Archives par mot-clé : équipe

brainstorming

Pour un brainstorming efficace

brainstormingLe concept du remue-méninges (brainstorming) a été popularisé en 1948 par le livre à succès ″Your Creative Power″, écrit par un publicitaire de renom, Alex Osborne.

Ce dernier a été le premier a édicter les règles de cette activité qui consiste à réunir des gens autour d’une table afin que ceux-ci émettent le plus d’idées possible, sans craindre la critique ou le jugement des autres. De cette quantité d’idées pouvait jaillir, soutenait-il, l’idée du siècle.

Les grands principes du brainstorming ont traversé le temps. En ce moment même, des gens enfermés dans des salles de conférence de tours de bureaux s’adonnent à l’exercice.

Or, cette conception du brainstorming ne fonctionnerait pas. En effet, il semble que faire germer les bonnes idées soit un art un peu plus complexe qu’un simple tour de table devant un tableau blanc. Et les premières études qui ont démontré l’inefficacité du brainstorming datent de… 1958!

De ces études, on peut aujourd’hui tirer deux conclusions : Osborne avait raison sur le fait que les gens accouchent de meilleures idées quand ils se regroupent, mais il se trompait sur tout le reste.

En fait, il faut plus qu’un brainstorming classique pour créer les conditions gagnantes à l’innovation. Lors de votre prochaine séance de remue-méninges, retenez ces quelques éléments :

1. Brainstorming seul, puis en groupe

Il semble qu’il soit plus efficace de développer d’abord ses idées en solo, ou en petits groupes de deux ou trois personnes. La pression sociale fait en sorte que bien des gens sont intimidés par les grands groupes et préfèrent laisser les autres s’exprimer.

2. Alimentez les critiques!

On organise un brainstorming que lorsque tout le monde a des idées en poche. Or, une fois « l’assemblée ouverte », oubliez le principe de suspendre son jugement comme l’avait édicté Osborne. Des chercheurs ont plutôt démontré que c’est du débat que jaillissent les meilleures idées. C’est lorsque les idées des autres sont critiquées, mises à l’épreuve, réfutées ou enrichies que l’on peut aller au-delà des banalités, des évidences.

3. Une certaine intimité

Favoriser la critique des idées des autres demande cependant une certaine ouverture de la part de tous. Seize étrangers risquent d’avoir un peu de réticence à juger leurs homologues. Voilà pourquoi les meilleures idées viennent de groupes dont les membres partagent entre eux une certaine intimité. Sans nécessairement avoir élevé les cochons ensemble, ils sont à tout le moins suffisamment à l’aise pour débattre de façon constructive.

4. Miracle à la machine à café!

Planifier une séance de brainstorming, c’est bien. Mais la créativité au sein d’une organisation fait partie des choses que l’on ne peut pas mettre à l’agenda. C’est dans l’air. Favoriser les échanges entre les gens, autour de la machine à café ou de la photocopieuse, partager des documents, des lectures, un bureau… C’est à n’importe quel moment, au contact des autres, que les idées apparaissent.

La bonne personne au bon poste

Le capital humain d’une entreprise est un maillon important de sa santé organisationnelle. Négliger la dimension humaine peut compromettre les activités d’une entreprise et engendrer des difficultés parfois insurmontables face au maintien de sa place dans l’économie des marchés.

L’importance que l’on accorde au choix de sa main-d’œuvre est une des clés de réussite d’une équipe performante et apte à s’adapter aux nouvelles réalités de l’économie. Miser sur de bonnes ressources favorise le développement de l’entreprise et crée une dynamique d’équipe cohérente. Par ailleurs, un mauvais choix apporte son lot de problèmes : insatisfaction de la clientèle, conflits internes, insatisfaction professionnelle, etc. Ceci engendre des coûts importants pour une entreprise, tels que : coûts de formation, de non performance et de remplacement.

Qui dit « bonne personne au bon poste » dit:

  • Une description du profil de l’entreprise a été élaborée et communiquée clairement (mission, valeurs, défis à venir, etc.);
  • Le poste a été évalué (environnement de travail, relations internes, niveau de responsabilités et de compétences, etc.);
  • Bonne évaluation du profil de la personne recherchée (qualités, compétences spécifiques, tempérament, niveau de formation, style de leadership, etc.);
  • Des avantages de rétention et d’attrait de la main-d’œuvre ont été communiqués.

Cette réflexion permet à l’entreprise de s’appuyer sur de bonnes assises afin de mettre en place un processus de recrutement et de sélection apte à sélectionner la bonne personne au bon poste, car faut-il le souligner : une personne qui n’est pas à sa place ne rend service à personne, encore moins à elle-même.

Bonne sélection!