Archives par mot-clé : orientation professionnelle

Se réorienter

Se réorienter sans tout fracasser

Pourquoi vouloir se réorienter?

Plusieurs raisons nous poussent à vouloir nous réorienter. Certains le font par choix, d’autres par obligation. Le marché du travail évolue, et ce très rapidement. Certains métiers qui existaient encore il y a dix ans ont disparu ou tendent à disparaître bientôt. L’arrivée des nouvelles technologies qui a propulsé l’innovation à un sommet jamais inégalé transforme constamment l’industrie. Les algorithmes et les appareils intelligents en sont de bons exemples. Toutes ces avancées modifient la nature des emplois.

Se réorienter : remettre en question ses choix

D’un côté, il y a ceux et celles qui pourraient continuer à travailler dans leur domaine, mais par choix, ne le font pas. On remarque que les personnes se situant dans la tranche d’âge de 40 à 55 ans se distinguent par leur remise en question. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène :

  • le désir de se surpasser tend à diminuer, puisqu’ils n’ont plus rien à prouver à personne d’autre qu’à eux-mêmes;
  • leurs valeurs changent et ainsi, si l’emploi qu’ils occupent n’y correspond plus, ils préfèrent choisir un environnement plus sain;
  • le salaire n’est plus un motif principal de motivation;
  • leurs disponibilités ont changé, les enfants devenus grands, ils peuvent penser à eux;

Se réorienter par obligation

D’autre part, il y a ceux et celles qui se voient dans l’obligation de changer de carrière. Comme mentionné précédemment, certains métiers disparaissent. Les industries manufacturières remplacent les journaliers assujettis à des tâches répétitives par des robots exécutant plus rapidement et plus précisément ces mêmes tâches, les postes de caissières sont remplacés par des caisses offrant la possibilité de se servir soi-même, la tendance au cocooning libère les salles de cinéma, etc. Tous ces employés doivent donc se réorienter. Il y a aussi ceux qui sont accidentés de la route, du travail ou suite à une maladie mentale ou physique, qui ont des limitations les obligeant à changer de métier.

Quoi qu’il en soit, la meilleure façon de vivre cette transition est de la voir positivement. Savoir se respecter dans ses limites, mettre de l’avant ses forces, respecter nos besoins, valeurs et intérêts, telle est la clé du succès!

Se réorienter sans consulter

La trousse d’orientation numérique : Se réorienter permet une réorientation à son rythme, dans le confort de son domicile.  Découvrez des carrières orientées sur votre profil d’intérêts, sur vos valeurs et sur vos critères de satisfaction personnelle.

La trousse d’auto-coaching : Le projet professionnel permet d’identifier des projets d’avenir orientés sur ses acquis.

conseiller d'orientation

Conseiller d’orientation : pourquoi et quand faut-il en rencontrer un?

conseiller d'orientationLe rôle d’un conseiller d’orientation

Un conseiller d’orientation a pour mission d’aider des personnes à définir un cheminement scolaire ou professionnel réaliste et réalisable. Il les aide dans leurs démarches en élaborant et utilisant différents moyens :

  • entrevues individuelles ou de groupe
  • tests psychométriques (tests de personnalité, tests d’évaluation des aptitudes, tests d’évaluation des intérêts, etc.)
  • méthodes de recherche d’emploi
  • et du coaching visant à cerner la voie professionnelle qui leur convienne.

Les champs d’expertise d’un conseiller d’orientation

On croit que les services des conseillers d’orientation sont exclusivement réservés aux problématiques relatives à l’orientation. Le parcours d’une carrière peut engendrer de nombreux questionnements. Aussi, un besoin de retrouver ses repères professionnels, de faire le point. Ces remises en question peuvent entraîner des impacts importants sur le fonctionnement de l’individu et à la maison.

Selon l’Ordre des Conseillers et Conseillère d’Orientation du Québec, ces professionnels peuvent intervenir sur l’ensemble des éléments de la vie professionnelle.

  • Un individu vivant des indécisions et remises en question relatives au choix de carrière. De plus, il peut uniquement avoir besoin de quelques informations et éclaircissements sur le choix d’une formation vers un métier. Finalement, d’autres auront besoin d’interventions approfondies et des exercices de connaissance de soi.
  • Des personnes ayant de la difficulté à conserver un emploi ou à s’insérer sur le marché du travail. En effet, une démarche peut permettre d’améliorer ses chances d’être embauché. Ou encore, de conserver un emploi en identifiant les problématiques liées à son insertion professionnelle.
  • Redéfinir son parcours professionnel en choisissant de se réorienter. D’autres peuvent y être contraints suite à des limitations physiques. Les personnes qui souhaitent explorer des projets de réorientation peuvent aussi le faire à leur rythme et à partir de leur domicile. La trousse d’orientation Se réorienter, développée par des conseillers d’orientation est un outil précieux.
  • Des travailleurs désirant connaitre de nouvelles perspectives de carrière peuvent recevoir les services d’un conseiller d’orientation. Un bilan de compétences s’avère une alternative intéressante. De plus, cela vise à prendre conscience du bagage de l’individu afin de s’en servir pour mieux avancer.
  • Les retraités et futurs retraités consultent les conseillers d’orientation. Cette étape s’avère être un grand changement dans leur vie. Cela demande une planification rigoureuse des années à venir.

Se réorienter à partir de son domicile?

Vous songez à vous réorienter ou désirez explorer des choix de carrière à partir de votre domicile et à votre rythme, découvrez: Se réorienter chez soi.

Découvrez notre trousse d’orientation à distance pour les jeunes du secondaire et du collégial : Le choix de carrière en 4 étapes.

Le mentor: un allié pour votre future carrière

mentorVous êtes finissant, mais vous n’avez aucune idée de ce qui vous attend sur le marché du travail ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul. D’après un sondage réalisé par Vision Critical, 54 % des Canadiens interrogés croient que les jeunes sont « loin d’être préparés à répondre aux besoins des nouveaux emplois ». Comme piste de solution, ce sondage recommande un investissement intensif dans le mentorat afin d’aider les jeunes dans leur recherche d’emploi. Qu’à cela ne tienne, il est plus facile qu’on ne le croit de se trouver un mentor.

Qu’est-ce qu’un mentor ?

Un mentor est avant tout un accompagnateur. Maître dans son domaine, il vous aide à acquérir de l’expérience sans rien demander en retour. Il connaît les embûches dans lesquelles vous risquez de vous retrouver, mais connaît aussi les moyens de les contourner. Disponible, il est à la fois conseiller et confident. Par contre, la qualité la plus importante que doit posséder votre mentor est sa capacité à éveiller en vous un sentiment d’admiration et d’inspiration.

Qui peut être votre mentor ?

Prenez un instant de réflexion. Quelle personne serait apte à détenir des qualités aussi admirables ? Il se pourrait même que vous en côtoyez plusieurs sans vous en apercevoir. Les membres de votre famille, proche ou élargie, sont vos premiers modèles. Vos amis peuvent également être habiles pour tenir ce rôle, à la condition qu’ils aient une expérience professionnelle suffisante.

Si vous ne trouvez personne à la hauteur de vos espérances, il est possible de poursuivre vos recherches en tenant compte de votre domaine d’études. Par exemple, demandez à un de vos professeurs ou chargés de cours s’il peut vous référer à un expert en la matière. Vous pouvez aussi contacter l’association professionnelle liée à votre futur métier et vous y inscrire à titre de membre étudiant. Ou, si vous préférez vous lancer en démarrage d’entreprise, pourquoi ne pas contacter un entrepreneur associé à votre secteur ? Cependant, faites attention à ne pas devenir un de ses concurrents directs par la suite.

Ne jamais hésiter

Vous croyez avoir trouvé votre mentor idéal, mais ne lui avez pas demandé ? N’attendez pas plus longtemps et foncez ! Vous n’avez aucune raison de vous sentir intimidé. Rappelez-vous que cette personne a déjà été jeune et sans expérience. Elle pourrait même être impressionnée par votre attitude.

Si votre personne modèle accepte de vous aider, la prochaine étape consistera à développer avec elle une relation professionnelle. Malheureusement, il n’existe pas de recette miracle, chaque relation étant unique. Or, il n’en tient qu’à vous, ainsi qu’à votre nouveau mentor, de vous entendre sur les ingrédients nécessaires à votre partenariat. C’est ainsi qu’on parvient à se gagner un allié, non seulement pour votre carrière, mais aussi pour la vie.

Prêt à explorer un nouveau choix de carrière?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore identifié un choix de carrière, nous l’invitons à parcourir notre trousse: Le choix de carrière en 4 étapes. Son engagement à travers les étapes de cette trousse lui permettra de fixer un choix de programme ou un choix de carrière de façon assurée.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ

recherche d'emploi

Six attitudes à éviter face à la recherche d’ emploi

attitudes à éviterChez Parachute Carrière, nous utilisons la méthode entrepreneuriale d’insertion professionnelle (MEIP) en recherche d’emploi. Cette approche est fondée sur le développement d’une attitude fondamentale pour assurer son autonomie professionnelle, soit l’esprit d’entreprise. Pour illustrer certains de ses fondements, nous avons défini six attitudes et comportements à éviter. Ceci, pour la bonne raison qu’ils font tous échec à l’esprit d’entreprise. En effet, lorsqu’on souhaite avoir du succès dans sa recherche d’emploi, c’est-à-dire obtenir des résultats, il vaut mieux éviter les énergies improductives. 

Les six attitudes à éviter en période de recherche d’emploi :

1. L’attitude Petit Poucet

Aller remplir des demandes d’emploi d’une entreprise à une autre (pour ceux qui le font encore), sans même rencontrer la personne responsable du service où l’on souhaite intervenir.

2. L’attitude devinette

Acheminer votre CV en inscrivant « N’importe quoi », lorsqu’on demande d’indiquer pour quel emploi vous postulez. Ou encore, faire parvenir massivement son CV par courriel à des adresses « info@xyz.com » sans indiquer à quel titre vous offrez vos services.

3. L’attitude Y’en ont besoin partout

Acheminer votre CV un peu partout, par courriel, sans savoir si votre offre est pertinente avec les profils carrière de l’entreprise.

4. L’attitude 6/49

Remplir des demandes d’emplois (si vous le faites encore), acheminer votre CV de façon aléatoire en tant que candidature spontanée, puis attendre que le téléphone sonne.

5. L’attitude marathon

Consulter les rubriques, sites d’offres d’emploi ou autres et envoyer votre CV en même temps que 300 autres personnes qui postulent au même emploi.

6. L’attitude Y’en a pas de job!

Ne pas avoir de projet. En effet, si vous vous reconnaissez à travers cette famille d’attitudes, il est grand temps de joindre un groupe de recherche d’emploi. Ou encore, contacter un conseiller en développement de carrière ou un spécialiste de l’orientation. Bien sûr, un professionnel vous aidera à identifier un projet professionnel qui puisse avoir du sens à vos yeux. Lorsque vous aurez identifié celui-ci, croyez-moi, vous aurez le goût d’entreprendre. Votre esprit d’entreprise sera agréablement ravivée; tout comme votre moral, d’ailleurs.

Consultez la série recherche d’emploi Entreprendre pour obtenir des trousses d’auto-coaching vous permettant de développer votre esprit d’entreprise. En effet, ces documents vous feront cheminer, étape par étape. D’abord, on vous guidera vers la définition d’un projet mobilisant. Ensuite, on vous fera vivre, de façon enthousiaste, la réalisation de votre projet jusqu’à l’étape de l’entrevue et bien plus!

Choisir une orientation?

Si par ailleurs, vous souhaitez explorer des métiers ou nouveaux projets de carrière, nous vous invitons à découvrir nos deux trousses d’orientation. La première est destinée aux jeunes du secondaire ou du collégial: Le choix de carrière en 4 étapes. La seconde est destinée aux adultes qui souhaitent se réorienter : Se réorienter chez soi.  Dans les deux cas, vous devrez passer un test d’orientation. À l’aide d’une base de données, vous aurez accès aux métiers en lien avec votre profil. Vous serez ensuite guidé vers les étapes permettant de valider votre nouvelle orientation. Les deux trousses sont téléchargeables immédiatement.

comité d’aide au reclassement

MABE Canada : La mise en place d’un comité d’ aide au reclassement

aide au reclassementLa décision de fermer une usine fait partie des responsabilités les plus difficiles à assumer pour des gestionnaires. Et c’est une situation très difficile à vivre pour des employés. Bien que le choc soit grand auprès du personnel, la volonté des principaux gestionnaires à vouloir que la transition se passe bien favorise grandement la réorientation des employés.

Fermeture de Mabe Canada

L’expérience de la fermeture de Mabe Canada est exemplaire. La direction de l’entreprise a choisi d’offrir à ses employés des mesures de reclassement qui dépassent la norme habituelle. Les employés ont été supportés et outillés de sorte à assurer la réussite des processus de transition de carrière.

La mise en place d’un comité d’ aide au reclassement dès l’annonce de la fermeture a permis aux employés de faire une démarche complète d’orientation professionnelle. Et aussi, de cibler des projets de réorientation de carrière par le biais du transfert des acquis ou de la formation. En plus de bénéficier de plusieurs services :

  • coaching de recherche d’emploi
  • mise en forme d’une offre de service ciblée
  • orientation professionnelle

Les employés ont eut la possibilité de quitter l’entreprise sans perdre leur indemnité de cessation d’emploi  en respectant certaines conditions. Aussi, ils ont bénéficié des services du comité d’ aide au reclassement pendant leur temps de travail.

Aide au reclassement

Outre les mesures mises en place par le comité d’aide au reclassement, l’employeur a mis en œuvre plusieurs initiatives pour favoriser la transition. En voici quelques-unes :

  • Journée portes ouvertes pour les entreprises désireuses de découvrir les compétences des travailleurs de MABE. Lors de cette journée, les employeurs avaient l’occasion de rencontrer des employés en entrevue afin de combler leurs postes;
  • Mise en place de plusieurs programmes de formation en entreprise (informatique, langue anglaise, conduite de chariot élévateur, supervision d’équipes de travail, etc.);
  • Implantation de deux projets de reconnaissance des acquis avec des établissements scolaires de Montréal;
  • Sessions d’information sur le démarrage d’entreprise.

La gestion des ressources humaines au coeur du processus de transition

Le rôle des gestionnaires d’entreprise inclut  celui d’assurer les transitions inévitables. Savoir recruter et bien sélectionner est un art en gestion des ressources humaines. Tout au long d’une carrière en gestion d’entreprise, on peut se voir associer à autant de processus de recrutement qu’à de multiples périodes de départ d’employés. Que ceux-ci soient volontaires ou contraints. Les structures d’accueil des nouveaux employés sont habituellement bien rodées au sein des entreprises. Toutefois, les processus de départ ne le sont malheureusement pas autant.

Programme d’aide en transition de carrière

Que vous mettiez à pied plusieurs personnes ou un seul, Parachute Carrière contribue à soigner votre marque employeur par l’intermédiaire de trois catégories de forfaits.

Contactez Sylvain Maher, crha

 

Voici l’annonce de la fermeture de l’usine Mabe Canada sur lapresse.ca

surqualification

Quand la surqualification nuit à l’embauche

surqualificationLa surqualification

On définit la surqualification par un niveau de scolarité trop élevé d’un employé par rapport aux qualifications scolaires requises pour le poste qu’il souhaite occuper. Aussi, à cela s’ajoute aussi la « sur-expérience de travail », en d’autres mots, trop d’années d’expérience ou trop de compétences acquises par rapport au poste offert*. Pour éviter de vous retrouver piégé par la surqualification, voici quelques conseils pertinents :

1-    Définissez clairement votre objectif d’emploi

Définir son objectif d’emploi est capital. Cela permet de faire le bilan de vos compétences et de choisir de mettre en valeur uniquement celles qui sont en lien avec votre objectif de carrière.

 2-    Sélectionnez vos qualifications à mettre en valeur

Le CV n’est pas une biographie. En conséquence, vous pouvez décider de la formation qui apparaîtra sur votre offre de service. Ainsi, votre candidature sera davantage retenue si elle cadre exactement avec les exigences du poste.

 3-    Simplifiez le nombre d’années d’expérience

Plus personne ne remet en doute l’importance d’une lettre de présentation. En fait, du moins un résumé de profil en guise d’introduction à votre CV. Si vous possédez entre 1 et 19 ans d’expérience dans un domaine, il est bon d’en préciser le nombre d’années. Par contre, si vous possédez 35 ans d’expérience dans un champ d’activité, il est préférable de ne pas le préciser lors de l’envoi de votre candidature. Nous conseillons alors d’être plus général et d’écrire que vous possédez plus de 20 ans d’expérience. Ainsi, l’employeur ne pourra pas évaluer votre âge et vous augmentez ainsi vos chances d’être convoqué en entrevue.

 4-    En entrevue, rassurez l’employeur

L’employeur expérimenté en techniques d’entrevue saura vous poser les bonnes questions. En fait, il souhaitera en connaître davantage sur votre expérience de travail et vos formations reçues. Ceci inclut celles qui n’apparaissent pas dans votre CV. Il sera alors important de rassurer l’employeur que vous avez postulé sur ce poste volontairement. Et bien sûr, que vous êtes prêt à en accepter les conditions. Il faut éviter de lui permettre de croire que vous postulez pour cette offre en attendant d’obtenir un poste plus intéressant ailleurs. Misez sur votre intérêt et votre motivation pour cette entreprise.

Pas encore de projet d’emploi?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore identifié un choix de carrière, nous l’invitons à parcourir notre trousse: Le choix de carrière en 4 étapes. Son engagement à travers les étapes de cette trousse lui permettra de fixer un choix de programme ou un choix de carrière de façon assurée.

 

 *    Tiré du document : Le sentiment de surqualification chez les diplômés, Francis Lamarre, Département de sociologie, Faculté des Arts et Sciences, Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l’Université de Montréal, en vue de l’obtention du grade de maîtrise ès sciences (M.Sc.) en sociologie, Mai 2010