Archives par mot-clé : choix de carrière

massothérapeute

Massothérapeute : L’art de créer la détente

massothérapeuteNom? Mélanie

Quel est ton métier? Massothérapeute

Depuis quand occupes-tu cet emploi? Depuis environ une dizaine d’année

En langage vulgarisé, tu fais quoi? Je fais du massage suédois. C’est une technique de massage qui a pour but de réduire la douleur physique et de relaxer les gens. Il y a des techniques de massage psycho corporel utilisées notamment dans le massage californien et qui travaillent plus au niveau émotionnel et sur le système nerveux. Les manœuvres sont des longs mouvements fluides. La technique que je privilégie est appelée bio-mécanique. Les manœuvres sont séquentielles, voir profondes qui travaillent les tensions musculaires.

Cheminement de carrière

Qu’est-ce qui t’as amenée où tu es dans ton cheminement de carrière? Je suis une personne affectueuse et j’aime être en contact avec les gens. Jeune, ma famille me demandait souvent des petits massages d’épaules car j’étais douée et j’aimais faire du bien à mes proches.

Quand tu étais petite, tu voulais faire quoi? Plusieurs choses. Thanatologue, médecin, infirmière…

Par quelles études ou formation es-tu passée? J’ai fait une formation de 450 heures chez Guijek. C’est une école privée donc le coût est très élevé (environ 10$ de l’heure). Pour améliorer mes connaissances, je fais parfois des formations de fin de semaine.

Environnement de travail

À quoi ressemble ton environnement de travail? Je travaille parfois dans un spa, en collaboration avec une secrétaire qui est chargée de prendre les rendez-vous. Mes outils de travail sont principalement mes mains et de l’huile à massage. Il y a aussi une table de massage, des coussins, des couvertures, une chaise, de la musique relaxante et des chandelles. Parfois les pièces de travail sont étroites et je travaille souvent dans l’obscurité ou avec une lumière tamisée. Le bureau de travail est aussi partagé par d’autres massothérapeutes. Donc, il est important de laisser la pièce de travail propre lorsqu’on quitte.

Le milieu des spas

Dans le milieu des spas, il y a parfois de la compétition entre collègues à savoir qui est la meilleure et qui attire le plus de clients. Certains spas donnent des bonus lorsque les clients demandent pour nous. Je préfère travailler au domicile des gens car le salaire est plus élevé (80$ de l’heure). Dans l’environnement des spas, le massothérapeute peut gagner environ 25 $ de l’heure du massage. Nous devons fournir des journées de disponibilité et attendre que la secrétaire nous appelle. Parfois, il n’y a aucun massage et donc, pas de paye non plus.

Lorsque les journées sont occupées, je peux faire 5 ou 6 massages dans la journée et cela est très épuisant. Au domicile des gens, j’apporte avec moi l’équipement mentionné plus haut. Il peut arriver que les clients achètent l’équipement car ils reçoivent souvent des massages à domicile. De cette façon c’est plus simple pour nous car nous n’avons pas à transporter la table de massage, qui est très lourde. Le prix du massage est réduit de 10 ou 20$ dépendamment de la distance à parcourir pour se rendre sur les lieux. Je pratique aussi à mon domicile, mais c’est réservé pour les amis seulement. Aucun inconnu pour des raisons de sécurité et d’intimité.

Devenir massothérapeute?

Vous souhaitez identifier votre profil d’intérêts et valider votre orientation comme massothérapeute?  La trousse numérique d’orientation à distance Le choix de carrière en 4 étapes peut vous aider si vous êtes âgé de moins de 30 ans. Cette trousse d’orientation vous permettra d’explorer une variété de métiers en lien avec votre profil. S’il s’agit d’une réorientation de carrière, la trousse d’orientation de carrière Se réorienter chez soi peut grandement vous éclairer.

Massothérapeute

Trois qualités obligatoires pour faire le métier de massothérapeute? Nous devons être calme, à l’écoute du client (écoute corporelle, sensibilité kinesthésique), empathique.

Le plus gros turn-off de ton métier ? Travailler dans un spa et faire des massages à la chaîne. Le pire est l’incompréhension de certains hommes qui mélangent massage et sexualité. On nous avait mis en garde à l’école de ce genre de demandes formulées par les hommes. Même que, en entrevue dans certains salons, ils te demandent si tu es prête à faire la grande évasion. Même en étant avertie, ça surprend un peu à chaque fois.

Quels sont les petits bonheurs quotidiens liés à être massothérapeute? C’est un milieu relaxant donc on se sent très calme et détendu en travaillant. Aussi, cela fait plaisir de savoir que l’on a soulagé la douleur de quelqu’un. Il y a le sentiment que notre travail procure du bien-être et on se sent utile à la société.

Anecdotes et apprentissages

Un souvenir qui te rend fière de ton travail? Un jour, une dame qui avait une grosse cicatrice sur une jambe est venue pour un massage. Je lui ai demandé si elle voulait que je touche (masse) sa jambe. Elle m’a répondu : « Tu peux toucher mais ça ne sert à rien car je ne ressens aucune sensation » En lui prodiguant le massage, j’étais un peu horrifiée par la vue de cette cicatrice. Comme dans plusieurs disciplines la notion du non-jugement est importante en relation d’aide par le massothérapeute, c’est encore plus vrai car tout se ressent par le toucher.

En effet, nous sommes connectés directement à la personne en la touchant et celle-ci peut ressentir les émotions qui passent dans les mains d’une massothérapeute. Je ne voulais pas que la dame ressente cette peur dans mes mains et c’est dans une attitude de non-jugement et d’empathie que j’ai massé la jambe de cette femme. À la fin du massage elle m’a confiée que c’était la première fois qu’elle ressentait sa jambe. Personne ne l’avait jamais massé comme je l’ai fait.

Un conseil aux jeunes qui voudraient devenir massothérapeute : C’est important de prévoir des économies pendant la formation. Aussi, nombreuses sont les personnes qui pratiquent et ne respecte pas leur corps. Ex : Faire beaucoup de massages dans la journée, mettre plus de pression que l’on peut sur les mains pour faire plaisir à un client. Notre corps et surtout nos mains sont nos outils et il faut respecter nos limites. Faire des étirements, du sport. Être calme et capable de créer une ambiance qui est propice à la relaxation.

Partager
Cytologiste

Cytologiste : Un métier méconnu

cytologisteLa plupart des gens ont eu besoin à un moment ou l’autre de faire appel aux services d’un cytologiste, sans le savoir. Ils travaillent dans l’ombre du système de santé et apportent un support aux médecins traitants. Ils ont un rôle très important dans le premier diagnostic des cancers. J’ai rencontré Maryse Madgin Marois, cytologiste depuis plus de 10 ans, qui m’a expliqué sa profession.

Quel est le rôle du cytologiste?

Le cytologiste analyse les cellules cancéreuses des liquides biologiques aux moyens d’analyses au microscope. Elle doit analyser les échantillons prélevés lors de PAP tests (examens gynécologiques). Ainsi, elle peut repérer les cellules cancéreuses dans les échantillons. Il lui arrive d’analyser d’autres types de liquides non gynécologiques. Par exemple, l’urine, un ganglion, parotide (glande salivaire) et quelques fois une ponction d’os. Il ne faut ne pas les confondre avec les pathologistes. Ces derniers observent des parties complètes d’os afin d’analyser l’ensemble des cellules.

À quoi ressemble une journée type d’un cytologiste?

Mme Madgin Marois nous explique qu’elle travaille 7 heures par jour devant un microscope du laboratoire de cytologie de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (il y a un département de cytologie dans chaque hôpital). Elle reçoit les spécimens de liquides biologiques remis dans des pots. Ensuite, elle  les dépose dans la centrifugeuse permettant ainsi de concentrer les cellules. Enfin, elle étale les spécimens sur une lame et à l’aide d’une pipette, puis ajoute un colorant qui permettra de bien localiser les cellules.

Suite à une analyse approfondie, elle rédige un rapport qui détaillera ses observations et qui sera acheminé au pathologiste. Ce dernier confirmera ou infirmera le diagnostic de la cytologiste. Le résultat final sera ensuite envoyé au médecin traitant.

Quelles sont les qualités professionnelles essentielles pour exercer cette profession?

Selon Mme Madgin Marois, il faut avoir une bonne concentration, faire preuve d’une grande minutie et un excellent sens de l’observation. De plus, on doit démontrer un intérêt pour le milieu de la santé. D’ailleurs, cette dernière a choisi cette profession, car elle avait le désir d’œuvrer dans le milieu de la santé, mais se sentait trop sensible pour rencontrer les patients. Cette profession lui permet d’avoir un rôle déterminant dans la santé des patients, sans les rencontrer directement. Il faut aussi être capable de travailler de longues heures assis dans une même position.

Vous souhaitez savoir si vous avez le profil pour devenir cytologiste ou explorer des métiers associés à votre profil?

Si vous êtes étudiant du secondaire ou du collégial, découvrez notre trousse d’orientation à distance :

Le choix de carrière en 4 étapes

 

Vous travaillez mais songez à vous réorienter ou désirez explorer des choix de carrière à partir de votre domicile et à votre rythme, découvrez:

Se réorienter chez soi

 

Quel est le parcours scolaire exigé par les employeurs?

Les personnes intéressées par cette profession doivent obtenir un Diplôme d’études collégiales (DEC) en Technologie d’analyses biomédicales d’une durée de 3 ans et poursuivre les études en obtenant une Attestation d’études collégiales (AEC) en cytotechnologie d’une durée d’un an. À noter que ce programme est contingenté et n’accepte que 10 étudiants par année, car il n’y a en moyenne que 4 cytologistes par hôpital. Les deux établissements qui offrent cette formation sont le Collège de Rosemont et le CHUM (campus Hôtel-Dieu).

Partager
orientation

Le défi d’orientation : guide du parent zen

Fixer un choix de carrière est sans contredit un défi d’orientation et une étape importante. Par contre, lorsqu’il s’agit d’un jeune, ce processus s’avère parfois une tâche délicate, surtout quand c’est son propre enfant.

Relever le défi d’orientation

Comment être présent et accompagner son enfant, sans intervenir à sa place? De quelle façon est-il possible de partager avec lui le fruit de notre propre parcours de vie tout en lui permettant de vivre ses propres expériences?  S’y prendre comment pour le guider sans lui imposer nos choix?

Voilà autant de questions auxquelles vous trouverez réponse et bien plus encore en explorant ce guide.  Il rassemble non pas une recette miracle. Mais une foule de trucs et de conseils tout simples qui vous permettront d’amorcer une réflexion. Aussi, apprendre à cheminer et devenir l’accompagnateur que vous désirez être pour votre enfant à travers ce défi d’orientation.

Écrit avec bienveillance envers ces moments d’incertitude et de questionnement inhérents au rôle de parent, le ton de cet ouvrage est frais. Il est aucunement moralisateur et empreint de tout l’amour et du respect de l’auteure envers ces jeunes grâce auxquels ce guide a pris forme.

En lien avec cet article, découvrez le billet de blogue de Marie-Sylvie Dionne sur le Huffington Post

Partager
syndrome Oui-Non

Le syndrome Oui-Non

syndrome oui-nonDans mon rôle de conseillère en développement de carrière, je me questionne souvent à propos de ce que j’appelle le syndrome oui-non. Je rencontre beaucoup de clients à la recherche d’aide pour améliorer leur situation professionnelle. La majorité affirme être très motivée à faire des changements dans leur vie. Règle générale, on évalue leur niveau de motivation à 8, 9 et même 10 points sur une échelle de 10. Donc, ils affichent une très grande ouverture au changement.

Le passage à l’action

Dans les faits, à l’amorce d’un plan d’action, le dynamisme se met à battre de l’aile. Bien sûr, je questionne à nouveau le degré de motivation de mes clients. Sans aucun doute, ils affirment que leur motivation est intacte. Ils sont toujours aussi motivés à prendre leur vie en main. Par contre, ils découvrent qu’ils n’ont pas envie de mettre les efforts. Ni le temps nécessaire pour atteindre leurs objectifs. Voilà l’apparition du syndrome oui-non!

Certaines personnes sont très disciplinées dans leur carrière, mais n’arrivent pas à faire les efforts pour prendre soin de leur santé ou de leur vie personnelle. D’autres, mettent beaucoup d’énergie sur leur vie sociale et vivent énormément de succès sur ce plan. Or, elles sont incapables de trouver un emploi leur permettant de bien vivre.

Des attitudes nuisibles

L’auto-sabotage est un ensemble d’attitudes et de comportements qui nous empêchent de faire ou d’obtenir ce que nous voulons. Inévitablement, cela sabote notre réussite ou nos efforts de changement. Il est possible de transformer ces mécanismes d’auto-sabotage dans le cadre d’une démarche personnelle. On mettra alors l’accent sur la transformation des perceptions et croyances. Ce peut être un cheminement ardu, mais qui peut en valoir la peine.

Cependant, en parallèle à cette quête, il est possible de planifier de petites actions toutes simples en direction du but que vous souhaitez atteindre si la recherche d’un mieux-être professionnel est une réelle priorité pour vous. Si oui, il suffit alors de la mettre en haut de votre liste de priorités quotidiennes et de lui assigner un temps précis à partir d’une activité ou action concrète. Surtout, ne vous demandez pas si ça vous tente. Faites-le tout simplement. Lancez-vous de petits défis au quotidien. Un jour à la fois. Et petit train va loin.

N’hésitez surtout pas à solliciter l’aide de professionnels et même d’amis, de connaissances, de membres de la famille. Mieux on est entouré et plus le chemin est facile. Assurez-vous toutefois de choisir les bonnes personnes. Vous les retrouverez parmi ceux qui croient en vous et qui sont prêts à vous encourager.

En chemin, laissez-vous inspirer par ceci :

« La motivation vous sert de départ. L’habitude vous fait continuer. » Jim Ryun

Pas encore de projet d’emploi?

Les super coachs de Parachute Projets vous aideront, ça c’est certain!  Choisissez le service qui vous convient le mieux et nous vous contacteront pour prévoir une rencontre avec vous.

Partager
surqualification

Quand la surqualification nuit à l’embauche

surqualificationLa surqualification

On définit la surqualification par un niveau de scolarité trop élevé d’un employé par rapport aux qualifications scolaires requises pour le poste qu’il souhaite occuper. Aussi, à cela s’ajoute aussi la « sur-expérience de travail », en d’autres mots, trop d’années d’expérience ou trop de compétences acquises par rapport au poste offert*. Pour éviter de vous retrouver piégé par la surqualification, voici quelques conseils pertinents :

1-    Définissez clairement votre objectif d’emploi

Définir son objectif d’emploi est capital. Cela permet de faire le bilan de vos compétences et de choisir de mettre en valeur uniquement celles qui sont en lien avec votre objectif de carrière.

 2-    Sélectionnez vos qualifications à mettre en valeur

Le CV n’est pas une biographie. En conséquence, vous pouvez décider de la formation qui apparaîtra sur votre offre de service. Ainsi, votre candidature sera davantage retenue si elle cadre exactement avec les exigences du poste.

 3-    Simplifiez le nombre d’années d’expérience

Plus personne ne remet en doute l’importance d’une lettre de présentation. En fait, du moins un résumé de profil en guise d’introduction à votre CV. Si vous possédez entre 1 et 19 ans d’expérience dans un domaine, il est bon d’en préciser le nombre d’années. Par contre, si vous possédez 35 ans d’expérience dans un champ d’activité, il est préférable de ne pas le préciser lors de l’envoi de votre candidature. Nous conseillons alors d’être plus général et d’écrire que vous possédez plus de 20 ans d’expérience. Ainsi, l’employeur ne pourra pas évaluer votre âge et vous augmentez ainsi vos chances d’être convoqué en entrevue.

 4-    En entrevue, rassurez l’employeur

L’employeur expérimenté en techniques d’entrevue saura vous poser les bonnes questions. En fait, il souhaitera en connaître davantage sur votre expérience de travail et vos formations reçues. Ceci inclut celles qui n’apparaissent pas dans votre CV. Il sera alors important de rassurer l’employeur que vous avez postulé sur ce poste volontairement. Et bien sûr, que vous êtes prêt à en accepter les conditions. Il faut éviter de lui permettre de croire que vous postulez pour cette offre en attendant d’obtenir un poste plus intéressant ailleurs. Misez sur votre intérêt et votre motivation pour cette entreprise.

Pas encore de projet d’emploi?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore identifié un choix de carrière, nous l’invitons à parcourir notre trousse: Le choix de carrière en 4 étapes. Son engagement à travers les étapes de cette trousse lui permettra de fixer un choix de programme ou un choix de carrière de façon assurée.

 

 *    Tiré du document : Le sentiment de surqualification chez les diplômés, Francis Lamarre, Département de sociologie, Faculté des Arts et Sciences, Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l’Université de Montréal, en vue de l’obtention du grade de maîtrise ès sciences (M.Sc.) en sociologie, Mai 2010

Partager
cv marketing

La mise en marché de vos services avec un CV marketing

cv marketingSi vous songez à changer d’emploi, vous aurez besoin d’un bon outil: une offre de service, aussi nommée CV Marketing. C’est vous qui donnerez le ton à cet outil promotionnel afin de rendre vos services distincts. Personne n’est mieux placé que vous pour décider de sa présentation, de son format et de son contenu. Si vous maîtrisez bien l’information concernant votre bassin d’employeurs potentiels, vous serez guidé efficacement.

Le CV marketing

Le titre de vos services, par exemple Technicienne en gestion des approvisionnements, sera inscrit dans un encadré de votre CV marketing. Il sera suivi d’une section présentant vos compétences clés pertinentes associées à vos services. Vous pourrez ensuite poursuivre avec un parcours d’expérience et un profil académique. Ceci, en choisissant laquelle des deux sections vous jugez préférable de placer en premier. Consultez ensuite les personnes qui vous connaissent le mieux. Montrez-leur votre offre de service et recueillez leurs commentaires. Ces personnes comprennent-elles facilement ce que vous avez à offrir? Votre document est-il intéressant à parcourir? Y a-t-il des informations qui ajoutent ou diminuent la valeur de son contenu? Vous serez libre ensuite de retenir ce qui vous semble pertinent.

Une information pertinente = cv marketing

D’un point de vue technique, il importe de retenir que la pertinence de l’information est à coup sûr une des meilleures règles de base. Par exemple, le fait de mentionner vos engagements récréatifs ou sociaux sera pertinent dans la mesure où il existe un lien direct entre ces activités et le métier visé. En tout temps, rappelez-vous que ce document est uniquement un outil promotionnel.

Ainsi, une publicité qui présente le plus récent logiciel de graphisme et destiné aux spécialistes de l’infographie, mettra l’accent sur les différentes caractéristiques du produit. On ne lira pas sur ce document publicitaire l’intérêt du promoteur face au golf, ni que le logiciel de graphisme possède une banque d’images restreinte. En effet, on lit trop souvent sur un CV: « anglais fonctionnel ». Si vous gardez à l’esprit que l’offre de service est un outil de marketing (cv marketing) et non un étal de marché aux puces, vous ferez fureur, c’est garanti!

Pas encore de projet d’emploi?

Consultez les services de Parachute Projets, complétez le formulaire en ligne et nous vous contacteront rapidement!

Partager