage recommande un investissement intensif dans le mentorat afin d’aider les jeunes dans leur recherche d’emploi. Qu’à cela ne tienne, il est plus facile qu’on ne le croit de se trouver un mentor.

Qu’est-ce qu’un mentor ?

Un mentor est avant tout un accompagnateur. Maître dans son domaine, il vous aide à acquérir de l’expérience sans rien demander en retour. Il connaît les embûches dans lesquelles vous risquez de vous retrouver, mais connaît aussi les moyens de les contourner. Disponible, il est à la fois conseiller et confident. Par contre, la qualité la plus importante que doit posséder votre mentor est sa capacité à éveiller en vous un sentiment d’admiration et d’inspiration.

Qui peut être votre mentor ?

Prenez un instant de réflexion. Quelle personne serait apte à détenir des qualités aussi admirables ? Il se pourrait même que vous en côtoyez plusieurs sans vous en apercevoir. Les membres de votre famille, proche ou élargie, sont vos premiers modèles. Vos amis peuvent également être habiles pour tenir ce rôle, à la condition qu’ils aient une expérience professionnelle suffisante.

Si vous ne trouvez personne à la hauteur de vos espérances, il est possible de poursuivre vos recherches en tenant compte de votre domaine d’études. Par exemple, demandez à un de vos professeurs ou chargés de cours s’il peut vous référer à un expert en la matière. Vous pouvez aussi contacter l’association professionnelle liée à votre futur métier et vous y inscrire à titre de membre étudiant. Ou, si vous préférez vous lancer en démarrage d’entreprise, pourquoi ne pas contacter un entrepreneur associé à votre secteur ? Cependant, faites attention à ne pas devenir un de ses concurrents directs par la suite.

Ne jamais hésiter

Vous croyez avoir trouvé votre mentor idéal, mais ne lui avez pas demandé ? N’attendez pas plus longtemps et foncez ! Vous n’avez aucune raison de vous sentir intimidé. Rappelez-vous que cette personne a déjà été jeune et sans expérience. Elle pourrait même être impressionnée par votre attitude.

Si votre personne modèle accepte de vous aider, la prochaine étape consistera à développer avec elle une relation professionnelle. Malheureusement, il n’existe pas de recette miracle, chaque relation étant unique. Or, il n’en tient qu’à vous, ainsi qu’à votre nouveau mentor, de vous entendre sur les ingrédients nécessaires à votre partenariat. C’est ainsi qu’on parvient à se gagner un allié, non seulement pour votre carrière, mais aussi pour la vie.

Prêt à explorer un nouveau choix de carrière?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore identifié un choix de carrière, nous l’invitons à parcourir notre trousse: Le choix de carrière en 4 étapes. Son engagement à travers les étapes de cette trousse lui permettra de fixer un choix de programme ou un choix de carrière de façon assurée.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ

Partager
Choix de cours au secondaire

L’importance des choix de cours au secondaire

choix de coursLes choix de cours au secondaire représentent une étape importante du cheminement académique de l’élève et doivent être sélectionnés avec considération. Il peut cependant sembler ardu, autant pour le parent que pour l’élève, de déterminer avec exactitude quel est le bon choix de cours à prendre pour débuter le deuxième cycle du secondaire.

Ce passage peut être une période d’apprentissages académiques, certes. Mais également une période de questionnements où l’adolescent tente inconsciemment de développer son identité. Il est difficile de demander à un adolescent d’établir clairement une cible d’emploi ou un domaine de profession dans le seul but de sélectionner les choix de cours préalables à son futur domaine d’étude au collégial.

Outil à distance pour aider votre jeune à s’orienter

Pour aider son jeune à fixer un choix d’orientation, procurez-lui la trousse :

Le choix de carrière en 4 étapes.

Cet outil d’orientation numérique permettra à votre jeune de passer un test, identifier son profil et des métiers associés. Il saura, en 4 étapes, comment valider un choix.

L’importance des choix de cours

Les choix de cours permettent à l’élève d’obtenir les préalables nécessaires à son admission dans un programme du collégial. Cependant, ils visent surtout à développer les intérêts du jeune afin qu’il soit en mesure de faire un choix éclairé en cinquième secondaire. Le choix d’un cheminement vise donc à explorer divers domaines. Et aussi, de commencer à se projeter dans une future profession.

Explorer des choix de carrière

Les choix de cours du secondaire sont d’une importance capitale pour débuter l’exploration de choix de carrière. Aussi, il existe de nombreuses façons d’aiguiser les intérêts de votre jeune en dehors de l’école. Toutes les expériences hors scolaires favorisent son ouverture.

N’oubliez pas que les intérêts et l’ouverture pour un domaine peuvent être liés à la confiance qu’accorde un jeune en ses capacités de réussir. Cette confiance se forge souvent à partir d’expérimentations, d’expériences agréables et de petites réussites. Ainsi, en découvrant et en expérimentant, le jeune peut développer des intérêts variés tout comme son sentiment d’être en mesure d’atteindre les objectifs fixés.

L’importance de la connaissance de soi

Vous pouvez apprendre à connaitre votre jeune pendant qu’il apprend lui-même à se connaitre. S’il a des intérêts à son âge, il n’est pas exclu qu’il puisse en développer d’autres. Pour encourager son ouverture aux différentes possibilités, vous pouvez explorer les diverses avenues qui s’offrent à lui en faisant des sorties simples et peu coûteuses qui pourraient favoriser ou non le développement de nouveaux centres d’intérêt pour des domaines particuliers.

Par exemple, pourquoi ne pas explorer avec lui le Biodôme, le Cosmodôme, le Jardin botanique, des musées d’arts? Ou encore, l’encourager à s’impliquer dans sa communauté ou à faire des activités sportives? Faites-le participer aux activités quotidiennes, la cuisine, les rénovations, le jardinage, le ménage. Il pourra élargir son savoir-faire dans la vie de tous les jours, tout en cultivant ses champs d’intérêt. Vous pouvez aussi lui présenter des revues scientifiques, l’encourager à regarder des documentaires ou l’inscrire à des activités culturelles.

Si tout cela n’aide pas car votre jeune semble plus introverti, nous vous invitons de nouveau à découvrir notre trousse d’orientation à distance. Il pourra explorer à sa façon et à son rythme et dans le confort de sa chambre!

 Pour s’ouvrir le plus de portes…

Certaines personnes croient qu’il est préférable de viser le domaine des sciences dans les choix de cours afin de s’assurer d’un plus grand nombre de possibilités. Attention! Il est vrai que certains choix de cours ouvrent un grand nombre de portes comparativement à d’autres. Aussi, il faut prendre en considération la motivation et la capacité de votre jeune à réussir.

La passation du cours ne détermine pas uniquement l’admission à un programme d’étude donné puisque la plupart des cégeps compareront les moyennes générales du secondaire. Or, il est nécessaire, avant d’encourager votre enfant à s’inscrire à un choix de cours, de valider ses intérêts et sa motivation .

Il n’est jamais trop tard

Il n’est jamais trop tard pour entamer un nouveau parcours. Même, si les préalables demandés pour un programme X ne sont pas complétés lors de la demande d’admission du 1er mars.

De nombreux cégeps offrent plusieurs profils d’études qui donnent la possibilité de compléter les préalables désirés. De plus, les centres d’éducation aux adultes sont des endroits forts intéressants pour compléter des cours manquants puisqu’ils permettent à l’étudiant de progresser à son rythme et de façon autonome.

Certains établissements offrent la possibilité de suivre ces différents cours à distance, pour que l’élève puisse adapter ses études à son style de vie.  Ce ne sont pas tous les parcours qui exigent les préalables similaires. Par exemple, il n’est pas nécessaire d’obtenir tous les préalables en sciences pour travailler dans le domaine de la santé. Plusieurs programmes collégiaux offrent des alternatives très intéressantes pouvant mener à des carrières palpitantes. Des techniques offrent des études stimulantes sans exiger tous les cours de sciences et mathématiques du secondaire.

Partager

La cote R

cote rAu secondaire, lorsqu’un élève effectue une demande d’admission dans un cégep, c’est sa moyenne générale du secondaire qui sera généralement évaluée lors du processus de recrutement au collégial.

Quelques années plus tard, si l’étudiant souhaite poursuivre des études universitaires à la fin de ses études collégiales, son admission sera considérée sur une autre base que la moyenne générale : c’est la cote R qui sera évaluée. De nombreux étudiants admettent que la cote R est une base d’admission beaucoup plus difficile à comprendre et donc, à contrôler. En effet, car elle ne dépend pas uniquement de la performance académique de l’étudiant, mais également de la force de son groupe.

Une cote R est attribuée à tous les cours suivis par l’étudiant. Par la suite, en retirer une cote finale qui est déterminée par la moyenne de chaque cours. Les pondérations de la cote R varient entre 20 et 35. Plus la cote est élevée, meilleures sont les chances d’accéder à des programmes contingentés. Pour bien comprendre le fonctionnement de la cote R, il faut connaitre son prédécesseur, la cote Z qui compare la note de l’étudiant à la moyenne de son groupe.

Comprendre la cote Z pour mieux comprendre la cote R

Afin de mieux vous permettre de saisir le principe de la cote Z, j’utiliserais l’exemple de deux étudiants qui souhaitent intégrer un programme universitaire similaire. Éliane et Olivier ont tous les deux 85% dans leur cours de chimie. Ils suivent leur cours respectif dans deux groupes différents et n’ont pas le même enseignant. Le professeur d’Éliane a la réputation d’être particulièrement sévère lors de la correction de ses examens et la moyenne de classe est de 70%.

Le professeur d’Olivier, quant à lui, fait preuve d’une plus grande souplesse dans ses évaluations. La moyenne de sa classe est de 83% aux examens finaux, car les élèves ont naturellement une plus grande facilité à réussir dans son groupe. Si nous nous arrêtions uniquement à la cote Z, ces deux étudiants, qui ont les mêmes résultats aux examens auraient des pondérations différentes. La cote d’Éliane serait plus élevée que celle d’Olivier. Comme bien des étudiants au cégep, les deux amis pourraient se sentir perplexes en comparant leurs résultats académiques.

La cote Z et le principe du mouton noir académique

Cette différence s’explique par le fait que le calcul de la cote Z accorde une place importante au groupe dans lequel l’élève se situe. La note de chaque étudiant est comparée à la moyenne des résultats du groupe. Plus la note de l’étudiant est forte par rapport à un groupe faible, plus il aura de chance d’obtenir une cote élevée. C’est pourquoi Éliane a obtenu une cote plus élevée.

Avec un résultat de 85%, elle s’est démarquée d’un groupe dont la moyenne était de 70%. Nous parlons tout de même d’un écart de 15 points de plus que l’ensemble de ses collègues! Malheureusement, Olivier, quant à lui, doit composer avec une cote beaucoup plus faible qu’Éliane. Bien qu’il ait également eu 85%, il devient difficile de se démarquer dans un groupe dont la moyenne est 83% (seulement 2% d’écart).

L’indice de force du groupe pour équilibrer le tout

Comme vous l’avez constaté, la cote Z peut créer certaines injustices et ne démontre pas les résultats des étudiants de façon équitable. Avec un tel calcul, il était difficile pour les universités de savoir si la cote d’un groupe fort était réellement due au fait que les étudiants étaient plus performants. C’est pourquoi les établissements d’enseignement ont décidé d’ajouter un calcul supplémentaire. Celui-ci permet de confectionner la fameuse cote R : l’indice de force du groupe.

L’indice de force du groupe tient compte des résultats obtenus en quatrième et cinquième secondaire. Si les élèves ont eu de faibles résultats au secondaire, l’indice de force du groupe sera faible. S’ils ont obtenus de bons résultats, l’indice sera plus élevé. Cet indice vise à permettre aux étudiants ayant de bons résultats de parvenir à se démarquer des autres. Et de façon plus juste, puisque ce sont les résultats antérieurs qui sont considérés lors de l’évaluation.

Il fallait éviter toute erreur ou biais relatif à l’enseignant. Les cégeps ont donc choisi de considérer l’ensemble des résultats acquis en 4e et 5e secondaire pour en faire une moyenne X.

Ce n’est donc plus uniquement la sévérité du professeur qui est en cause. Mais les élèves eux-mêmes devant la moyenne de leurs propres résultats. Les calculs deviennent donc beaucoup plus équitables, car l’indice de force du groupe permet de démontrer le niveau de difficulté de se démarquer du groupe et d’ajuster la cote R en conséquence de celui-ci.

Se réorienter en première année de cégep

Plusieurs jeunes consultent en première années de cégep. Par exemple, lorsqu’ils voient que leur cote R ne sera pas assez forte pour être admis dans un programme contingenté. Pour explorer de nouveaux choix de carrière, la trousse d’orientation à distance : Le choix de carrière en 4 étapes est un outil tout indiqué.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ EN 4 ÉTAPES

Comment faire pour augmenter sa cote R?

Il n’y a pas de secret ou de recette magique. Il faut mettre les efforts afin que les résultats nous permettent de nous démarquer du lot.

Comment savoir si ma cote R est suffisante pour accéder au programme universitaire qui m’intéresse?

Chaque établissement d’enseignement met en ligne les conditions requises pour accéder à ses programmes. Vous pourrez donc y trouver la cote R nécessaire pour y accéder. Vous pouvez aussi faire une recherche sur le site : Cote R . La cote R minimale pour une multitude de programmes dans les différentes universités québécoises est présentée.

Besoin de plus d’information sur le calcul de la cote R?

Le vidéo suivant saura vous éclairer : Info Cote R

Partager

Quelles sont vos attentes salariales ?

attentes salarialesQuelles sont vos attentes salariales? On me demande souvent quoi répondre à cette question. Une question habituellement adressée par l’employeur ou par un recruteur lors d’une entrevue de sélection. Certains conseillers répondront qu’il ne faut jamais parler de salaire à la première rencontre. En effet, cela lance le message que l’aspect salarial est le principal motif d’intérêt. D’autres conseilleront de ne pas faire perdre de temps à l’employeur et de répondre clairement à la question. Qui a raison?

Un échange qui vise le partage d’informations

Selon le contexte de l’entrevue et le poste convoité, on peut voir la question sous plusieurs angles. Voyons d’abord les choses du point de vue de l’employeur. J’ai un poste à combler. Je recherche bien sûr la meilleure personne pour ce poste. Toutefois, je dois aussi tenir compte que j’ai un budget, un taux salarial à respecter. L’employeur qui aborde d’entrée de jeu cette question souhaite donc rapidement savoir si vos attentes se rapprochent de sa capacité à payer. Si le salaire que vous recherchez s’accorde avec l’offre de l’employeur, ce dernier sera davantage motivé à poursuivre la démarche. Et bien sûr, à considérer plus sérieusement votre candidature. Cependant, si l’écart est trop grand, il vaut mieux passer au suivant, pour vous comme pour l’employeur. En revanche, cette question adressée par l’employeur vous offre la possibilité de le questionner à votre tour. Il vous faut aussi évaluer s’il y a lieu de maintenir votre candidature.

S’ouvrir aux négociations

Si l’on vous proposait un salaire inférieur à vos attentes, mais que l’emploi vous intéresse grandement, peut-être pourriez-vous négocier des clauses particulières quant aux conditions de travail. Voir la possibilité de réévaluer et ajuster votre salaire dans quelques mois. Ajouter un compte de dépenses. Fixer des avantages REER. Aborder une flexibilité au niveau de la gestion de temps ou de l’horaire, etc. Bref, le salaire n’est pas toujours le premier point à partir duquel décliner une offre. Les avantages qu’offre une meilleure qualité de vie personnelle et professionnelle peuvent s’avérer parfois supérieurs à quelques milliers de dollars de plus par année, avant impôts!

Voici quelques suggestions de préparation avant l’entrevue, concernant la question salariale :

  • En plus de référer à vos anciens emplois, vous pouvez consulter les salaires mentionnés sur des sites spécialisés comme IMT en ligne. Ainsi, vous aurez des données statistiques sur lesquelles vous appuyer pour être réaliste et convaincant lors de la négociation de votre salaire.
  • Présentez une échelle salariale avec laquelle vous êtes prêt à négocier, plutôt qu’un montant précis, puisque ceci peut vous couper l’herbe sous le pied.

Pas encore de projet d’emploi?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore identifié un choix de carrière, nous l’invitons à parcourir notre trousse: Le choix de carrière en 4 étapes. Son engagement à travers les étapes de cette trousse lui permettra de fixer un choix de programme ou un choix de carrière de façon assurée.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ

Partager
été

15 emplois d’été stimulants!

emplois d'étéL’été arrive à grand pas! Pour la majorité des étudiants, cela signifie qu’il est temps de penser à des emplois d’été qu’on pourrait occuper pendant la belle saison.

Voici 15 suggestions d’emplois d’été stimulants

1. Gardien(ne) d’enfants

Vous aimez les enfants et pouvoir leur donner de l’attention? Contrairement au moniteur de camp d’été qui est responsable d’une douzaine d’enfants en moyenne, être gardien(ne) d’enfants permet de se consacrer au divertissement d’un à 6 enfants à la fois. Finalement, cet emploi d’été vous permettra de retomber en enfance en bricolant, en chantant et en inventant des mondes imaginaires avec eux.

2. Commis de plancher

Vous aimez quand les journées passent vite? Dans un commerce, que ce soit dans une épicerie, une pharmacie ou un magasin à rayons, il y a toujours quelque chose à faire. Il faut être vaillant et fort physiquement. Ceci, car vous pourriez devoir soulever des charges. Aussi, vous devez aussi avoir un bon sens de l’esthétique pour mettre en valeur les produits sur les étagères.

3. Caissier(ère)

Travailler à l’air climatisé, être en contact avec le public, manipuler de l’argent, voici un aperçu des avantages de cet emploi d’été. Aussi, il faut être à l’affût des nouveaux produits, connaître les rabais en cours et offrir notre plus beau sourire à chaque client.

4. Vendeur(se)

La vente : un classique des emplois étudiants. Trouvez une boutique ou un magasin qui offre des produits ou services qui vous inspirent et foncez! De plus, les horaires sont flexibles et vous pouvez conserver votre emploi pendant vos études. Enfin, si vous avez une bouille sympathique et que vous aimez le public, vous apprécierez le contact avec les clients satisfaits de votre service.

5. Escouade de la propreté

Les municipalités sont généralement d’excellents employeurs pour les emplois d’été. Aussi, si vous souhaitez contribuer à la propreté de la planète, pourquoi ne pas être payé pour le faire? En effet, cet emploi d’été vous permettra d’arpenter les artères touristiques et ramasser les déchets qui jonchent le sol. En conclusion, vous contribuerez ainsi à la beauté des espaces publics et au bien-être des habitants et touristes.

6. Manœuvre au camping

Vous êtes manuel, débrouillard et aimez rendre service? Plutôt que de faire ce travail à la ville, pourquoi ne pas offrir vos services aux propriétaires d’un terrain de camping? Il y a toujours une réparation à faire ou de l’entretien dans ces établissements. Vous profiterez d’une ambiance agréable. En effet, c’est là où les vacanciers oublient leur quotidien du travail et décrochent pour profiter de l’été et de l’air frais.

7. Manœuvre à la récolte

Vous êtes en bonne forme physique, cherchez un emploi d’été payant et vous aimez le parfum de la nature? Manœuvre à la récolte est l’emploi pour vous. Vous devez être travaillant et capable de supporter la chaleur durant de longues heures. En revanche, vous serez fiers d’avoir participé à l’économie locale. Et aussi, d’avoir encouragé les agriculteurs québécois. En quelques semaines, vous aurez probablement accumulé assez d’argent pour subvenir à vos besoins durant la période scolaire.

8. Serveur(se) sur les terrasses

Qui dit temps chaud, dit ouverture des terrasses de restaurants. Vous avez besoin d’un emploi? Ça tombe bien, les restaurateurs ont besoin de plus d’employés pour pouvoir servir les clients nombreux qui affluent sur les terrasses par beau temps. Être bilingue est un atout, surtout si vous travaillez dans les grandes villes. Le choix de restaurant ne manque pas. Laissez-vous aller et visez les restos qui vous ressemblent. Vous passerez alors un bel emploi d’été en compagnie de clients et de collègues sympathiques. Aussi, vous devez être rapide, organisé et afficher un beau sourire.

9. Préposé(e) à la crèmerie

Comment ne pas résister à une bonne crème glacée lors d’une belle journée d’été? Les clients de la crèmerie sont généralement joyeux, ce qui rend le service à la clientèle agréable. Pour occuper cet emploi, il faut être souriant, offrir un service rapide. Et surtout, être capable de résister à la tentation de ne pas se délecter de ces produits chaque jour!

10. Préposé(e) au cinéma

Pour ceux et celles qui ne supportent pas la chaleur des canicules. Ou qui sont fanatiques de cinéma et qui aiment l’odeur du maïs soufflé, cet emploi est pour vous! Vous aurez accès aux premières de films et visionnerez des œuvres cinématographiques à rabais tout l’été. Enfin, il faut aussi être courtois avec la clientèle, offrir un service rapide et tenir les lieux propres.

11. Préposé(e) au mini-putt ou terrain de golf

Vous aimez être à l’extérieur, mais ne pas être exposé au soleil toute la journée? Cet emploi pourrait vous intéresser. Vous expliquerez les règlements, remettrez l’équipement nécessaire et veillerez à la propreté des lieux. Qui sait? Peut-être rencontrerez-vous le prochain Tiger Woods!

12. Préposé(e) au parc d’attractions

Généralement bien rémunéré, cet emploi est parfait pour les personnes qui aiment l’ambiance des fêtes foraines. Vous serez responsable de la mise en marche et de l’arrêt du manège et de la vérification des dispositifs de sécurité. Tant mieux si vous êtes extravertis, aimez les toutous et le bruit ne vous fait pas peur. De plus, vous pouvez être préposé(e) aux jeux d’adresse. Enfin, vous inviterez les gens à venir jouer, encouragerez les participants et leur donnerez des trucs pour réussir leurs exploits!

13. Sauveteur(se) (Piscines publiques ou glissades d’eau)

Passer l’été au bord de l’eau sous les chauds rayons du soleil, ça vous dit? Si la sécurité est une valeur importante pour vous et que les cris des enfants s’amusant dans l’eau ne vous rebutent pas, cet emploi est l’idéal. Vous devez être une personne attentive et capable de donner des directives claires afin de faire respecter les règlements. Être en bonne forme physique et faire preuve de sang-froid sont des qualités essentielles en cas d’urgence.

14. Animateur(trice) de camp de jour

Êtes-vous nostalgique des étés où vous chantiez les comptines avec vos amis et moniteurs? Et passiez votre journée à jouer dehors au soleil ou dans un gymnase lors des journées pluvieuses? Pourquoi ne pas transmettre vos souvenirs et faire profiter d’autres enfants qui ont tant en commun avec vous? Pour occuper cet emploi, il faut être responsable, car la sécurité des enfants est primordiale. Vous devez être enjoué, en bonne forme physique et agir comme un grand frère ou une grande sœur auprès des enfants. Le site de l’Association des camps du Québec peut vous aider à trouver les camps disponibles dans votre région.

15. Guide festivalier

Qui dit été dit festivals. Que ce soit à la campagne ou dans les grandes villes, chaque patelin a son ou ses festivals. Le guide festivalier a la responsabilité de renseigner les visiteurs sur la programmation des activités. Et aussi, sur les emplacements des restaurants et salles de bain et d’assurer la sécurité des festivaliers. Si vous êtes une personne bilingue, dynamique, qui aime les foules et les spectacles, cet emploi est pour vous! Le Répertoire des Artistes Québecois offre une liste des festivals qui ont lieu au Québec. Informez-vous auprès des organisateurs!

Profiter de l’été pour faire un choix de carrière?

Découvrez notre trousse d’orientation à distance pour les jeunes du secondaire et du collégial : Le choix de carrière en 4 étapes.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ

Si vous êtes adulte et songez à vous réorienter ou désirez explorer des choix de carrière à partir de votre domicile et à votre rythme, découvrez: Se réorienter chez soi.

SE RÉORIENTER SANS CONSULTER

Partager
recherche d'emploi

Six attitudes à éviter face à la recherche d’ emploi

attitudes à éviterChez Parachute Carrière, nous utilisons la méthode entrepreneuriale d’insertion professionnelle (MEIP) en recherche d’emploi. Cette approche est fondée sur le développement d’une attitude fondamentale pour assurer son autonomie professionnelle, soit l’esprit d’entreprise. Pour illustrer certains de ses fondements, nous avons défini six attitudes et comportements à éviter. Ceci, pour la bonne raison qu’ils font tous échec à l’esprit d’entreprise. En effet, lorsqu’on souhaite avoir du succès dans sa recherche d’emploi, c’est-à-dire obtenir des résultats, il vaut mieux éviter les énergies improductives. 

Les six attitudes à éviter en période de recherche d’emploi :

1. L’attitude Petit Poucet

Aller remplir des demandes d’emploi d’une entreprise à une autre (pour ceux qui le font encore), sans même rencontrer la personne responsable du service où l’on souhaite intervenir.

2. L’attitude devinette

Acheminer votre CV en inscrivant « N’importe quoi », lorsqu’on demande d’indiquer pour quel emploi vous postulez. Ou encore, faire parvenir massivement son CV par courriel à des adresses « info@xyz.com » sans indiquer à quel titre vous offrez vos services.

3. L’attitude Y’en ont besoin partout

Acheminer votre CV un peu partout, par courriel, sans savoir si votre offre est pertinente avec les profils carrière de l’entreprise.

4. L’attitude 6/49

Remplir des demandes d’emplois (si vous le faites encore), acheminer votre CV de façon aléatoire en tant que candidature spontanée, puis attendre que le téléphone sonne.

5. L’attitude marathon

Consulter les rubriques, sites d’offres d’emploi ou autres et envoyer votre CV en même temps que 300 autres personnes qui postulent au même emploi.

6. L’attitude Y’en a pas de job!

Ne pas avoir de projet. En effet, si vous vous reconnaissez à travers cette famille d’attitudes, il est grand temps de joindre un groupe de recherche d’emploi. Ou encore, contacter un conseiller en développement de carrière ou un spécialiste de l’orientation. Bien sûr, un professionnel vous aidera à identifier un projet professionnel qui puisse avoir du sens à vos yeux. Lorsque vous aurez identifié celui-ci, croyez-moi, vous aurez le goût d’entreprendre. Votre esprit d’entreprise sera agréablement ravivée; tout comme votre moral, d’ailleurs.

Consultez la série recherche d’emploi Entreprendre pour obtenir des trousses d’auto-coaching vous permettant de développer votre esprit d’entreprise. En effet, ces documents vous feront cheminer, étape par étape. D’abord, on vous guidera vers la définition d’un projet mobilisant. Ensuite, on vous fera vivre, de façon enthousiaste, la réalisation de votre projet jusqu’à l’étape de l’entrevue et bien plus!

Choisir une orientation?

Si par ailleurs, vous souhaitez explorer des métiers ou nouveaux projets de carrière, nous vous invitons à découvrir nos deux trousses d’orientation. La première est destinée aux jeunes du secondaire ou du collégial: Le choix de carrière en 4 étapes. La seconde est destinée aux adultes qui souhaitent se réorienter : Se réorienter chez soi.  Dans les deux cas, vous devrez passer un test d’orientation. À l’aide d’une base de données, vous aurez accès aux métiers en lien avec votre profil. Vous serez ensuite guidé vers les étapes permettant de valider votre nouvelle orientation. Les deux trousses sont téléchargeables immédiatement.

Partager
études où ça bouge

Des études où ça bouge

études où ça bougeLes études universitaires, collégiales ou même professionnelles paraissent parfois longues, ennuyantes ou peu adaptées pour quelqu’un qui aime bouger. Il est bon alors de savoir que plusieurs programmes existent pour répondre aux besoins des gens plus actifs. Ou qui aiment voyager ou mettre en pratique leurs connaissances. Voici un aperçu des moyens possibles pour rendre les études plus dynamiques.

Au niveau professionnel

Les diplômes d’études professionnelles (DEP) de niveau secondaire sont très axés sur la pratique. On compte bien sûr des cours théoriques au programme. Toutefois, ceux-ci seront vite suivis par l’aspect pratique du métier visé. On peut donc dire que la plupart des DEP sont une façon d’étudier plus activement. Il existe aussi les Programmes d’apprentissage en milieu de travail qui permettent d’apprendre le métier auprès d’un employeur. Et ce, sans mettre les pieds dans un établissement scolaire. Une cinquantaine de métiers sont visés par ce programme et les conditions pour s’y qualifier sont différentes pour chacun des métiers. À la fin du programme, un certificat de qualification professionnelle est émis.

Au niveau collégial

Certains établissements de niveau collégial permettent d’étudier à l’étranger. Et ce, pendant une session complète ou d’y faire un stage de quelques semaines dans la cadre de programmes spécifiques. Les séjours à l’étranger permettent l’apprentissage d’une nouvelle langue ou de vivre une expérience de développement communautaire et de relations interculturelles. Les cours suivis à l’étranger sont crédités selon la structure du programme. Presque tous les établissements offrent de telles possibilités. Les stages sont d’une durée plus ou moins longue selon le programme. Pour obtenir plus de détails, il suffit de s’informer auprès du cégep de son choix. Il est intéressant de rappeler que les programmes techniques au collégial sont en général plus actifs et plus axés sur la pratique que les programmes préuniversitaires. On dit souvent que les techniques préparent au marché du travail. C’est vrai. Par contre, on oublie souvent de mentionner qu’elles préparent aussi à l’université. En effet, de plus en plus d’universités reconnaissent certains cours suivis lors de la technique. Ceci, permet de raccourcir la durée des études universitaires. Les formules DEC-BAC comme on les appelle, peuvent mener à une double diplomation en quatre ou cinq ans au lieu de six.

 Au niveau universitaire

La plupart des programmes universitaires offrent aux étudiants la chance de compléter une ou deux sessions à l’étranger. De plus, on peut se faire reconnaître les cours dans le cadre de son programme. Ces programmes d’échanges ont été développés par la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec (CRÉPUQ). Les étudiants qui participent à ce programme paient leurs droits de scolarité à leur établissement d’attache. En effet, ceci permet d’éviter de payer des droits de scolarité plus chers à l’étranger. De nombreuses bourses offertes par divers organismes sont disponibles afin d’aider les étudiants à payer leurs frais d’hébergement, de transport ou de repas. Le site de Québec sans frontières est à découvrir.

Pas encore de projet de carrière?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore identifié un choix de carrière, nous l’invitons à parcourir notre trousse: Le choix de carrière en 4 étapes. Son engagement à travers les étapes de cette trousse lui permettra de fixer un choix de programme ou un choix de carrière de façon assurée.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ

Partager
intégrer un nouvel emploi

Intégrer un nouvel emploi : pas toujours facile !

intégrer un nouvel emploiYoupi! Vous allez intégrer un nouvel emploi! Vous avez été sélectionné et le stress de la recherche d’emploi est tombé! Cet instant ressemble étrangement au jour où on tombe en amour… On est insouciant, on dit oui à tout, on s’oublie et on n’écoute plus notre petite voix intérieure. Vous savez, celle qui nous dit de prendre notre temps, de relaxer, d’être prudent, de considérer certains critères avant de s’engager? Une analyse s’impose donc avant de dire OUI.

Une rencontre avec l’employeur est primordiale afin de discuter des modalités. On évite de régler à l’amiable par téléphone. Ne soyez pas mal à l’aise de faire part de vos attentes, de vos interrogations ou de vos besoins de précisions. Cela démontrera votre sérieux et votre sens de la négociation. Ce sont là  des traits positifs de votre personnalité. Les quelques petits trucs suivants pourront peut-être vous servir, ou du moins, vous épargner quelques déceptions lorsque viendra le temps de bien intégrer un nouvel emploi.

Évaluation préalable

Évaluez l’offre. En effet, plusieurs aspects sont à évaluer.  Par exemple, le salaire, l’échelle salariale, la période de probation, les possibilités de formation, l’avancement, les assurances collectives, les heures de travail, etc.). Après évaluation, il est possible que l’emploi ne corresponde pas à toutes vos exigences. Si vous acceptez malgré tout, ce sera pour avouer que rien n’est parfait. C’est donc en connaissance de cause que vous ferez votre choix.

Les premiers pas

Rappelez-vous qu’il y a toujours une première fois. Il vous faudra investir autant pour conserver votre emploi que d’efforts pour l’avoir obtenu. En général, on vous aura alloué un temps de probation. Utilisez-le de façon efficace et apprenez à prendre des notes afin d’éviter d’oublier ce dont on vous informe. Observer, vous adapter, questionner, afficher votre sens des responsabilités et votre autonomie. En effet, ce sont là des aptitudes à promouvoir. Maintenant, vous devez les utiliser pour vous intégrer favorablement au sein de l’entreprise.

Questionnez la vision de l’entreprise, sa mission, ses valeurs, son style de gestion. Montrez-vous intéressée à mieux connaître l’équipe, les politiques et procédures en place. Confirmez ou validez vos tâches et les objectifs à atteindre. Demandez des précisions face aux  attentes de votre employeur envers vous.

Ne craignez pas d’aller au-devant des gens. Présentez-vous. Expliquez votre rôle et restez prudent dans le développement de vos amitiés. Attendez de mieux connaître les gens avant de vous confier. Optez sur l’observation et l’écoute active, le temps nécessaire à vous faire une bonne idée de votre entourage.

Les compétences émotionnelles

De nos jours, plusieurs employeurs se dotent d’instruments de mesure à l’embauche, allant même jusqu’à vérifier la qualité de notre intelligence émotionnelle à l’aide d’outils psychométriques. En fait, l’intelligence émotionnelle caractérise notre capacité à développer et à contrôler diverses aptitudes en lien avec nos émotions. Par exemple, la conscience de soi, la confiance en soi, la maîtrise de soi, la motivation, l’intégrité. Enfin, la capacité de communiquer, d’influencer les autres et de susciter le changement. Bref, le fait d’apprendre à mieux vous connaître sera un atout très précieux tout au long de votre parcours professionnel. Apprendre à mieux connaître les autres le sera tout autant.

Dernier élément clé pour bien intégrer un nouvel emploi

Souriez! On aime assurément s’entourer et se rapprocher des gens souriants.

Pas encore de projet d’emploi?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore identifié un choix de carrière, nous l’invitons à parcourir notre trousse: Le choix de carrière en 4 étapes. Son engagement à travers les étapes de cette trousse lui permettra de fixer un choix de programme ou un choix de carrière de façon assurée.

Partager