Archives par mot-clé : conseiller orientation

La cote R

cote rAu secondaire, lorsqu’un élève effectue une demande d’admission dans un cégep, c’est sa moyenne générale du secondaire qui sera généralement évaluée lors du processus de recrutement au collégial.

Quelques années plus tard, si l’étudiant souhaite poursuivre des études universitaires à la fin de ses études collégiales, son admission sera considérée sur une autre base que la moyenne générale : c’est la cote R qui sera évaluée. De nombreux étudiants admettent que la cote R est une base d’admission beaucoup plus difficile à comprendre et donc, à contrôler. En effet, car elle ne dépend pas uniquement de la performance académique de l’étudiant, mais également de la force de son groupe.

Une cote R est attribuée à tous les cours suivis par l’étudiant. Par la suite, en retirer une cote finale qui est déterminée par la moyenne de chaque cours. Les pondérations de la cote R varient entre 20 et 35. Plus la cote est élevée, meilleures sont les chances d’accéder à des programmes contingentés. Pour bien comprendre le fonctionnement de la cote R, il faut connaitre son prédécesseur, la cote Z qui compare la note de l’étudiant à la moyenne de son groupe.

Comprendre la cote Z pour mieux comprendre la cote R

Afin de mieux vous permettre de saisir le principe de la cote Z, j’utiliserais l’exemple de deux étudiants qui souhaitent intégrer un programme universitaire similaire. Éliane et Olivier ont tous les deux 85% dans leur cours de chimie. Ils suivent leur cours respectif dans deux groupes différents et n’ont pas le même enseignant. Le professeur d’Éliane a la réputation d’être particulièrement sévère lors de la correction de ses examens et la moyenne de classe est de 70%.

Le professeur d’Olivier, quant à lui, fait preuve d’une plus grande souplesse dans ses évaluations. La moyenne de sa classe est de 83% aux examens finaux, car les élèves ont naturellement une plus grande facilité à réussir dans son groupe. Si nous nous arrêtions uniquement à la cote Z, ces deux étudiants, qui ont les mêmes résultats aux examens auraient des pondérations différentes. La cote d’Éliane serait plus élevée que celle d’Olivier. Comme bien des étudiants au cégep, les deux amis pourraient se sentir perplexes en comparant leurs résultats académiques.

La cote Z et le principe du mouton noir académique

Cette différence s’explique par le fait que le calcul de la cote Z accorde une place importante au groupe dans lequel l’élève se situe. La note de chaque étudiant est comparée à la moyenne des résultats du groupe. Plus la note de l’étudiant est forte par rapport à un groupe faible, plus il aura de chance d’obtenir une cote élevée. C’est pourquoi Éliane a obtenu une cote plus élevée.

Avec un résultat de 85%, elle s’est démarquée d’un groupe dont la moyenne était de 70%. Nous parlons tout de même d’un écart de 15 points de plus que l’ensemble de ses collègues! Malheureusement, Olivier, quant à lui, doit composer avec une cote beaucoup plus faible qu’Éliane. Bien qu’il ait également eu 85%, il devient difficile de se démarquer dans un groupe dont la moyenne est 83% (seulement 2% d’écart).

L’indice de force du groupe pour équilibrer le tout

Comme vous l’avez constaté, la cote Z peut créer certaines injustices et ne démontre pas les résultats des étudiants de façon équitable. Avec un tel calcul, il était difficile pour les universités de savoir si la cote d’un groupe fort était réellement due au fait que les étudiants étaient plus performants. C’est pourquoi les établissements d’enseignement ont décidé d’ajouter un calcul supplémentaire. Celui-ci permet de confectionner la fameuse cote R : l’indice de force du groupe.

L’indice de force du groupe tient compte des résultats obtenus en quatrième et cinquième secondaire. Si les élèves ont eu de faibles résultats au secondaire, l’indice de force du groupe sera faible. S’ils ont obtenus de bons résultats, l’indice sera plus élevé. Cet indice vise à permettre aux étudiants ayant de bons résultats de parvenir à se démarquer des autres. Et de façon plus juste, puisque ce sont les résultats antérieurs qui sont considérés lors de l’évaluation.

Il fallait éviter toute erreur ou biais relatif à l’enseignant. Les cégeps ont donc choisi de considérer l’ensemble des résultats acquis en 4e et 5e secondaire pour en faire une moyenne X.

Ce n’est donc plus uniquement la sévérité du professeur qui est en cause. Mais les élèves eux-mêmes devant la moyenne de leurs propres résultats. Les calculs deviennent donc beaucoup plus équitables, car l’indice de force du groupe permet de démontrer le niveau de difficulté de se démarquer du groupe et d’ajuster la cote R en conséquence de celui-ci.

Se réorienter en première année de cégep

Plusieurs jeunes consultent en première années de cégep. Par exemple, lorsqu’ils voient que leur cote R ne sera pas assez forte pour être admis dans un programme contingenté. Pour explorer de nouveaux choix de carrière, la trousse d’orientation à distance : Le choix de carrière en 4 étapes est un outil tout indiqué.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ EN 4 ÉTAPES

Comment faire pour augmenter sa cote R?

Il n’y a pas de secret ou de recette magique. Il faut mettre les efforts afin que les résultats nous permettent de nous démarquer du lot.

Comment savoir si ma cote R est suffisante pour accéder au programme universitaire qui m’intéresse?

Chaque établissement d’enseignement met en ligne les conditions requises pour accéder à ses programmes. Vous pourrez donc y trouver la cote R nécessaire pour y accéder. Vous pouvez aussi faire une recherche sur le site : Cote R . La cote R minimale pour une multitude de programmes dans les différentes universités québécoises est présentée.

Besoin de plus d’information sur le calcul de la cote R?

Le vidéo suivant saura vous éclairer : Info Cote R

Partager