Archives par mot-clé : orientation carrière

métiers sports et loisirs

22 métiers des sports, loisirs et tourisme où ça bouge

métiers sports et loisirsLes métiers des sports, loisirs et tourisme compte 22 métiers où ça bouge. Ceux-ci sont répartis comme suit : six au niveau secondaire et professionnel, 11 au niveau collégial et cinq au niveau universitaire.  En voici cinq tirés de l’ouvrage 350 métiers où ça bouge.

Kinésiologue (universitaire)

Le kinésiologue est un professionnel de la santé, spécialiste de l’activité physique.  Il utilise le mouvement à des fins de prévention, de traitement et de performance. Une vidéo permet d’en apprécier son champ d’activité.

Récréologue (universitaire)

Le récréologue est responsable de planifier, organiser et d’animer des activités récréatives, sportives, sociales ou culturelles. Il intervient auprès de toutes clientèles ou d’une clientèle spécifique selon les milieux. Il pourra aussi concevoir et élaborer de nouveaux programmes et loisirs qui répondront aux besoins spécifiques de la clientèle de l’organisation où il travaillera. Cette vidéo présente un bon aperçu de sont intervention au sein d’une résidence.

Guide interprète du patrimoine (collégial)

Le guide interprète du patrimoine prépare et anime des activités éducatives ou récréatives. Son but est d’aider le grand public ou des clientèles cibles (élèves, touristes étrangers, etc.) à découvrir le patrimoine culturel ou naturel mis en valeur par un organisme. Il élabore et présente des programmes d’interprétation (brochures, expositions, démonstrations, etc.). Il organise et dirige des visites guidées, présente des explications sur des collections d’objets, des édifices, des artefacts.  Aussi, il participe à la promotion d’activités d’interprétation du patrimoine, assure l’intégrité et la sécurité des collections du milieu visité et veille au respect des règlements de sécurité.

Moniteur de loisirs (collégial)

Le moniteur de loisirs coordonne et anime les activités (sports, jeux, musique, théâtre, arts, etc.). Il intervient dans un centre de plein air, un centre communautaire, un club sportif ou pour un organisme municipal. À cette fin, il s’assure de la disponibilité et du bon état des ressources matérielles nécessaires au déroulement des activités. Aussi, il enseigne les éléments techniques, théoriques ou pratiques liés aux activités proposées. Le cégep de Saint-Jérôme présente un programme de gestion et intervention en loisirs.

Cascadeur (formations professionnelles)

Le cascadeur réalise des spectacles ou démonstrations de toutes sortes pour le cinéma, la télévision, la publicité. Il établit avec le réalisateur de la production ou l’organisateur de l’événement ses besoins et ses intentions en termes de présentations. Ensuite, il élabore des plans et les opérations nécessaires afin d’effectuer les cascades nécessaires (combats simulés, accidents automobiles, poursuites automobiles, chutes, torches humaines, etc.). Plusieurs cascadeurs professionnels diront que la meilleure formation ne se suit pas dans une école de cascadeurs mais plutôt en pratiquant diverses cascades sur le terrain sous la supervision d’un cascadeur professionnel. Mais, il n’est jamais mauvais d’avoir acquis les techniques de base dans le cadre d’un cours de cascadeur professionnel.

Valider son choix de carrière

Si vous souhaitez valider un choix de carrière dans un domaine qui vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter pour une démarche d’orientation à Terrebonne ou à Saint-Jérôme.

choix de carrière

Comment aider son jeune à faire son choix de carrière au secondaire ?

choix de carrière au secondaireÀ 15 ou 16 ans, il peut être un véritable casse-tête de décider ce qu’on va faire de sa vie. Ainsi, la présence des parents dans ce cheminement peut s’avérer précieuse pour tout adolescent à la recherche de son choix de carrière au secondaire. Voici quelques pistes de réflexion pour vous aider à guider votre jeune vers un choix de carrière.

Observez et discutez

Prenez le temps de vous arrêter et d’observer votre jeune. Quels sont ses intérêts? Dans quelle matière a-t-il plus de facilité? Quelles sont ses forces, ses qualités? Quels sont ses rêves présentement et quels étaient ses rêves étant enfant «Quand je serai grand, je serai…»? Aussi, de quels sujets vous parle-t-il avec passion? Vous a-t-il déjà parlé de métiers qui l’intriguaient?

N’hésitez pas à ouvrir une discussion suite à vos observations. Posez des questions. Écoutez attentivement les réponses. Faites-lui part de vos observations et commentaires avec respect. Lancez des suggestions de pistes à explorer. Il s’agit d’une énorme décision à cet âge. La majorité des jeunes vont apprécier avoir la chance de discuter avec ses parents.

Procurez-lui un outil de décision

La trousse d’orientation à distance Le choix de carrière au secondaire en 4 étapes vous permet, comme parent, d’accompagner votre enfant s’il le souhaite. En parcourant quatre étapes incontournables, cet outil d’orientation permet d’identifier son profil d’intérêts, d’explorer des métiers possibles et de sélectionner des choix réalistes.

LE CHOIX DE CARRIÈRE EN 4 ÉTAPES

Une discussion ressentie

Partager avec vos enfants de vos propres erreurs face à votre choix de carrière. Ou encore, de vos regrets face à votre choix de carrière peut être intéressant. La vie professionnelle semble changer de génération en génération. Cependant, une discussion honnête et ressentie peut sensibiliser votre jeune face à son choix de carrière.

SON choix de carrière, pas le vôtre

Il s’agit ici peut-être de la partie difficile pour le parent : respecter le choix de son enfant. Il ne faut jamais oublier qu’il s’agit du choix de carrière de l’enfant et non de l’adulte. À moins qu’il ne s’agisse d’activités criminelles, il est recommandé d’encourager son jeune à faire un choix de carrière lié à ce qui le passionne. Bien entendu, on peut discuter des pour et des contre des intérêts professionnels de notre jeune. Et l’inviter à avoir une perspective globale du choix de carrière qu’il s’apprête à prendre.

De longues études, c’est payant ?

Plusieurs parents souhaitent que leurs enfants obtiennent un diplôme universitaire, car ils croient que ce sera assurément payant. Toutefois, il ne s’agit pas d’une certitude. Aller à l’université à reculons, ce n’est pas nécessairement agréable ni bénéfique.

Il faut savoir que certains métiers sans diplôme universitaire peuvent être payants. Par exemple, électricien, directeur commercial dans un concessionnaire automobile, grutier, plombier, massothérapeute, représentant des ventes, etc. Les avenues sont nombreuses.

Bien entendu, il faut un salaire minimum pour vivre, mais ce minimum diffère pour chacun. Si votre jeune est heureux avec la moitié de votre salaire, ce sera son choix! Vaux mieux une personne heureuse professionnellement, mais moins nantie, qu’un riche malheureux !

Je ne sais plus comment l’aider!

Découvrez notre trousse d’orientation à distance pour les jeunes du secondaire et du collégial : Le choix de carrière en 4 étapes.

CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ

démarche d'orientation

C’est quoi une démarche d’orientation?

démarche d'orientationOn nous demande souvent en quoi consiste une démarche d’orientation de carrière. C’est une bonne question, car cette expression qui réfère à une consultation professionnelle, n’est pas aussi explicite que celles utilisées par d’autres professionnels, tels les avocats, médecins ou comptables. En effet, on sait facilement à quoi s’attendre si l’on souhaite « un avis juridique », « un examen médical » ou un « bilan financier ».

Le monde des tests d’orientation

Trop souvent associée à la passation de tests, une démarche d’orientation n’est pas une mécanique psychométrique. Oui, ce serait vraiment merveilleux si un test pouvait enfin décider de notre vie!  Ou encore, de notre carrière idéale, de notre dose optimale de stress, de l’environnement de travail favorable à notre personnalité, de nos valeurs, de l’école parfaite. Ce serait bien si un simple test pouvait nous aider à nous dépasser. Ou encore, à développer des mécanismes d’adaptation devant ce qui nous effraie, valoriser nos ressources. Si ce n’est , d’établir le bilan de nos compétences, aller au cœur de notre vérité, dépasser ce qui nous limite, développer sa confiance en soi, mettre à profit un potentiel en veilleuse. Quel monde magique ce serait, le monde des tests!

Des outils spécialisés

Les tests d’orientation professionnelle sont utiles lorsqu’on souhaite obtenir une information précise. Tels qu’utilisés en médecine ou en recrutement, ils offrent une sorte de radiographie localisée sur ce qu’on souhaite voir de près. Ils sont des outils spécialisés, tout comme ceux utilisés en imagerie médicale, en inspection, menuiserie ou arpentage, par exemple. Aucun test d’orientation ne prédira l’avenir. On entend parfois : « La conseillère va te faire passer des tests pour t’indiquer quoi faire dans la vie ». Un conseiller ou une conseillère d’orientation n’a rien d’une cartomancienne ou d’un lecteur de tarot. Ça peut paraître aller de soi, mais ce n’est pas le cas.

Une relation d’aide

Une démarche d’orientation, c’est une relation d’aide. Le but de cette relation d’aide : éclairer votre prise de décision. Lorsque vous consultez un notaire, un avocat, un comptable ou un médecin, ceux-ci posent une évaluation professionnelle de votre situation. Ceci, pour vous aider à identifier des possibilités. Plus la situation s’éclaire, plus vous devenez apte à prendre une décision qui fait du sens à vos yeux. C’est pareil lorsque vous consultez un professionnel de l’orientation.

La confusion, l’indécision, l’inquiétude et une multitude d’émotions associées à la peur, créent des fossés qui empêchent de voir clair. Lors d’une démarche d’orientation, vous déposez vos bagages afin d’entrer en contact avec vos ressources. Lorsque c’est fait, vous avez accès à vos réponses et à ce qui fait du sens pour vous. Et c’est possible, souvent sans aucun test! Ça nécessite toutefois une collaboration active de la personne. En effet, plusieurs exercices, travaux de réflexion et activités de bilans sont au menu.

Pour une variété de raisons, certaines personnes ne peuvent pas consulter un conseiller d’orientation en cabinet privé. Si tel est votre cas, découvrez notre démarche d’orientation chez soilaquelle s’adresse aux adultes qui souhaitent se réorienter.

Le nombre de rencontres en orientation de carrière

Une démarche d’orientation ça diffère d’un professionnel à un autre. Si une seule rencontre pouvait tout éclairer, ce serait vraiment extra, mais c’est plutôt rare. Combien de rencontres faut-il pour un mal de dos? Pour des soins en orthodontie? Des suivis en nutrition? Une thérapie? Plusieurs rencontres sont requises, bien sûr. Pour une question technique ou ponctuelle, une seule rencontre peut sans doute suffire.

Toutefois, si vous n’êtes plus heureux au travail, vivez un épuisement professionnel ou si votre vie professionnelle ne fait plus de sens, une heure de consultation ne sera pas suffisante. En effet, comment aborder en peu de temps, une problématique qui s’est construite au fil des mois, des années?

Pour une démarche rapide ou à votre rythme, nous vous suggérons notre trousse d’orientation autonome Se réorienter chez soi, laquelle vous pouvez télécharger et réaliser chez vous.

Démarche d'orientation pour adulte

Où travaillent les professionnels de l’orientation?

Les conseillers et conseillères d’orientation ne travaillent pas seulement dans les écoles comme beaucoup de gens le croient. Sur les 2458 conseillers d’orientation actuellement en exercice, 45% interviennent dans le secteur de l’éducation, au niveau secondaire, collégial et universitaire. Les autres sont actifs au sein des organismes d’employabilité associés à Emploi-Québec, les cabinets conseils privés, la fonction publique, les entreprises, les centres de réadaptation et pour le secteur de la Santé et des services sociaux.

Une consultation privée et confidentielle

Pour conclure, j’ajouterais qu’une démarche d’orientation, c’est un espace privé et confidentiel permettant d’aborder une large variété de questionnements en lien avec sa carrière. Dotés d’un cadre déontologique et d’un code d’éthique régissant leur pratique, les professionnels de l’orientation de carrière sont des ressources spécialisées dans la relation travail-formation-individu. Peu importe où ils travaillent, que ce soit au public, au privé ou au sein d’organismes, ils sont prêts à vous accompagner de sorte à voir plus clair dans vos choix. Et ce ne sont pas les choix qui manquent, tout au long de la vie, du secondaire jusque par delà la retraite.

Choix de carrière des jeunes

Si votre jeune est au secondaire et n’a pas encore effectué un choix de carrière, n’hésitez pas à lui procurer notre outil d’orientation autonome: Le choix de carrière en 4 étapes, laquelle permet une exploration chez soi et à au rythme du jeune.

Orientation pour les jeunes du secondaire et cégep

La cote R

cote rAu secondaire, lorsqu’un élève effectue une demande d’admission dans un cégep, c’est sa moyenne générale du secondaire qui sera généralement évaluée lors du processus de recrutement au collégial.

Quelques années plus tard, si l’étudiant souhaite poursuivre des études universitaires à la fin de ses études collégiales, son admission sera considérée sur une autre base que la moyenne générale : c’est la cote R qui sera évaluée. De nombreux étudiants admettent que la cote R est une base d’admission beaucoup plus difficile à comprendre et donc, à contrôler. En effet, car elle ne dépend pas uniquement de la performance académique de l’étudiant, mais également de la force de son groupe.

Une cote R est attribuée à tous les cours suivis par l’étudiant. Par la suite, en retirer une cote finale qui est déterminée par la moyenne de chaque cours. Les pondérations de la cote R varient entre 20 et 35. Plus la cote est élevée, meilleures sont les chances d’accéder à des programmes contingentés. Pour bien comprendre le fonctionnement de la cote R, il faut connaitre son prédécesseur, la cote Z qui compare la note de l’étudiant à la moyenne de son groupe.

Comprendre la cote Z pour mieux comprendre la cote R

Afin de mieux vous permettre de saisir le principe de la cote Z, j’utiliserais l’exemple de deux étudiants qui souhaitent intégrer un programme universitaire similaire. Éliane et Olivier ont tous les deux 85% dans leur cours de chimie. Ils suivent leur cours respectif dans deux groupes différents et n’ont pas le même enseignant. Le professeur d’Éliane a la réputation d’être particulièrement sévère lors de la correction de ses examens et la moyenne de classe est de 70%.

Le professeur d’Olivier, quant à lui, fait preuve d’une plus grande souplesse dans ses évaluations. La moyenne de sa classe est de 83% aux examens finaux, car les élèves ont naturellement une plus grande facilité à réussir dans son groupe. Si nous nous arrêtions uniquement à la cote Z, ces deux étudiants, qui ont les mêmes résultats aux examens auraient des pondérations différentes. La cote d’Éliane serait plus élevée que celle d’Olivier. Comme bien des étudiants au cégep, les deux amis pourraient se sentir perplexes en comparant leurs résultats académiques.

La cote Z et le principe du mouton noir académique

Cette différence s’explique par le fait que le calcul de la cote Z accorde une place importante au groupe dans lequel l’élève se situe. La note de chaque étudiant est comparée à la moyenne des résultats du groupe. Plus la note de l’étudiant est forte par rapport à un groupe faible, plus il aura de chance d’obtenir une cote élevée. C’est pourquoi Éliane a obtenu une cote plus élevée.

Avec un résultat de 85%, elle s’est démarquée d’un groupe dont la moyenne était de 70%. Nous parlons tout de même d’un écart de 15 points de plus que l’ensemble de ses collègues! Malheureusement, Olivier, quant à lui, doit composer avec une cote beaucoup plus faible qu’Éliane. Bien qu’il ait également eu 85%, il devient difficile de se démarquer dans un groupe dont la moyenne est 83% (seulement 2% d’écart).

L’indice de force du groupe pour équilibrer le tout

Comme vous l’avez constaté, la cote Z peut créer certaines injustices et ne démontre pas les résultats des étudiants de façon équitable. Avec un tel calcul, il était difficile pour les universités de savoir si la cote d’un groupe fort était réellement due au fait que les étudiants étaient plus performants. C’est pourquoi les établissements d’enseignement ont décidé d’ajouter un calcul supplémentaire. Celui-ci permet de confectionner la fameuse cote R : l’indice de force du groupe.

L’indice de force du groupe tient compte des résultats obtenus en quatrième et cinquième secondaire. Si les élèves ont eu de faibles résultats au secondaire, l’indice de force du groupe sera faible. S’ils ont obtenus de bons résultats, l’indice sera plus élevé. Cet indice vise à permettre aux étudiants ayant de bons résultats de parvenir à se démarquer des autres. Et de façon plus juste, puisque ce sont les résultats antérieurs qui sont considérés lors de l’évaluation.

Il fallait éviter toute erreur ou biais relatif à l’enseignant. Les cégeps ont donc choisi de considérer l’ensemble des résultats acquis en 4e et 5e secondaire pour en faire une moyenne X.

Ce n’est donc plus uniquement la sévérité du professeur qui est en cause. Mais les élèves eux-mêmes devant la moyenne de leurs propres résultats. Les calculs deviennent donc beaucoup plus équitables, car l’indice de force du groupe permet de démontrer le niveau de difficulté de se démarquer du groupe et d’ajuster la cote R en conséquence de celui-ci.

Se réorienter en première année de cégep

Plusieurs jeunes consultent en première années de cégep. Par exemple, lorsqu’ils voient que leur cote R ne sera pas assez forte pour être admis dans un programme contingenté. Pour explorer de nouveaux choix de carrière, la trousse d’orientation à distance : Le choix de carrière en 4 étapes est un outil tout indiqué.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ EN 4 ÉTAPES

Comment faire pour augmenter sa cote R?

Il n’y a pas de secret ou de recette magique. Il faut mettre les efforts afin que les résultats nous permettent de nous démarquer du lot.

Comment savoir si ma cote R est suffisante pour accéder au programme universitaire qui m’intéresse?

Chaque établissement d’enseignement met en ligne les conditions requises pour accéder à ses programmes. Vous pourrez donc y trouver la cote R nécessaire pour y accéder. Vous pouvez aussi faire une recherche sur le site : Cote R . La cote R minimale pour une multitude de programmes dans les différentes universités québécoises est présentée.

Besoin de plus d’information sur le calcul de la cote R?

Le vidéo suivant saura vous éclairer : Info Cote R