Archives par mot-clé : réorientation de carrière

diplôme-sur-pile-de-livres

Les 4 avantages de réussir le test équivalence secondaire 5

Réussir les tensTENS est l’abréviation de Tests d’équivalence de niveau secondaire, communément appelé équivalence secondaire 5.   Sous forme d’examens, on évalue vos connaissances en français, mathématiques, anglais, sciences économiques, sciences humaines et sciences naturelles. En réussissant le test équivalence 5, vous obtenez une attestation d’équivalence niveau secondaire.  Cela se traduit par une reconnaissance que vous avez les connaissances générales de 5e secondaire. Plusieurs avantages s’offrent donc à vous :

Variété des postes convoités

Si vous avez consulté les offres d’emploi affichées sur Internet ou dans les journaux, vous avez probablement remarqué que les employeurs recherchent au moins une scolarité complétée de niveau secondaire. Au Québec, selon IMT en ligne, 31 professions sont accessibles avec un secondaire non complété. Avec une équivalence du secondaire, on passe de 31 professions à 121 !

Meilleure estime de soi grâce à une équivalence secondaire 5

J’ai moi-même été témoin d’une métamorphose de plusieurs clients qui ont réussi les tests équivalence secondaire 5. Pour augmenter l’estime de soi, il faut être fier de ce que l’on a accompli. Si on s’acharne sur ses échecs, on n’y arrive pas. La réussite des tests équivalence 5 est un élément déclencheur qui redonne confiance en ses capacités. L’expérience de vie à l’âge adulte est un avantage indéniable pour la réussite de ces examens. Ne comparez pas votre expérience de l’école secondaire à la passation de l’équivalence du secondaire. Ce n’est pas parce que vous avez complété un niveau de 1re secondaire que vous ne réussirez pas les test équivalence 5. L’apprentissage se fait différemment et est adapté aux adultes.

Accessibilité à certaines formations

L’obtention de l’Attestation d’une équivalence du secondaire ouvre des portes à certaines formations professionnelles et même collégiales. Les diplômes d’études professionnelles (DEP) exigent généralement un niveau de 3e et parfois de 4e secondaire complété. Avec une attestation équivalence 5 vous vous qualifiez. Il faut cependant vérifier s’il n’y a pas d’autres critères d’admission, comme un test de classement. Ou encore, des cours spécifiques du secondaire régulier. Certaines attestations de niveau collégial (AEC) acceptent l’attestation équivalence secondaire 5 et donnent accès à leur formation.

Mise à niveau des connaissances générales 

En réussissant les tests équivalence secondaire 5, vous aurez mis à niveau vos connaissances générales. Vous aurez une meilleure compréhension du monde qui vous entoure. De plus, vous serez en mesure d’en discuter grâce aux connaissances que vous aurez acquises.

Si vous êtes une personne curieuse, autonome et qui apprend rapidement, vous pouvez étudier par vous-même afin de vous préparer à la passation des tests. Il est toutefois très utile de connaitre quelles sont vos chances de réussir ces tests. Parachute Carrière rend désormais accessible son pré-test d’équivalence 5. En effet, ce pré-test vous permet de connaître vos forces et faiblesses. Et vous indique toutes les informations nécessaires pour bien préparer vos études et réussir vos tests.

TÉLÉCHARGEZ LE PRÉ-TEST

Pas encore de projet d’emploi?

Si vous souhaitez réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer notre trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

Si votre jeune du secondaire ou du collégial n’a pas encore identifié un choix de carrière, nous l’invitons à parcourir notre trousse: Le choix de carrière en 4 étapes. Son engagement à travers les étapes de cette trousse lui permettra de fixer un choix de programme ou un choix de carrière de façon assurée.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ

La peur de bouger

La peur du changement : peur de bouger les choses

peur du changementLa peur du changement vous empêche d’avancer? Vous sentez un besoin de changement dans votre carrière, mais cette idée vous stimule et terrorise en même temps? La peur du changement est très fréquente, voire normale. Le changement soulève beaucoup d’interrogations et de remises en question. Évidemment, lorsqu’on change d’emploi, de rôle ou de poste, on veut que ce soit à notre avantage.

Une bonne façon de motiver votre action vers le changement, c’est d’explorer des possibilités d’emplois ou de réorientation de carrière, chez soi et à son rythme. La trousse d’orientation Se réorienter peut vous aider.

SE RÉORIENTER

Cependant, rares sont les opportunités qui ne représentent que des avantages : plus payant, mais plus loin; plus proche, mais pas de télétravail; du télétravail, mais pas d’avantages sociaux; beaucoup plus payant, mais avec une possibilité que le contrat ne se renouvelle pas; une panoplie d’avantages sociaux, mais des horaires variables; etc.  Oui, le changement peut faire peur.

Liste des priorités pour dépasser la peur du changement

Pour valider votre envie de changement et recadrer votre peur de bouger, il peut être utile de se faire une liste des critères prioritaires dans un emploi et de leur attribuer une valeur. Une façon simple d’y arriver est d’y aller avec un système de pointage sur 10 : 10 étant extrêmement important pour vous et zéro, pas du tout important. Voici une liste non exhaustive de différents critères ayant son lot d’importance variée selon chaque personne :

  • le salaire;
  • les heures de travail par semaine;
  • l’horaire;
  • le niveau de stress;
  • les avantages sociaux;
  • le télétravail;
  • la conciliation travail-famille;
  • la distance à parcourir pour se rendre au lieu de travail;
  • l’épanouissement;
  • les tâches;
  • la notoriété;
  • la possibilité d’avancement;
  • etc.  Évidemment, à vous de faire votre propre liste.

La balance

Une fois la liste des critères et leur attribution d’une valeur faite, le défi commence. Prenez deux contenants : un qui servira pour les « pour » et l’autre, pour les « contres ». Ensuite, on met dans les contenants les critères qui sont avantagés pour cet emploi dans le « pour », et les critères qui sont désavantagés dans le « contre ». Ensuite, on additionne les valeurs de chaque critère qui se retrouvent dans chacun des contenants.  Si le total de la valeur des critères se trouvant dans le contenant des « pour » est plus élevé, il serait avantageux de mettre sa peur de bouger de côté et de foncer.

Toutefois, si c’est le « contre » qui est plus élevé, cela confirme les raisons pour lesquelles on a peur de bouger et il vaut peut-être mieux s’abstenir de faire le changement qui ne semble pas suffisamment satisfaisant. Si le résultat est pratiquement égal, il faut prendre le temps de réfléchir et de revoir le système de pointage sur nos critères.

ATTENTION : ce n’est pas la quantité de critères qui compte, mais bien le total des valeurs attribuées à ceux-ci. Par exemple, si un contenant contient trois critères qui valent 30 points, ils auront plus de poids que sept critères qui valent 18 points. Cela signifie donc que vos critères les plus importants à vos yeux sont regroupés et vous indiquent si votre peur de bouger est justifiée ou non.

Dans tous les cas, il peut être bien de discuter avec les gens de votre entourage par rapport à votre peur de bouger et des résultats de votre analyse des critères de priorités. Même s’il s’agit en fin de compte de votre décision, leurs avis pourraient vous aider à voir plus clair. À certaines occasions, nous avons le nez collé sur l’arbre, ce qui bloque une vue d’ensemble de la situation. Les proches peuvent grandement aider dans ce genre de situation.  Une consultation avec un professionnel de la carrière peut aussi grandement vous servir.  N’hésitez pas à consulter.  Voici un lien d’information à ce sujet:  Le bilan de compétences.

Le deuil

Même si on quitte notre emploi pour le mieux et qu’on obtient le poste convoité, il va sans dire qu’un certain deuil sera à faire par rapport à l’emploi précédent : perte des collègues, perte de la routine, perte du confort, etc. Chaque changement représente un certain niveau de deuil auquel nous devons faire face. Cependant, une façon intéressante d’y faire face et de se concentrer sur le côté positif, c’est-à-dire, le nouvel emploi et la satisfaction d’avoir surpassé sa peur de bouger!

Niveau élevé de stress

Même si la balance penche du côté du nouvel emploi, il se peut fort bien que le niveau de stress soit quand même présent. Par exemple, vous gagnez 20 000$ de plus par année, mais vous n’avez pas la certitude que l’emploi existera à long terme alors que votre emploi de fonctionnaire était stable, mais moins payant. Cela peut créer un niveau de stress, car il y a des risques. C’est à chaque personne de juger si l’emploi vaut ce niveau de stress.

Conclusion

C’est correct d’avoir peur du changement. Comme c’est correct d’avancer avec confiance. Cependant, il faut au préalable bien analyser la situation afin d’éviter les mauvaises surprises et les regrets. Le regret n’est pas un sentiment agréable à vivre, aussi bien faire en sorte de l’éviter le plus possible avec une réflexion éclairée!

Pour ceux et celles qui ont envie de bouger découvrez notre guide de choix de carrière :  350 métiers où ça bouge.

Les enjeux d’un retour aux études

retour aux étudesUn retour aux études représente un gros défi. Et cela, peu importe où nous en sommes rendus dans notre cheminement professionnel, notre âge ou notre niveau de scolarité. Certes, il s’agit d’un investissement, mais cela signifie aussi qu’il faudra faire certains compromis. Explorons davantage les avantages et défis reliés à la décision de faire un retour aux études.

Pourquoi faire un retour aux études?

Il y a plusieurs bonnes raisons de faire un retour aux études. Soit, pour se perfectionner au niveau de nos interventions, augmenter simplement notre savoir, effectuer un changement de domaine, satisfaire à des exigences du marché du travail ou d’un poste précis, etc.  Plusieurs personnes qui perdent leur emploi se retrouvent confrontées à la dure réalité de la difficulté à se trouver un emploi par manque de diplôme.

En 2016, les emplois ne demandant pas au minimum un diplôme d’études secondaires sont rares. Donc, un retour aux études est vraiment une bonne idée. Si on termine ses études secondaires, ou à tout le moins, obtenir une équivalence de 5e secondaire (TENS), c’est déjà excellent. Cela permet d’avoir accès à des opportunités d’emplois ou se qualifier à des attestations d’études collégiales (AEC). D’autres veulent se perfectionner au niveau de leur travail. Ils vont aller suivre des formations d’appoint ou des cours spécialisés dans leur domaine. Soit, des cours privés offerts par des professionnels du milieu. Soit un retour au cégep ou à l’université, un ajout d’un microprogramme. Ou encore, l’inscription à un certificat, par exemple.

Passez un pré-test pour évaluer vos chances de réussir les Tests d’équivalence de secondaire 5

Si vous êtes une personne curieuse, autonome et qui apprend rapidement, vous pouvez étudier par vous-même afin de vous préparer à la passation des tests. Il est toutefois très utile de connaitre quelles sont vos chances de réussir ces tests. Parachute Carrière rend désormais accessible son pré-test d’équivalence 5. En effet, ce pré-test vous permet de connaître vos forces et faiblesses. Et vous indique toutes les informations nécessaires pour bien préparer vos études et réussir vos tests.

TÉLÉCHARGEZ LE PRÉ-TEST

Faire un choix de métier nécessitant un retour aux études

Si vous souhaitez explorer des métiers ou professions qui conviennent à votre profil d’intérêts et à vos caractéristiques personnelles, découvrez notre trousse d’orientation autonome, une démarche d’orientation que vous pouvez réaliser chez vous, à votre rythme: Se réorienter chez soi.

Un choix reconnaissant

De plus en plus d’employeurs reconnaissent la scolarité de leurs employés et s’y réfèrent pour déterminer les échelles salariales. Concrètement, un retour aux études pourrait fort bien se traduire par une augmentation salariale ou par l’accès à une promotion dans l’entreprise. Même si vous avez quitté les études depuis longtemps et que vous ayez peur de vous y remettre (ce qui est normal), il vous faut croire en vos moyens. Il est possible de réussir ses études, même après une longue absence.

Les défis à surmonter

Certes, comme adulte, faire un retour aux études représente son lot de défis. Voici quelques points auxquels réfléchir lorsqu’un retour aux études nous trotte dans la tête.  Planifier les moments pour les cours et pour étudier au cours de la semaine. Entre les obligations familiales, les activités, le travail (si vous décidez de continuer à travailler ne même temps), et tout le reste qui remplit votre quotidien, il peut parfois être un vrai casse-tête de trouver le temps de mettre ses études à l’horaire.  Il est aussi fortement suggéré de prévoir des moments où les personnes susceptibles de nuire à votre concentration (les autres membres de la famille, par exemple) sont absentes de la maison. Vous aurez, du moins au début, besoin de beaucoup de concentration pour réaliser vos travaux scolaires.

Étudier en travaillant

Si vous décidez de rester sur le marché du travail en même temps que de faire un retour aux études, allez-y progressivement avec les études. Des études à temps partiel vous permettront d’avoir plus de temps pour gérer vos obligations professionnelles et personnelles, vous essouffleront moins et augmenteront vos chances de réussite.

Étudier sans travailler

Si vous décidez de ne pas travailler ou de diminuer vos heures de travail en même temps que vous effectuez votre retour aux études, il faudra revoir votre budget, car vous aurez moins de revenus. Votre train de vie sera donc modifié. Il faudra considérer les frais de scolarité, probablement prévoir l’achat d’équipement (ordinateur, tablette, etc.) ou l’aménagement d’un lieu d’études dans votre domicile, surtout si vous décidez d’étudier à distance (façon de faire de plus en plus populaire). Il est bien d’avoir un bureau, idéalement fermé, réservé à vos études et vos travaux. Donc, prévoyez le tout.

Aide financière

Un retour aux études, ça coûte cher! Si votre désir est fort, mais les moyens financiers vous manquent, sachez qu’il existe les prêts et bourses. Il serait triste de s’empêcher de faire un retour aux études pour une raison pécuniaire. Il existe plusieurs simulateurs web pouvant vous aider à faire les calculs nécessaires. Vous pouvez aussi vous informer directement auprès de l’établissement scolaire que vous souhaitez fréquenter.  Ils seront en mesure de vous informer sur les procédures à suivre pour faire votre demande. Vous pourriez aussi voir les possibilités avec votre institution financière.

Des avantages indéniables

Ce qu’il faut garder en tête, c’est que le retour aux études n’est pas une chose facile. Ça se planifie, ça se prévoit, ça s’organise, ça comporte des risques, c’est exigeant, mais ça peut vous apporter son lot d’avantages comme : un nouvel emploi, l’augmentation de vos connaissances générales, une promotion, des outils supplémentaires dans votre travail, une augmentation salariale, un changement de carrière, etc.  L’effort en vaut donc fort probablement la chandelle!

Si vous souhaitez vous réorienter chez vous et à votre rythme à l’aide d’une démarche structurée, découvrez notre trousse d’orientation : Se réorienter à distance, à son rythme.

SE RÉORIENTER SANS COACH

applications mobiles

AEC en développement d’applications mobiles au Collège Ahuntsic

applications mobilesChaque téléphone intelligent peut contenir une foule d’applications mobiles. L’augmentation exponentielle de des appareils mobiles est une des tendances les plus importantes des dernières années dans les domaines des technologies de l’information. Google annonçait il y a peu de temps qu’un jalon déterminant dans l’utilisation des appareils mobiles avait été franchi dans 10 pays ciblés. Dont les États-Unis et le Canada. Désormais, la quantité de recherches faites à partir d’appareils mobiles est plus grande que celles faites à l’aide d’ordinateurs de table.

Dans ce contexte, les perspectives d’emplois dans le domaine des TIC sont bonnes. En effet, avec un taux de chômage de seulement 2,9% pour les spécialistes du secteur. Alors que le taux de chômage général au Canada est de plus de 7%. Pour répondre à un besoin croissant en développement d’applications mobiles, le Collège Ahuntsic, offre une Attestation d’études collégiales (AEC). Celle-ci est consacrée spécifiquement à la formation visant les applications mobiles.

Cette formation créditée, d’une durée d’environ 8 mois, permet aux finissants d’exercer les tâches directement reliées au développement d’applications mobiles. Cette formation donnera aux finissants la possibilité d’œuvrer comme travailleur autonome. Ou encore, dans le secteur public ou dans une des nombreuses entreprises privées qui sont à la recherche de personnes qualifiées. Et aptes à intégrer un secteur d’activités en évolution rapide.

Le programme de développement d’applications mobiles

Il s’adresse aux personnes titulaires d’un diplôme d’études secondaires (DES) ou d’une formation jugée suffisante. Les candidats doivent posséder des connaissances de base de l’utilisation de l’ordinateur sous Windows. Les personnes intéressées doivent noter qu’une autorisation d’un agent d’Emploi-Québec est nécessaire pour déposer un dossier d’admission.

Une séance d’information consacrée à cette AEC intensive en développement d’applications mobiles est préalable à l’admission. D’ailleurs, autre signe des temps, le processus d’admission est maintenant entièrement géré par l’intermédiaire d’un nouveau portail Web. Ceci facilite grandement la vie des futurs étudiants. En effet, ils n’ont plus à se déplacer pour acheminer leur demande d’admission. Tous les détails utiles sont présentés sur le site de la Formation continue du Collège Ahuntsic.

Vous souhaitez vous réorienter en informatique ou valider votre profil en ce sens?

Découvrez notre trousse numérique d’orientation à distance pour les personnes de 30 ans et moins : Le choix de carrière en 4 étapes.

POUR UN CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ

Vous travaillez mais songez vous réorienter ou désirez explorer des choix de carrière à partir de votre domicile et à votre rythme? Découvrez notre outil : Se réorienter chez soi.

SE RÉORIENTER CHEZ SOI À SON RYTHME

été

15 emplois d’été stimulants!

emplois d'étéL’été arrive à grand pas! Pour la majorité des étudiants, cela signifie qu’il est temps de penser à des emplois d’été qu’on pourrait occuper pendant la belle saison.

Voici 15 suggestions d’emplois d’été stimulants

1. Gardien(ne) d’enfants

Vous aimez les enfants et pouvoir leur donner de l’attention? Contrairement au moniteur de camp d’été qui est responsable d’une douzaine d’enfants en moyenne, être gardien(ne) d’enfants permet de se consacrer au divertissement d’un à 6 enfants à la fois. Finalement, cet emploi d’été vous permettra de retomber en enfance en bricolant, en chantant et en inventant des mondes imaginaires avec eux.

2. Commis de plancher

Vous aimez quand les journées passent vite? Dans un commerce, que ce soit dans une épicerie, une pharmacie ou un magasin à rayons, il y a toujours quelque chose à faire. Il faut être vaillant et fort physiquement. Ceci, car vous pourriez devoir soulever des charges. Aussi, vous devez aussi avoir un bon sens de l’esthétique pour mettre en valeur les produits sur les étagères.

3. Caissier(ère)

Travailler à l’air climatisé, être en contact avec le public, manipuler de l’argent, voici un aperçu des avantages de cet emploi d’été. Aussi, il faut être à l’affût des nouveaux produits, connaître les rabais en cours et offrir notre plus beau sourire à chaque client.

4. Vendeur(se)

La vente : un classique des emplois étudiants. Trouvez une boutique ou un magasin qui offre des produits ou services qui vous inspirent et foncez! De plus, les horaires sont flexibles et vous pouvez conserver votre emploi pendant vos études. Enfin, si vous avez une bouille sympathique et que vous aimez le public, vous apprécierez le contact avec les clients satisfaits de votre service.

5. Escouade de la propreté

Les municipalités sont généralement d’excellents employeurs pour les emplois d’été. Aussi, si vous souhaitez contribuer à la propreté de la planète, pourquoi ne pas être payé pour le faire? En effet, cet emploi d’été vous permettra d’arpenter les artères touristiques et ramasser les déchets qui jonchent le sol. En conclusion, vous contribuerez ainsi à la beauté des espaces publics et au bien-être des habitants et touristes.

6. Manœuvre au camping

Vous êtes manuel, débrouillard et aimez rendre service? Plutôt que de faire ce travail à la ville, pourquoi ne pas offrir vos services aux propriétaires d’un terrain de camping? Il y a toujours une réparation à faire ou de l’entretien dans ces établissements. Vous profiterez d’une ambiance agréable. En effet, c’est là où les vacanciers oublient leur quotidien du travail et décrochent pour profiter de l’été et de l’air frais.

7. Manœuvre à la récolte

Vous êtes en bonne forme physique, cherchez un emploi d’été payant et vous aimez le parfum de la nature? Manœuvre à la récolte est l’emploi pour vous. Vous devez être travaillant et capable de supporter la chaleur durant de longues heures. En revanche, vous serez fiers d’avoir participé à l’économie locale. Et aussi, d’avoir encouragé les agriculteurs québécois. En quelques semaines, vous aurez probablement accumulé assez d’argent pour subvenir à vos besoins durant la période scolaire.

8. Serveur(se) sur les terrasses

Qui dit temps chaud, dit ouverture des terrasses de restaurants. Vous avez besoin d’un emploi? Ça tombe bien, les restaurateurs ont besoin de plus d’employés pour pouvoir servir les clients nombreux qui affluent sur les terrasses par beau temps. Être bilingue est un atout, surtout si vous travaillez dans les grandes villes. Le choix de restaurant ne manque pas. Laissez-vous aller et visez les restos qui vous ressemblent. Vous passerez alors un bel emploi d’été en compagnie de clients et de collègues sympathiques. Aussi, vous devez être rapide, organisé et afficher un beau sourire.

9. Préposé(e) à la crèmerie

Comment ne pas résister à une bonne crème glacée lors d’une belle journée d’été? Les clients de la crèmerie sont généralement joyeux, ce qui rend le service à la clientèle agréable. Pour occuper cet emploi, il faut être souriant, offrir un service rapide. Et surtout, être capable de résister à la tentation de ne pas se délecter de ces produits chaque jour!

10. Préposé(e) au cinéma

Pour ceux et celles qui ne supportent pas la chaleur des canicules. Ou qui sont fanatiques de cinéma et qui aiment l’odeur du maïs soufflé, cet emploi est pour vous! Vous aurez accès aux premières de films et visionnerez des œuvres cinématographiques à rabais tout l’été. Enfin, il faut aussi être courtois avec la clientèle, offrir un service rapide et tenir les lieux propres.

11. Préposé(e) au mini-putt ou terrain de golf

Vous aimez être à l’extérieur, mais ne pas être exposé au soleil toute la journée? Cet emploi pourrait vous intéresser. Vous expliquerez les règlements, remettrez l’équipement nécessaire et veillerez à la propreté des lieux. Qui sait? Peut-être rencontrerez-vous le prochain Tiger Woods!

12. Préposé(e) au parc d’attractions

Généralement bien rémunéré, cet emploi est parfait pour les personnes qui aiment l’ambiance des fêtes foraines. Vous serez responsable de la mise en marche et de l’arrêt du manège et de la vérification des dispositifs de sécurité. Tant mieux si vous êtes extravertis, aimez les toutous et le bruit ne vous fait pas peur. De plus, vous pouvez être préposé(e) aux jeux d’adresse. Enfin, vous inviterez les gens à venir jouer, encouragerez les participants et leur donnerez des trucs pour réussir leurs exploits!

13. Sauveteur(se) (Piscines publiques ou glissades d’eau)

Passer l’été au bord de l’eau sous les chauds rayons du soleil, ça vous dit? Si la sécurité est une valeur importante pour vous et que les cris des enfants s’amusant dans l’eau ne vous rebutent pas, cet emploi est l’idéal. Vous devez être une personne attentive et capable de donner des directives claires afin de faire respecter les règlements. Être en bonne forme physique et faire preuve de sang-froid sont des qualités essentielles en cas d’urgence.

14. Animateur(trice) de camp de jour

Êtes-vous nostalgique des étés où vous chantiez les comptines avec vos amis et moniteurs? Et passiez votre journée à jouer dehors au soleil ou dans un gymnase lors des journées pluvieuses? Pourquoi ne pas transmettre vos souvenirs et faire profiter d’autres enfants qui ont tant en commun avec vous? Pour occuper cet emploi, il faut être responsable, car la sécurité des enfants est primordiale. Vous devez être enjoué, en bonne forme physique et agir comme un grand frère ou une grande sœur auprès des enfants. Le site de l’Association des camps du Québec peut vous aider à trouver les camps disponibles dans votre région.

15. Guide festivalier

Qui dit été dit festivals. Que ce soit à la campagne ou dans les grandes villes, chaque patelin a son ou ses festivals. Le guide festivalier a la responsabilité de renseigner les visiteurs sur la programmation des activités. Et aussi, sur les emplacements des restaurants et salles de bain et d’assurer la sécurité des festivaliers. Si vous êtes une personne bilingue, dynamique, qui aime les foules et les spectacles, cet emploi est pour vous! Le Répertoire des Artistes Québecois offre une liste des festivals qui ont lieu au Québec. Informez-vous auprès des organisateurs!

Profiter de l’été pour faire un choix de carrière?

Découvrez notre trousse d’orientation à distance pour les jeunes du secondaire et du collégial : Le choix de carrière en 4 étapes.

LE CHOIX DE CARRIÈRE SIMPLIFIÉ

Si vous êtes adulte et songez à vous réorienter ou désirez explorer des choix de carrière à partir de votre domicile et à votre rythme, découvrez: Se réorienter chez soi.

SE RÉORIENTER SANS CONSULTER

Les conséquences du stress : une problématique à 3 niveaux

conséquences du stressLes niveaux de conséquences du stress physique

Les symptômes mineurs consistent en des maux de tête, migraines, maux d’estomac, maux de dos, insomnie, problèmes de peau. Du côté des conséquences du stress graves, nous retrouvons plusieurs problèmes. Par exemple, des ulcères d’estomac, maladies cardiorespiratoires, affaiblissement du système immunitaire, cancer. Quand on juge ne pas avoir les capacités, ni les ressources pour faire face à la situation, c’est tout son corps qui réagit. On pourra alors ressentir des tensions musculaires et des désordres gastro-intestinaux. Aussi, il est également possible d’être en proie à des troubles du sommeil ou à des affections dermatologiques. Enfin, on peut éprouver des problèmes de poids ou encore, voir sa tension artérielle ou son taux de cholestérol s’élever.

Les niveaux de conséquences du stress comportementale

On parle ici de problèmes de consommation excessive de substances, de comportements associés au vol, bris d’équipement, négligence, erreurs, accidents ou sabotage.

Les niveaux de conséquences du stress psychologique

Il s’agit ici, d’anxiété, de dépression, d’insatisfaction au travail et d’épuisement professionnel.

Intensité, durée et caractère répétitif des symptômes

L’intensité, la durée et la répétition des événements sont les trois éléments qui peuvent rendre l’individu plus vulnérable. Dépassé un certain niveau, l’individu vivra des désordres psychologiques qui auront un impact sur lui et sur l’organisation. Parmi ces désordres, nous retrouvons les troubles de l’humeur, les troubles anxieux, le trouble de stress post-traumatique et le trouble d’adaptation. Parmi ceux-ci, le trouble d’adaptation suscite un intérêt marqué.

Le trouble d’adaptation

Le trouble d’adaptation caractérise les personnes qui n’arrivent pas à reprendre une vie normale et continuent de subir les conséquences négatives d’un événement source de stress. L’épuisement professionnel est un trouble d’adaptation qui met en cause la personne et son environnement de travail. C’est un phénomène de plus en plus présent dans notre société et qui engendre des répercussions sur l’individu, la société en général et sur l’organisation du travail.

L’individu qui n’est pas à l’écoute de lui-même ou de ce qu’il ressent sera beaucoup plus enclin à subir les conséquences du stress. Question santé: comment évaluez-vous l’écoute de votre corps et de ses signaux?  Subir un environnement est contre-indiqué pour la santé et pour une vie professionnelle satisfaisante. Si vous reconnaissez des symptômes parmi ceux énumérés, sans doute serait-il pertinent d’envisager une réorientation?

SE RÉORIENTER

Pour réorienter votre carrière, n’hésitez pas à vous procurer la trousse : Se réorienter chez soi et à son rythme. Vous serez alors guidé vers un test d’orientation, puis vers des métiers liés à votre profil. Vous pourrez ensuite valider votre orientation grâce à des étapes qui ont fait leurs preuves.

massothérapeute

Massothérapeute : L’art de créer la détente

massothérapeuteNom? Mélanie

Quel est ton métier? Massothérapeute

Depuis quand occupes-tu cet emploi? Depuis environ une dizaine d’année

En langage vulgarisé, tu fais quoi? Je fais du massage suédois. C’est une technique de massage qui a pour but de réduire la douleur physique et de relaxer les gens. Il y a des techniques de massage psycho corporel utilisées notamment dans le massage californien et qui travaillent plus au niveau émotionnel et sur le système nerveux. Les manœuvres sont des longs mouvements fluides. La technique que je privilégie est appelée bio-mécanique. Les manœuvres sont séquentielles, voir profondes qui travaillent les tensions musculaires.

Cheminement de carrière

Qu’est-ce qui t’as amenée où tu es dans ton cheminement de carrière? Je suis une personne affectueuse et j’aime être en contact avec les gens. Jeune, ma famille me demandait souvent des petits massages d’épaules car j’étais douée et j’aimais faire du bien à mes proches.

Quand tu étais petite, tu voulais faire quoi? Plusieurs choses. Thanatologue, médecin, infirmière…

Par quelles études ou formation es-tu passée? J’ai fait une formation de 450 heures chez Guijek. C’est une école privée donc le coût est très élevé (environ 10$ de l’heure). Pour améliorer mes connaissances, je fais parfois des formations de fin de semaine.

Environnement de travail

À quoi ressemble ton environnement de travail? Je travaille parfois dans un spa, en collaboration avec une secrétaire qui est chargée de prendre les rendez-vous. Mes outils de travail sont principalement mes mains et de l’huile à massage. Il y a aussi une table de massage, des coussins, des couvertures, une chaise, de la musique relaxante et des chandelles. Parfois les pièces de travail sont étroites et je travaille souvent dans l’obscurité ou avec une lumière tamisée. Le bureau de travail est aussi partagé par d’autres massothérapeutes. Donc, il est important de laisser la pièce de travail propre lorsqu’on quitte.

Le milieu des spas

Dans le milieu des spas, il y a parfois de la compétition entre collègues à savoir qui est la meilleure et qui attire le plus de clients. Certains spas donnent des bonus lorsque les clients demandent pour nous. Je préfère travailler au domicile des gens car le salaire est plus élevé (80$ de l’heure). Dans l’environnement des spas, le massothérapeute peut gagner environ 25 $ de l’heure du massage. Nous devons fournir des journées de disponibilité et attendre que la secrétaire nous appelle. Parfois, il n’y a aucun massage et donc, pas de paye non plus.

Lorsque les journées sont occupées, je peux faire 5 ou 6 massages dans la journée et cela est très épuisant. Au domicile des gens, j’apporte avec moi l’équipement mentionné plus haut. Il peut arriver que les clients achètent l’équipement car ils reçoivent souvent des massages à domicile. De cette façon c’est plus simple pour nous car nous n’avons pas à transporter la table de massage, qui est très lourde. Le prix du massage est réduit de 10 ou 20$ dépendamment de la distance à parcourir pour se rendre sur les lieux. Je pratique aussi à mon domicile, mais c’est réservé pour les amis seulement. Aucun inconnu pour des raisons de sécurité et d’intimité.

Devenir massothérapeute?

Vous souhaitez identifier votre profil d’intérêts et valider votre orientation comme massothérapeute?  La trousse numérique d’orientation à distance Le choix de carrière en 4 étapes peut vous aider si vous êtes âgé de moins de 30 ans. Cette trousse d’orientation vous permettra d’explorer une variété de métiers en lien avec votre profil. S’il s’agit d’une réorientation de carrière, la trousse d’orientation de carrière Se réorienter chez soi peut grandement vous éclairer.

Massothérapeute

Trois qualités obligatoires pour faire le métier de massothérapeute? Nous devons être calme, à l’écoute du client (écoute corporelle, sensibilité kinesthésique), empathique.

Le plus gros turn-off de ton métier ? Travailler dans un spa et faire des massages à la chaîne. Le pire est l’incompréhension de certains hommes qui mélangent massage et sexualité. On nous avait mis en garde à l’école de ce genre de demandes formulées par les hommes. Même que, en entrevue dans certains salons, ils te demandent si tu es prête à faire la grande évasion. Même en étant avertie, ça surprend un peu à chaque fois.

Quels sont les petits bonheurs quotidiens liés à être massothérapeute? C’est un milieu relaxant donc on se sent très calme et détendu en travaillant. Aussi, cela fait plaisir de savoir que l’on a soulagé la douleur de quelqu’un. Il y a le sentiment que notre travail procure du bien-être et on se sent utile à la société.

Anecdotes et apprentissages

Un souvenir qui te rend fière de ton travail? Un jour, une dame qui avait une grosse cicatrice sur une jambe est venue pour un massage. Je lui ai demandé si elle voulait que je touche (masse) sa jambe. Elle m’a répondu : « Tu peux toucher mais ça ne sert à rien car je ne ressens aucune sensation » En lui prodiguant le massage, j’étais un peu horrifiée par la vue de cette cicatrice. Comme dans plusieurs disciplines la notion du non-jugement est importante en relation d’aide par le massothérapeute, c’est encore plus vrai car tout se ressent par le toucher.

En effet, nous sommes connectés directement à la personne en la touchant et celle-ci peut ressentir les émotions qui passent dans les mains d’une massothérapeute. Je ne voulais pas que la dame ressente cette peur dans mes mains et c’est dans une attitude de non-jugement et d’empathie que j’ai massé la jambe de cette femme. À la fin du massage elle m’a confiée que c’était la première fois qu’elle ressentait sa jambe. Personne ne l’avait jamais massé comme je l’ai fait.

Un conseil aux jeunes qui voudraient devenir massothérapeute : C’est important de prévoir des économies pendant la formation. Aussi, nombreuses sont les personnes qui pratiquent et ne respecte pas leur corps. Ex : Faire beaucoup de massages dans la journée, mettre plus de pression que l’on peut sur les mains pour faire plaisir à un client. Notre corps et surtout nos mains sont nos outils et il faut respecter nos limites. Faire des étirements, du sport. Être calme et capable de créer une ambiance qui est propice à la relaxation.

Intimidation au travail : 8 façons de s’en sortir la tête haute

intimidation au travailOn entend beaucoup parler du problème de l’intimidation dans le milieu scolaire. Or, l’intimidation au travail, c’est malheureusement un problème aussi présent qu’en milieu scolaire.

Un problème important

Selon une étude menée par le Workplace Bullying Institute en 2014 :

  • 27% des travailleurs ont déjà vécu une intimidation au travail ou en sont présentement victime;
  • 21% des travailleurs ont eu conscience que des collègues étaient victimes d’intimidation au travail;
  • 56% des intimidateurs occupaient un poste d’autorité;
  • 33% des cas d’intimidation au travail sont perpétrés par des collègues;
  • 60% des victimes d’intimidation au travail étaient des femmes.

C’est un problème qui touche tous les employés. En effet, tant les recrues que les travailleurs expérimentés dans l’entreprise.

Qu’est-ce que l’intimidation au travail?

On peut définir l’intimidation au travail comme étant une forme d’agression. Celle-ci est caractérisée par des comportements répétés cherchant à affaiblir, humilier, rabaisser et déprécier la personne. Les agissements peuvent être évidents ou subtils. Ou encore, être de nature psychologique ou physique.

La ligne entre une gestion rigoureuse et intimidation au travail peut parfois être mince. En effet, la rétroaction, l’orientation du travail, peuvent être transmis de façon directe, mais il ne s’agit pas nécessairement d’intimidation au travail. Aussi, les conseils constructifs à propos du comportement au travail, des différences d’opinions ou des mesures disciplinaires raisonnables ne constituent peut-être pas de l’intimidation. Il peut aussi s’agir d’une tentative d’aider l’employé à s’améliorer dans son travail.

Pour valider s’il s’agit bel et bien d’intimidation, vous pouvez utiliser la technique de la « personne raisonnable ». Est-ce que les agissements perçus comme de l’intimidation au travail seraient considérés inacceptables par la plupart des gens?

Des exemples d’intimidation au travail

  • Répandre des rumeurs malveillantes, du commérage ou des insinuations mensongères.
  • Exclure ou isoler une personne socialement.
  • Détruire ou consciemment entraver le travail de quelqu’un.
  • Abuser physiquement ou menacer de le faire.
  • Retirer des responsabilités sans raison.
  • Changer constamment les directives de travail.
  • Imposer des échéances impossibles qui mèneront la personne à échouer.
  • Retenir des renseignements nécessaires ou donner pertinemment de la mauvaise information.
  • Plaisanter dans le but d’offenser, verbalement ou par courriel.
  • S’immiscer dans la vie privée d’une personne en l’importunant, l’épiant ou la traquant.
  • Imposer des tâches excessives ou une charge de travail désavantageuse pour une personne (ce qui lui cause un stress inutile).
  • Attribuer une charge insuffisante de travail – créer un sentiment d’incompétence.
  • Insulter, injurier, crier ou dénigrer la personne.
  • Refuser les demandes de formation, de vacances ou de promotion.
  • Modifier les effets personnels ou le matériel de travail d’une personne.
  • Accuser faussement la personne d’avoir effectué une erreur qu’elle n’a pas commise.
  • Ignorer, contredire, rabaisser ou rejeter tous les commentaires et opinions exprimés par la personne.
  • Humilier et critiquer la personne à toutes les occasions, surtout en présence des autres.
  • Évaluer le travail de cette personne selon des standards différents des autres employés pour les mêmes tâches.

Les effets de l’intimidation sur la personne visée

Être victime d’intimidation au travail peut avoir des effets sur la santé psychologique et physique, en plus d’avoir des impacts importants sur les autres sphères de sa vie. Stress, anxiété, dépression, perte de confiance en soi, insomnie, perte d’appétit, maux d’estomac ou de tête, difficulté à se concentrer, se refermer sur soi-même, sentiment d’impuissance et de frustration, voilà tout plein de symptômes pouvant être ressentis par les victimes.

Les effets de l’intimidation… sur le milieu de travail

Certaines statistiques démontrent que les victimes d’intimidation au travail perdent entre 10 et 52% de leur temps à tenter de se défendre ou tenter de trouver des solutions face à la situation. En effet, un milieu de travail malsain augmente le degré de stress des employés. Cela abaisse aussi le moral des troupes, augmente le taux d’absentéisme et le taux de roulement. Aussi, cela diminue la motivation et la productivité des employés. Enfin, cela peut même aller jusqu’à diminuer la qualité des produits et services offerts aux clients qui ne seront pas satisfaits et ne reviendront plus. Un employeur a donc tout intérêt à prendre la chose au sérieux et à développer un plan d’action pour contrer l’intimidation au travail.

Se réorienter : une façon choisie par plusieurs

L’intimidation au travail conduit de nombreuses personnes à se réorienter vers un nouvel emploi ou envisager un changement de carrière. S’il advenait que ce soit votre cas, n’hésitez pas à amorcer votre réflexion à partir d’un outil efficace: Se réorienter chez soi.

Élaborée par des professionnels de l’orientation de carrière, cette trousse d’orientation numérique vous permettra de dresser votre profil d’intérêts, de réfléchir sur les conditions de travail que vous souhaitez retrouver et faire le point sur vos valeurs. Vous pourrez ensuite explorer une variété de métiers liés à votre profil et caractéristiques, découvrir les formations associées. Enfin vous pourrez valider une orientation à partir de conseils pratiques.

Que faire si on est victime d’intimidation au travail?

1. Prenez la situation au sérieux

Il s’agit d’une situation grave et inacceptable. Ne vous blâmez pas, ne minimisez pas la situation (ne la dramatisez pas non plus!). Enfin, agissez rapidement pour trouver des solutions.

2. Montez un dossier

Commencez par documenter tous les cas d’intimidation de façon détaillée. Conservez par écrit tous les détails de la situation, la date, l’heure, les personnes impliquées et les témoins, la description précise de l’incident ainsi que leurs résultats et conséquences. Gardez toutes les lettres, notes, courriels reçus de la part de l’intimidateur.

3. Soyez prudent

Déterminez qui sont vos alliés et demandez-leur de vous accompagner lorsque vous devez être confronté à votre intimidateur. Ils pourront témoigner en votre faveur en décrivant la situation dont ils ont été témoins ou intervenir au besoin. Ils pourront aussi vous épauler pour établir un plan d’intervention.

4. Demandez à l’intimidateur de cesser ses comportements

Dites fermement à votre intimidateur que son comportement n’est pas acceptable et que vous souhaitez qu’il arrête. Assurez-vous d’avoir un témoin lorsque vous le ferez.

5. Dénoncez

Rencontrez votre superviseur et faites-lui part de la situation. Sachez qu’un employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour assurer un environnement de travail agréable et sécuritaire.
Si vos préoccupations sont minimisées, n’hésitez pas à aller rencontrer un gestionnaire d’un échelon hiérarchique supérieur.

6. Ne laissez pas tomber

Prenez note des mesures qui seront prises pour régler la situation. Si rien n’est fait, vous pouvez toujours faire une plainte formelle à votre employeur ou vous adresser au ministère du Travail.

7. Si vous devez quitter votre emploi

Si vous vous sentez forcé de quitter votre emploi à cause l’intimidation dont vous êtes victime, assurez-vous d’avoir bien documenté la situation. Aussi, vous pourriez ainsi être éligible à de l’assurance-emploi.

8. Évitez de rendre la pareille

Même s’il peut être tentant de se venger, sachez qu’il s’agit d’un jeu dangereux. C’est vous qui pourriez passer comme étant l’instigateur du conflit. La prise de décision quant aux mesures disciplinaires à prendre deviendra beaucoup plus difficile pour l’employeur. De plus, n’oubliez pas que l’on récolte toujours ce que l’on sème…

Pour explorer des choix de réorientation de carrière alignés sur votre profil d’intérêts et vos caractéristiques personnelles, nous vous suggérons notre trousse numérisée : Se réorienter chez soi.

femme-jambe-appuyée-sur-une-valise

Les habiletés politiques

habiletés politiquesLes habiletés politiques peuvent se définir comme l’art de mobiliser les sources de pouvoir dont on dispose. C’est un art, puisqu’il s’agit d’un savoir-faire, tantôt instinctif, tantôt appris, qui va plus loin que la simple application de techniques ou de recettes. Cet art concerne l’utilisation du pouvoir, c’est pourquoi on le qualifie de politique.

Concrètement, on dira que savoir argumenter, savoir convaincre, savoir négocier, savoir trouver des appuis, savoir choisir ses alliés, savoir tirer profit de sa marge de manœuvre, sont des habiletés politiques.

Les organisations comme structure politique

Les organisations sont des arènes de pouvoir. Elles fonctionnent en distribuant l’autorité et en fournissant des occasions d’exercer des influences. Elles allouent aux personnes des statuts et des ressources associés à leur responsabilité en leur conférant du pouvoir. Sera habile celui ou celle qui saura utiliser ce capital pour atteindre l’objectif souhaité.

Les organisations sont aussi politiques parce qu’elles se prêtent à des rivalités pour l’obtention et la conservation du pouvoir. Les fonctions du pouvoir se trouvent en nombre limité dans les entreprises, et cela est d’autant plus vrai qu’on s’approche du sommet de la pyramide.

Le pouvoir ne vient pas seulement du haut, pour l’exercer, les gestionnaire ont également besoin des appuis de la base, soit celui de leurs subordonnés et de leurs collègues.

Le pouvoir dans les organisations n’est pas la simple juxtaposition des pouvoirs individuels. Il existe des regroupements qui, combinant le pouvoir de plusieurs personnes, en augmentent l’effet. Dans certains cas, on parlera de coalitions (alliances délibérées formées dans le but de mieux atteindre les objectifs de l’organisation). Dans d’autres cas, on parle plutôt de collusion (alliance qui vise la défense des intérêts de ses membres, souvent de manière inconsciente, et au détriment de ses tiers).

Les luttes de pouvoir sont fréquences : compression de personnel, fusion d’entreprises, changement de propriétaire, etc. La vie politique des organisations n’est pas limitée aux épisodes d’instabilité. Elle est une composante naturelle et omniprésente de la dynamique organisationnelle.

L’enjeu : avoir de l’impact

Les habilités politiques servent à convaincre, se faire des alliés, susciter des engagements en vue d’un résultat. L’impact suppose la présence d’un résultat concret.

Comment être politiquement habile

Pour être politiquement habile, il importe de bien décoder la réalité politique et les valeurs de l’organisation. Il convient de lire et sentir la dynamique de pouvoir en place dans l’organisation : Qui contrôle? Qui détient l’information? Qui influence qui?
Quels sont les groupes les plus influents? Qui a rendu service à qui?

Il faut aussi connaître les éléments d’ordre social qui peuvent avoir des influences sur les gens : Qui est parent avec qui? Qui est l’ami de qui?

Connaître les valeurs de l’organisation : Que valorise-t-on? La croissance, le profit, la part de marché, l’harmonie, la satisfaction du client, le travail acharné, l’ambition, la création d’emploi, l’innovation, le respect des traditions, etc.?

Identifier les règles d’éthique de l’organisation : Quels comportements sont hautement valorisés? Quels comportements sont inacceptables? Lesquels sont suspects?

Les habiletés politiques et la carrière

Si elles sont indispensables pour atteindre des réalisations concrètes au sein des entreprises, les habiletés politiques le sont aussi pour progresser dans une carrière. Être sélectionné, être nommé et être promu s’apparente à obtenir des votes. Il est donc utile que des personnes extérieures puissent témoigner de notre compétence. Notre réseau devient donc important.

Vous réorienter pour mieux mettre à profit vos habiletés politiques?

Vous songez à vous réorienter ou désirez explorer des choix de carrière à partir de votre domicile et à votre rythme, découvrez notre trousse numérique :

Se réorienter chez soi

 

Si vos jeunes du secondaire ou du collégial n’ont pas encore fixé un choix de carrière ou un choix de programme, n’hésitez pas à leur procurer la trousse d’orientation à distance, élaborée par des professionnels de l’orientation de carrière:

Le choix de carrière en 4 étapes

 

Les réticences envers les habiletés politiques

La politique a mauvaise réputation. On associe facilement la politique à la recherche effrénée du pouvoir, sans aucun scrupule. Les habiletés politiques sont teintées de la suspicion qu’on entretien à l’égard du pouvoir en général. Elles sont fréquemment confondues avec la tricherie, la tromperie. Les réticences s’expliquent aussi par diverses croyances sur la façon dont le monde et les organisations devraient fonctionner.

Paradoxalement, on peut craindre de trop bien réussir. Le succès a son prix. Après la victoire, il faut assumer les responsabilités qui y sont rattachées. Dans ce contexte, refuser le recours aux habiletés politiques peut être une façon déguisée de fuir les responsabilités, les sentiments désagréables, la critique, les propos malveillants, avec une bonne excuse.

Agir politiquement demande de l’énergie et il arrive qu’on ne tienne pas à réussir pour déployer cette énergie. C’est le cas de certaines personnes qui se présentent à un poste au cas où, au lieu de miser pour l’obtenir.

Le devoir d’être habile politiquement

Il importe d’envisager cette habileté comme une ressource à sa disposition en vue d’atteindre des objectifs valables. Les personnes compétentes et honnêtes devraient considérer qu’il est de leur devoir d’être habile politiquement afin d’être en mesure de voir les choses se transformer de façon constructive dans leur environnement.

Pour s’engager dans cette voie

L’exercice des habiletés politiques suppose un état d’esprit serein. Il faut d’abord reconnaître et accepter son ambition, de même que son désir d’influencer les autres et le cours des événements. Cela suppose que la personne ait confiance en elle-même, en ses compétences et en son jugement.

Vous êtes mûr pour déployer vos habiletés politiques dans votre organisation, si vous répondez par l’affirmative à une seule des questions suivantes :
– Est-ce que ma personne, mes projets, mon équipe, mon organisation, valent la peine que je déploie le supplément d’énergie que suppose l’utilisation d’habiletés politiques?
– Valent-ils la peine que je prenne des risques pour eux, que j’encaisse de coups?

Établir clairement sa position morale face à l’utilisation des habiletés politiques

Il importe de maintenir un esprit critique pour évaluer la valeur morale de tel ou tel geste politique. Chaque personne a la responsabilité de distinguer les gestes valables des gestes répréhensibles et de choisir ceux qui lui conviennent en fonction de ses propres valeurs et celles qui prévalent dans son milieu. Une fois ceci fait, vous serez prêt à agir avec finesse et réalisme pour générer de l’impact autour de soi. Peut-être découvrez-vous alors combien vous maîtrisez les habiletés politiques au-delà de vos croyances.

Source:  Francine Harel Giasson, Les habiletés politiques : sans elles, point de salut, Gestion des carrières, HEC Montréal, p.710-719