Archives par mot-clé : marché travail

Rien ne sert de courir pour trouver son choix de programme!

choix de programmeLa date limite pour les inscriptions au cégep et à l’université approche à grands pas (1er mars). Pour être prêt à faire un choix de programme réfléchi et répondant vraiment à notre profil, il est important d’être proactif et de s’assurer d’avoir le temps requis pour bien explorer les possibilités et réfléchir à notre décision.

Si le besoin se fait sentir d’obtenir de l’aide et d’être accompagné par un coach en orientation ou en gestion de carrière, il faut d’autant plus s’y prendre à l’avance, car il s’agit bel et bien d’une démarche incluant plusieurs rencontres (nombre variable), qui demande du temps et de l’énergie. Il faut savoir que le coach, aussi compétent et expérimenté soit-il, n’est pas devin. Il n’a ni baguette magique ni boule de cristal. Son rôle est d’accompagner la personne dans son processus, l’aider à mieux se connaître, à explorer l’ensemble des possibilités dont regorge le marché du travail, et lui donner les outils pour qu’elle puisse faire un choix de programme éclairé, qu’elle pourra s’approprier. Il va sans dire que cela ne se fait pas en une seule rencontre, 2 jours avant la date limite d’inscription. Si on se place dans une telle situation, on risque fort de ne pas être dans un état d’esprit nous permettant un résultat concluant.

Les questions à se poser pour faire son choix de programme

Il faut donc dès maintenant se questionner : Ai-je fait mon choix de programme? Est-ce un choix de programme réfléchi, pour lequel j’ai les informations requises? Ai-je l’impression de tourner en rond et de ne pas avancer dans ma prise de décision? Ai-je besoin d’aide pour y voir plus clair? Il s’agit d’un choix important, qui mérite qu’on s’y attarde. Il y a tant d’établissements scolaires, de programmes, populaires ou méconnus, de nouvelles opportunités qui apparaissent chaque année! Un choix de programme comporte de nombreux défis : choisir en fonction de soi, de notre personnalité, nos valeurs, nos intérêts, s’assurer d’avoir les bonnes informations sur les possibilités qui nous attendent par la suite, selon la réalité du marché du travail…

Si la prise de décision s’avère claire et facile pour certains, elle peut être source d’insécurité, de stress et même d’anxiété pour bien d’autres! Il ne faut pas se sentir gêné d’avoir envie ou besoin d’être accompagné. Chaque individu étant unique, les différents défis rencontrés au cours d’une vie ne comporteront pas tous le même niveau de difficulté.

N’attendez donc pas à la dernière minute pour débuter le processus! Les bénéfices n’en seront que plus grands!

Pour prendre rendez-vous avec un coach de Parachute Carrière, contactez nous au 450.492.5050, poste 221.

 

 

AENS

(AENS) L’attestation d’équivalence de niveau secondaire

AENSDe nos jours, les employeurs sont de plus en plus sélectifs. Ils souhaitent avoir à bord de leur équipe des gens ayant une certaine scolarité. Ainsi, la plupart des postes offerts demandent maintenant de détenir un diplôme de secondaire V ou l’équivalent (AENS).

Si vous n’avez pas de diplôme d’études secondaires, une attestation d’équivalence d’études secondaires (AENS) est une méthode simple, rapide et efficace de s’ouvrir de nouvelles portes afin de pouvoir avoir toutes les chances possibles d’explorer des avenues qui pourront vous mener loin.

Que signifie une équivalence d’études secondaires?

Une attestation d’équivalence de niveau secondaire (AENS) permet de prouver que vous détenez un niveau de connaissance équivalant aux notions apprises pendant le secondaire. Il ne remplace pas un diplôme d’études secondaires (DES), mais il est reconnu par la majorité des employeurs comme étant un équivalent.

À quoi sert l’obtention d’une telle attestation?

L’objectif premier de cette attestation est de vous permettre, vous qui êtes sur le marché du travail ou qui souhaitez y retourner, de répondre aux exigences des employeurs qui, eux, souhaitent recruter des gens qui ont un niveau de connaissances équivalant au secondaire.

Cette attestation permet aussi de répondre aux préalables obligatoires nécessaires pour s’inscrire à une formation professionnelle ou technique, tout en vous permettant de valider vos capacités à traverser une activité de formation avant de vous engager dans une formation plus poussée où vous devrez engager des fonds.

Dans certains cas, le travail à faire pour l’obtention du diplôme devient un tremplin entre une période prolongée d’inactivité professionnelle et le retour sur le marché du travail. Cette période tampon permet de rebâtir une confiance en soi et de s’adapter aux changements qui surviendront avec le retour sur le marché du travail.

Comment obtient-on une attestation d’équivalence d’études secondaires (AENS)?

Pour obtenir son diplôme d’AENS, il faut passer des tests d’équivalence de niveau secondaire (TENS) reconnus par le Ministère de l’Éducation du Québec. Vous pouvez vous adresser à votre commission scolaire pour connaître les établissements qui offrent les tests près de chez vous.

Pour obtenir votre AENS, vous devrez réussir les examens suivants:

  • Français – Grammaire (obligatoire)
  • Français – Compréhension de texte (obligatoire)

Ainsi que 3 examens parmi les 5 suivants :

  • Mathématiques
  • Anglais
  • Sciences humaines
  • Sciences économiques
  • Sciences de la nature

Il faut donc cinq examens réussis sur sept pour recevoir votre attestation d’équivalence de 5e secondaire reconnue par le Ministère de l’Éducation.

Dans le cas d’un échec, vous avez droit à 1 examen de reprise dans chacune des matières. Si vous échouez au TENS, vous devrez attendre 1 an avant de pouvoir retenter votre chance dans une commission scolaire (tous les tests devront être refaits dans ce cas, même ceux que vous aviez réussis).

Generated button preview goes here

Comment se préparer aux tests d’équivalences d’études secondaires (TENS)?

Vous pourrez facilement trouver des documents pour vous aider à vous préparer à ces examens en faisant des recherches sur Internet.

Nous vous encourageons fortement à réviser une matière à la fois, puis à passer votre examen rapidement après votre révision. Ainsi, les notions seront fraîches à votre mémoire et vous maximiserez ainsi les chances de réussite.

Si vous désirez un encadrement plus structuré où un professeur prendra le temps de faire la révision avec vous, nous vous invitons à vous joindre à un groupe d’étude, tel que ceux offerts par Parachute Carrière. En effet, afin de favoriser votre réussite, ils offrent une formation semi-privée (très petits groupes) et adaptée aux besoins spécifiques de leur clientèle. Ils peuvent aussi faire une évaluation préalable afin d’évaluer la capacité de réussite avant d’investir temps, argent et efforts.

Grâce à cet encadrement personnalisé, 90% des participants ont réussi leur TENS et ont ainsi pu accéder à la formation convoitée ou se voir ouvrir de nouvelles avenues vers le marché du travail, en plus de gagner confiance face à leurs capacités.

Lien à consulter

Parachute Carrière peut vous aider!

Old Dutch

Old Dutch – La fermeture de l’usine

Old DutchLa perte d’un emploi est souvent un moment par excellence pour se repositionner face à sa vie professionnelle. Pour plusieurs personnes, telles que ceux et celles qui sont visées par une fermeture d’entreprise, cela permet aussi d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences afin de bonifier son expérience sur le marché du travail. Suite à la fermeture de l’entreprise Les Aliments Old Dutch à Montréal, Parachute Carrière a été mandaté pour offrir des mesures d’aide aux personnes licenciées. Ce qu’on appelle un Comité de reclassement. Suite à l’évaluation des besoins, le portrait des employés se définissait ainsi :

  • Faible niveau de scolarité pour une partie des salariés;
  • Forte présence immigrante, dont la scolarité n’avait pas été évaluée par le système d’évaluation des diplômes obtenus hors Québec;
  • Ancienneté élevée au sein de l’entreprise;
  • Pourcentage élevé de personnes unilingue anglophone ou maîtrisant peu les langues française ou anglaise;
  • Moyenne d’âge de plus de 40 ans.

Le comité de reclassement Old Dutch

Le comité de reclassement a permis aux personnes d’être informées sur le système scolaire québécois, le rôle et les politiques de retour aux études d’Emploi-Québec et la reconnaissance des diplômes pour les personnes immigrantes. En plus d’une information de pointe leur permettant de planifier leurs démarches, les personnes ont bénéficié d’un service d’orientation de carrière afin de faire le point sur leurs acquis professionnels. Par la suite, elles ont pu définir un plan d’action visant un retour aux études ou une remise en forme vers le marché du travail.

Pour les personnes licenciées, il s’agissait d’un moment privilégié pour faire une pause, le temps d’accepter la situation et de se questionner face à son avenir. Selon la situation de chaque personne, plusieurs avenues se sont dessinées : compléter un 5e secondaire, obtenir une équivalence de niveau secondaire, s’inscrire à une formation professionnelle de niveau secondaire (DEP, ASP, AFP) ou collégial (AEC) ou développer des compétences en langue française. Cependant ceci n’est qu’un exemple des services offerts à l’intérieur d’un comité de reclassement, les services sont toujours adapté aux besoins de l’entreprise et des travailleurs mis à pied.

Plusieurs personnes ont fait le choix de retourner à l’école et de donner un second souffle à leur vie professionnelle. Chapeau à ces personnes qui, malgré les défis qui les attendent, ont saisi l’opportunité qui leur était présentée de miser sur leurs forces pour entreprendre un nouveau parcours.

Les transitions sont certes beaucoup plus faciles à vivre lorsque les personnes sont encadrées, guidées selon des objectifs qu’elles apprennent à se fixer. Plus les gens ressentent qu’ils ont du pouvoir sur leur cheminement, plus leur période d’inactivité professionnelle est réduite. Et c’est ainsi que rapidement, ils sont mobilisés vers l’avenir en fonction de nouveaux projets. C’est le rôle des spécialistes en transition de carrière d’accompagner les gens à travers le comité de reclassement. Faciliter le parcours, voilà ce qui intéresse les professionnels de Parachute Carrière!

Qu’il s’agisse de planifier la transition d’une ou plusieurs personnes, ou pour en savoir davantage sur comment implanter un comité de reclassement, n’hésitez pas à nous contacter afin de planifier une rencontre d’information concernant nos différents services professionnels clés en main. 450.492.5050 poste 223.  Sylvain Maher, CRHA, c.o.

Voici l’annonce de la fermeture paru dans le journal Le Devoir 

Programme d’aide au licenciement et transition de carrière

L’annonce d’’un licenciement est un choc pour la majorité des personnes. L’événement nous fait souvent perdre nos moyens et une série d’étapes s’enclenchent (déni, colère, tristesse, etc.). La durée varie d’une personne à une autre. Il n’est pas rare alors de constater une perte de confiance en ses compétences ou de sens face à sa vie professionnelle. Un licenciement est un véritable deuil et amène son lot de questionnements face à l’avenir.

  • Est-ce que je peux me réintégrer facilement au marché du travail?
  • Est-ce que mes compétences sont à jour?
  • Comment faire une recherche d’emploi efficace et adaptée au marché d’aujourd’hui?
  • Qu’est-ce que je peux faire d’autre?

Voilà autant de questions à répondre suite à une perte d’emploi.

Saviez-vous que lors d’une mise à pied, vous pouvez bénéficier d’un programme d’aide au licenciement pour accompagner votre transition de carrière? Lors du processus d’entente de fin d’emploi, il vous est permis de demander à l’employeur la possibilité de bénéficier d’une aide à votre réorientation sur le marché du travail.

Programme d’aide au licenciement

Ce service est dispensé par un membre d’un ordre professionnel spécialisé en gestion de carrière à qui l’entreprise confie le mandat de vous accompagner. Il s’agit d’un service communément appelé réaffectation ou transition de carrière et est offert de façon personnalisée à toute personne en perte d’emploi. Dès l’annonce de la mise à pied, le professionnel prend en charge votre dossier et assure un accompagnement structuré et rassurant. Plusieurs mesures d’aide au licenciement sont prévues dans le cadre de ce programme (élaboration d’un CV Marketing, bilan de compétences, counseling en recherche d’emploi, préparation aux entrevues, etc.).

Pour un employeur, offrir un tel service est une façon de remercier sincèrement son employé pour ses services. Être accompagné lors d’un programme d’aide au licenciement, ça peut faire toute la différence entre «subir» une perte et «découvrir» de nouveaux horizons et défis professionnels où mettre à profit ses compétences.

Ainsi, n’hésitez pas à demander une telle mesure d’accompagnement en négociant votre indemnité de cessation d’emploi. Pour l’employeur c’est peu, mais pour vous, ça aide assurément à mieux rebondir!

Programme d’aide pour mieux remercier vos employés.

Programme de soutien au licenciement collectif

Établir ses objectifs professionnels en 4 points

Certaines personnes se font rapidement une idée de leurs objectifs professionnels et d’autres évoluent sur le marché du travail au gré des opportunités. Il n’y a pas de meilleur parcours, encore moins de parcours unique ou linéaire. Toutefois, il arrive fréquemment de souhaiter faire un changement de carrière pour mieux se réaliser ou pour obtenir un emploi qui corresponde davantage à ses besoins. Ce n’est pas une simple tâche de bien choisir parmi les nombreuses professions existantes. Les questions suivantes pourraient s’avérer pertinentes si vous souhaitez réfléchir à un nouveaux choix de carrière:

1. Quelles sont mes expériences de travail ?

Faites un tour d’horizon de vos expériences de travail (bilan professionnel) en faisant ressortir les aspects positifs et négatifs de chaque poste occupé. En effet, ce simple exercice vous permettra de mettre en évidence les compétences et qualités développées à travers votre parcours.

2. Qu’est-ce qui m’allume et me passionne?

Un intérêt qui revient sans cesse depuis des années peut s’avérer révélateur. Pensez aux activités et au temps que vous allouez à celles-ci. Peut-être vous conduiront-elles vers des pistes intéressantes. Ensuite, déterminez les métiers qui sont reliés indirectement ou directement à vos objectifs professionnels.

3. Qu’est-ce que je veux retirer du travail ?

Chacun a des attentes différentes face au marché du travail. Pour certains, ce sont les conditions salariales. Pour d’autres, c’est la stabilité. Il est important de vous arrêter pour déterminer les conditions recherchées entourant votre prochain environnement de travail: la mobilité, travailler dans un environnement stimulant, avoir la capacité de soumettre ses idées et prendre des initiatives, aider les autres, transmettre ses connaissances, exercer du leadership, etc.

4. Est-ce que je possède les acquis pour atteindre ma cible (formation, expériences, qualités) ?

Pour répondre à cette question, il est important de prendre les devants et de s’engager face à sa démarche. Par exemple, il peut être vraiment profitable de questionner les personnes qui exercent le métier visé et obtenir l’information en lien avec cet emploi, à l’aide de sources documentaires ou sur Internet. Il peut être pertinent de vous demander combien de temps vous êtes prêt à investir dans un retour aux études, s’il y a lieu. En visitant certaines écoles où vous avez identifié des intérêts de formation, laissez-vous imprégner de l’environnement en imaginant un futur possible. Plusieurs établissements offrent même la possibilité d’y devenir «élève d’un jour».

Pour obtenir davantage d’aide pour établir vos objectifs professionnels :

Découvrez notre trousse d’orientation Se réorienter chez soi et à son rythme, prête à télécharger.

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore fixé un choix de carrière, permettez-lui de le découvrir grâce à notre outil d’orientation autonome : Le choix de carrière en 4 étapes.

objectifs professionnels